Source ID:c06b827651db3b5baae20d44e8d78f7e; App Source:StoryBuilder

Ryan Poehling en renfort pour les séries?

Ryan Poehling au camp de perfectionnement du Canadien... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Ryan Poehling au camp de perfectionnement du Canadien en juin dernier.

Photo André Pichette, archives La Presse

Sans effectuer d'échange à la date limite des transactions, le Canadien pourrait obtenir du renfort de taille à l'attaque en prévision des séries éliminatoires: Ryan Poehling.

Le CH semble préparé à accueillir son choix de première ronde en 2017 lorsque celui-ci aura terminé sa saison universitaire à St. Cloud State, début avril, advenant évidemment une qualification en séries.

En 2017, le jeune défenseur Charlie McAvoy avait eu un impact important chez les Bruins après avoir rejoint l'équipe à l'aube des séries après l'élimination de Boston University.

Clayton Keller, Brock Boeser et Casey Mittelstadt ont rejoint des équipes éliminées ces derniers printemps, mais ils ont créé une impression favorable en fin de saison.

Rob Ramage, le directeur du développement des joueurs du CH, serait rentré à nouveau emballé par une visite à St. Cloud State ce dernier weekend pour y voir à l'oeuvre Poehling, leader à l'attaque de la meilleure équipe collégiale au pays et joueur par excellence du plus récent Championnat mondial junior.

Le vice-président aux opérations hockey et affaires légales chez le Canadien, John Sedwick, a déjà analysé toutes les implications contractuelles et administratives advenant l'arrivée de Poehling après sa saison dans la NCAA.

Pour le Canadien, il était d'abord important de s'assurer que Poehling, 20 ans depuis le 3 janvier, ne perde pas une année d'éligibilité chez les professionnels en prévision du repêchage de l'élargissement des cadres en 2021.

En juin 2021, tout joueur ayant disputé plus de deux saisons professionnelles en Amérique du Nord devra être protégé lors du repêchage à l'intention de Seattle.

Or, les joueurs âgés de 20 ans ou plus lors du calendrier en cours, comme c'est le cas pour Poehling, «brûlent» une année de contrat dès qu'ils disputent un seul match dans la LNH, comme ce fut le cas pour Charlie Lindgren il y a quelques années avec le Canadien.

À la conclusion de la saison 2020-2021, Poehling aurait donc en principe trois années de service chez les professionnels.

Mais la convention collective est extrêmement floue en pareil cas et même le spécialiste le plus avisé en la matière peut s'y perdre. Ma démarche pour faire la lumière sur la chose a d'ailleurs été pleine de rebondissements.

Une équipe de la LNH sondée cette semaine s'est fait confirmer hier par la Ligue qu'un de ses espoirs, au statut identique à celui de Poehling, allait perdre une année d'éligibilité s'il disputait un seul match de la Ligue nationale en fin de saison et qu'en conséquence, il devrait être inscrit sur la liste de protection de l'équipe dans deux ans.

Sedwick et le Canadien détenaient pourtant une autre information. Selon leurs renseignements, Poehling était admissible à au moins dix matchs (saison régulière ou séries éliminatoires) sans avoir à perdre une année d'éligibilité en prévision du repêchage de l'expansion.

J'ai rappelé John Sedwick pour contre-vérifier. Celui-ci a appelé la LNH pour s'assurer qu'il détenait la bonne information. Il avait vu juste. La LNH a passé un coup de fil à l'autre équipe pour l'aviser que le Canadien détenait la bonne info finalement.

Complexe vous dites?

Le repêchage de l'élargissement est à la base de l'imbroglio. La LNH a eu à ajuster les règles de la convention collective, déjà compliquées pour les joueurs collégiaux, en prévision du repêchage destiné à Seattle.

Pour faire une histoire courte, Ryan Poehling est donc considéré comme un joueur collégial de 19 ans pour les règles touchant au ballottage et à l'élargissement des cadres, mais comme un joueur de 20 ans pour le statut contractuel.

Il pourrait disputer au moins dix matchs avec le Canadien en fin de saison sans perdre une saison d'éligibilité professionnelle en prévision du repêchage de l'expansion, mais en disputant un seul match avec le CH, il «brûlera» la première de ses trois années de contrat d'entrée de la LNH. S'il rejoint l'équipe en avril, le Canadien devra donc lui soumettre une nouvelle entente dans deux ans plutôt que trois.        

Vous devinerez que la règle concernant le statut contractuel ne dérange pas trop le CH. Au contraire, il lui procure un avantage dans sa volonté d'attirer Poehling plus rapidement. Celui-ci pourra ainsi effacer une année de son premier contrat de trois ans en disputant un seul match.

On peut se demander si le Tricolore aurait été aussi enclin à rappeler Poehling s'il avait eu à le placer sur sa liste de protection en 2021. Le CH devra protéger sept attaquants, trois défenseurs et un gardien, ou un gardien et huit joueurs d'avant toutes positions confondues.

Inscrivez d'emblée Jonathan Drouin, Phillip Danault, Brendan Gallagher, Max Domi et Jesperi Kotkaniemi. Ajoutez Poehling et il serait resté une seule place pour Artturi Lehkonen, Paul Byron, Joel Armia, Andrew Shaw. Tomar Tatar, lui, aura droit à l'autonomie complète en 2021 s'il ne signe pas de nouveau contrat d'ici là.

Mais revenons à Poehling. Il faudra d'abord une participation aux séries pour voir ce scénario se réaliser. Les Championnats régionaux de la NCAA se déroulent du 29 au 31 mars et le Frozen Four du 11 au 13 avril. À moins d'une surprise, St. Cloud devrait atteindre le Frozen Four. Le Canadien dispute son dernier match de saison régulière le 6 avril. 

Le CH détient une avance de cinq points sur les Hurricanes de la Caroline, dernier club exclu des séries, avec un match de plus à disputer. Buffalo est à six points, avec autant de matchs de joués. Malgré une avance intéressante, rien n'est joué.

Poehling, 6 pieds 2 pouces et 200 livres, joue au centre à St. Cloud State et on l'envisage à cette position à long terme à Montréal, mais il a aussi été utilisé à l'aile lors du Championnat mondial junior. Il fournirait à Claude Julien un atout de taille compte tenu de son talent et de sa versatilité.

Le jeune homme de 20 ans (depuis le 3 janvier) a 25 points en 26 matchs à St. Cloud, et il a obtenu huit points, dont cinq buts, en sept matchs au Championnat mondial junior.

* * *

Seattle devait au départ entrer dans la LNH en 2019-2020. Le Canadien a pris ses décisions, des petites aux plus grandes, en fonction de cette date. Ainsi, on a choisi d'accélérer l'entrée en scène chez les professionnels du jeune défenseur Cale Fleury dès l'automne dernier plutôt que de le laisser dans les rangs juniors (il a eu 20 ans fin novembre). Or, la progression rapide de ce jeune défenseur droitier avec le Rocket de Laval et le report d'un an du repêchage de l'expansion déjouent un peu les plans. Fleury devra être protégé dans deux ans, alors qu'il n'aurait pas eu à l'être s'il était demeuré dans les rangs juniors cet hiver. S'il continue de s'améliorer ainsi, le CH aura une décision déchirante supplémentaire à prendre. Mais nous n'en sommes pas là et rien ne dit que Fleury aurait progressé de la sorte en demeurant à Kootenay dans la Ligue junior de l'Ouest. Pour l'instant, il s'agit d'un «heureux problème hypothétique» pour l'organisation.

* * *

À LIRE

Pourquoi Phillip Danault ne joue-t-il jamais en supériorité numérique malgré sa production offensive et son efficacité lors des mises en jeu? Dans un élan de transparence fort éclairant, Claude Julien a expliqué pourquoi il agissait ainsi.




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer