Bob Gainey tenait à assainir l'esprit d'équipe quand il a pris la décision de chasser Georges Laraque du vestiaire.

François Gagnon LA PRESSE

C'était loin d'être évident aujourd'hui.

Car dans la foulée du renvoi de Laraque et des trois défaites consécutives, la tension a monté d'un cran à l'entraînement.

Pendant que Bob Gainey expliquait le renvoi de Laraque au deuxième étage du Centre d'entraînement Bell, à Brossard, quelques joueurs en sont venus aux coups sur la patinoire, un étage plus bas.

Pour la deuxième fois de l'année, Michael Cammalleri a été au centre d'une escarmouche. Après en être venu aux coups avec le défenseur Josh Gorges plus tôt cet automne, Cammalleri s'en est pris à Maxim Lapierre, aujourd'hui.

Sans jeter les gants, les deux joueurs se sont bousculé au point où Lapierre a perdu son casque.

Rapidement intervenus, les coéquipiers de Lapierre et Cammalleri ont mis un terme hâtif aux hostilités.

Impliqués dans une bataille devant le filet, Glen Metropolit et Travis Moen ont aussi échangé des coups de coude qui dépassaient les cadres d'un simple exercice.

Comme il l'avait fait lors de la première empoignade cette saison, Jacques Martin a accueilli ces prises de bec avec circonspection.

«Je ne suis pas content d'avoir perdu un point hier et il est normal que les joueurs ne soient pas contents non plus. Ils affichaient de l'intensité ce matin et je voudrais les voir transporter cette énergie au New Jersey où nous avons un match important qui nous attend», a lancé l'entraîneur-chef.

Lapierre et Cammalleri avaient quitté le vestiaire lorsque les portes se sont ouvertes pour permettre l'accès aux journalistes.

Encore présents, Moen et Metropolit ont minimisé l'impact de ces rixes.

«Ça fait partie du jeu», a simplement plaidé le vétéran joueur de centre.

Direction Jersey

Une fois les joueurs douchés et rassasiés après un lunch offert dans le salon adjacent au vestiaire, le Canadien a mis le cap sur le New Jersey où Martin Brodeur et les Devils les attendent.

Brodeur et ses coéquipiers ont mis un terme à une séquence de trois revers consécutifs, mercredi, en blanchissant les Panthers de la Floride 2-0.

Ce sera le troisième affrontement entre les deux équipes cette saison. Deux duels que Brodeur et les Devils ont remportés par des scores identiques de 2-1, une fois au New Jersey et l'autre au Centre Bell.

Depuis sa dernière conquête de la Coupe Stanley, en 1993, le Canadien présente un dossier de trois victoires, 22 revers, 2 défaites en prolongation et quatre verdicts nuls en 31 visites au New Jersey.

Parallèlement à cette statistique, la fiche en carrière de Martin Brodeur contre le Tricolore est de 37 victoires, dont huit par jeu blanc, 15 revers et cinq verdicts nuls. Le gardien québécois a maintenu une moyenne de 1,76 but accordé par match au Tricolore depuis son entrée dans la LNH.

Price absent

Blessé dans son amour propre au lendemain de sa 20e défaite de la saison, dont quatre en prolongation et fusillade, Carey Price a obtenu congé d'entraînement, aujourd'hui. Il est le seul joueur du Canadien à ne pas avoir chaussé les patins.

C'est l'entraîneur des gardiens, Pierre Groulx, qui a pris la relève et qui a affronté les tirs des joueurs du Tricolore avec Jaroslav Halak.

Halak obtiendra-t-il un départ demain soir face aux Devils?

Jacques Martin n'a pas levé le voile sur cette possibilité.

Il faut dire qu'après trois matchs contre le New Jersey, Halak (0-2-0-1) est toujours en quête d'une première victoire en carrière.

Quant à Price, il affiche deux victoires, trois revers et une défaite en prolongation en six sorties contre les Devils

Retour de Kostitsyn?

Le renvoi de Laraque et les escarmouches ont porté ombrage au premier entraînement digne de ce nom de Sergei Kostitsyn.

À l'écart du jeu depuis le 31 décembre dernier, le plus jeune des frères K patinait à la droite de Tomas Plekanec et Michael Cammalleri aujourd'hui. Il pourrait les retrouver dès demain soir.

«C'est une possibilité. On verra comment il se sentira demain», a lancé Jacques Martin avant de quitter Montréal.

Avant de déclarer forfait lors de l'échauffement du match opposant le Canadien aux Panthers, en Floride, Kostitsyn s'était contenté d'un but et quatre points en 19 rencontres après son rappel des Bulldogs de Hamilton.