Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Red Wings de Detroit.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

SITUATION ACTUELLE

Steve Yzerman ne craint pas les défis. Il a quitté l’an dernier l’équipe la plus puissante de la LNH, le Lightning de Tampa Bay, pour la pire, les Red Wings. Tampa a remporté 62 matchs l’an dernier. Detroit a remporté 79 matchs… sur presque trois saisons depuis trois ans ! Yzerman a accepté le poste de DG d’abord pour des raisons familiales. Sa femme et ses enfants n’ont jamais déménagé du Michigan pendant toutes ses années à titre de directeur général du Lightning. Son prédécesseur, Ken Holland, lui a laissé une organisation en pleine déroute. Après des années de gloire, entre 1993 et 2011, marquées par quatre conquêtes de la Coupe Stanley et 25 participations consécutives en séries éliminatoires, les Red Wings ne se sont jamais remis de la retraite du défenseur Nicklas Lidstrom en 2012. Ils ont atteint le carré d’as l’année suivante, mais subi trois éliminations consécutives lors des printemps suivants et allaient rater les séries pour une quatrième année de suite cette année. Les retraites de Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg ces dernières saisons ont donné le coup de grâce aux Red Wings. Holland a tenté une timide reconstruction il y a trois ans, mais l’équipe n’a pas encore progressé et constituait de loin le pire club de la LNH cet hiver. Paradoxalement, Detroit était coincé par le plafond salarial en raison de généreux contrats à long terme alloués à des joueurs de soutien : Frans Nielsen, Justin Abdelkader, Darren Helm, Trevor Daley et Jonathan Ericsson. Il y a cependant des signes encourageants chez les Wings. On a profité ces dernières années de plus hauts choix au repêchage et plusieurs jeunes ont commencé à émerger. L’équipe sera enfin libérée de certains de ces affreux contrats cet été. Le gardien Jonathan Bernier a connu de bons moments en deuxième moitié de saison. Voyons s’il aura l’étoffe d’un numéro un pour les années à venir.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Les Red Wings n’ont pu compter sur un choix de première ronde quatre fois sur sept entre 2006 et 2012. Ces choix ont généralement été cédés à des clubs acheteurs pour des joueurs de location. Les trois autres années, ils ont pigé 21e, 27e et 30e, là où le taux de réussite commence à chuter dramatiquement. Ces années ont fait mal à l’organisation. La situation s’est rétablie depuis 2013 et on a même pu choisir trois fois parmi le top dix. Les Red Wings ont enfin pu se trouver un premier trio de qualité grâce à trois joueurs repêchés et développés par l’organisation depuis six ans, Dylan Larkin, Anthony Mantha et Tyler Bertuzzi. Le premier a 23 ans et les deux autres 25 ans. L’avenir en défense semble prometteur. Holland a d’ailleurs réussi un bon coup à cet égard en échangeant son 16e choix au total en 2016 aux Coyotes de l’Arizona pour obtenir le 20e au total et un choix additionnel de deuxième ronde. John Chayka tenait mordicus à Jakob Chychrun et était prêt à sacrifier un choix de second tour pour avancer de quatre ans. Detroit a choisi le défenseur Dennis Cholowski au 20e rang et Filip Hronek avec le choix de deuxième ronde au 53e rang. Cholowski, 22 ans, est un défenseur résolument offensif, mais il doit peaufiner son jeu défensif, d’où ses renvois fréquents réguliers dans la Ligue américaine. Le potentiel est énorme cependant. Hronek est déjà le meilleur défenseur des Wings malgré ses 23 ans. Il jouait presque 24 minutes par match cet hiver. L’autre membre de ce trio de jeunes défenseurs, Moritz Seider, a été repêché au sixième rang l’an dernier. On a résisté à la tentation cet hiver de le rappeler de la Ligue américaine, où ce jeune géant de 6 pieds 4 pouces a très bien fait avec 22 points en 49 matchs à 18 ans. Sinon, voyons si Filip Zadina, cinquième sixième choix au total en 2018, deviendra l’attaquant espéré, sinon on regrettera d’avoir boudé Quinn Hughes, un défenseur qui jouait dans leur cour.

Meilleur coup

Filip Hronek, défenseur, deuxième ronde, 53e au total.

Ce défenseur droitier est déjà le meilleur des Wings à sa position, malgré une fiche trompeuse de -38.

Pire coup

Evgeny Svechnikov, attaquant, première ronde, 19e au total en 2015.

Repêché devant Colin White, Brock Boeser, Ilya Samsonov, Travis Konecny et Sebastian Aho, Svechnikov est toujours dans la Ligue américaine à 23 ans.

Meilleur espoir

Moritz Seider, défenseur, première ronde, sixième au total en 2019.

Solide saison dans la Ligue américaine à 18 ans et grand leader de l’Allemagne au Championnat mondial junior.

ÉCHANGES

Ken Holland a entrepris le processus de vente un peu tard, mais il s’est finalement exécuté en 2017. Il a commencé à amasser des choix de deuxième, troisième et quatrième rondes pour Gustav Nyquist, Tomas Jurco, Thomas Vanek, Brendan Smith, Riley Sheahan et Petr Mrazek. Il a frappé son plus grand coup en février 2018 en obtenant des choix de première, deuxième et troisième rondes des Golden Knights de Vegas pour Tomas Tatar. Cet échange a permis aux Wings de repêcher Joe Veleno en fin de première ronde en 2018. Le Québécois a amassé 23 points en 54 matchs dans la Ligue américaine et il a connu un bon Championnat mondial junior. Les effets des autres transactions ne se sont pas encore fait sentir, car tous ces joueurs ont été repêchés dans des rondes un peu plus tardives à compter de 2017. Steve Yzerman a poursuivi le travail cet hiver. Il a obtenu deux choix de deuxième ronde pour Andreas Athanasiou, dont l’éthique de travail était critiquée à Detroit et un choix de quatrième ronde pour Mike Green. Les autres vétérans vieillissants étaient trop difficiles à échanger. Yzerman a peut-être réussi un joli en échangeant l’ancien centre défensif du Canadien Jacob De La Rose aux Blues pour Robby Fabbri. Celui-ci a 31 points en 52 matchs depuis son arrivée à Detroit. De La Rose peinait à rester dans la formation quelques semaines avant l’interruption de la saison.

Meilleur coup

Choix de première, deuxième et troisième rondes pour Tomas Tatar, un attaquant échangé quelques mois plus tard au Canadien par les Golden Knights. Tatar a retrouvé l’élan des beaux jours à Montréal, mais il a fait mal paraître Vegas.

Pire coup

Choix de première ronde en 2012 au Lightning de Tampa Bay pour le défenseur Kyle Quincey. Celui-ci a joué quelques saisons à Detroit, mais dans un rôle plus marginal. Le Lightning a repêché Andrei Vasilevskiy avec ce choix.

JOUEURS AUTONOMES

Ken Holland a eu plus de difficulté à gérer son équipe depuis l’instauration du plafond salarial. Il a accordé d’horribles contrats depuis dix ans. Les derniers en liste, Valtteri Filppula, son ancien joueur, six millions pour trois ans l’an dernier. Filppula, 36 ans, avait 21 points, dont six buts, en 70 matchs. Frans Nielsen a obtenu 31,5 millions pour six ans en 2016. Après une première saison de 41 points, il n’a jamais dépassé la marque des 35. Il comptait neuf points en 60 matchs cette année. Le défenseur Trevor Daley a aussi profité de la générosité du DG un an plus tôt en obtenant 9 millions pour trois ans. Un autre désastre.

Meilleur coup

Thomas Vanek, un an, 2,6 millions en juillet 2016. Vanek a donné aux Wings 38 points, dont 15 buts, en 48 matchs, avant d’être échangé pour un choix de troisième ronde.

Pire coup

Stephen Weiss, 24,5 millions pour cinq ans en 2013. Weiss a joué 26 matchs, puis 52 matchs, avant de voir son contrat racheté deux ans plus tard.

Dix saisons (quatre rondes remportées, trois exclusions)

2010-2011 : 47-25-10, 3e Ouest, finale d’association.

2011-2012 : 48-26-6, 5e Ouest, défaite première ronde.

2012-2013 : 24-16-8, 7e Ouest, finale d’association.

2013-2014 : 39-28-15, 8e Est, défaite première ronde.

2014-2015 : 43-25-14, 6e Est, défaite première ronde.

2015-2016 : 41-30-11, 8e Est, défaite première ronde.

2016-2017 : 33-36-13, 14e Est, exclus des séries.

2017-2018 : 30-39-13, 13e Est, exclus des séries.

2018-2019 : 32-40-10, 14e Est, exclus des séries.

2019-2020 : 17-49-5, 15e Est, (derniers dans la LNH, écartés des séries pour une quatrième année de suite).

(Demain : les Oilers d’Edmonton)

À LIRE

Éternel optimiste, Joel Bouchard préfère rester positif, même si son équipe, le Rocket de Laval, traversait une belle séquence au moment où le monde du sport a fermé ses portes. Entretien avec Richard Labbé.