(Milan) La maison de mode italienne Armani s’est engagée mercredi à bannir la laine angora de ses collections à partir de la saison automne-hiver 2022/2023, allongeant ainsi la liste des matières proscrites dans le cadre de sa politique à l’égard du bien-être animal.

Publié le 1er déc. 2021
Agence France-Presse

« Je suis heureux d’annoncer » la suppression « de la laine angora de toutes les collections du groupe », signe de son engagement en faveur de « la protection de la nature », a déclaré le styliste Giorgio Armani dans un communiqué.

Chez Armani, « le pourcentage de vêtements contenant de la laine angora est très faible et nous prévoyons le remplacer par des matières (répondant) aux normes les plus strictes en matière de bien-être animal », a précisé à l’AFP une porte-parole du groupe.

La griffe italienne emboîte ainsi le pas à d’autres groupes du secteur de la mode comme Gucci, Zara, Burberry ou encore H & M qui entendaient ainsi se démarquer de pratiques impliquant de la maltraitance animale.

L’organisation de défense des droits des animaux Peta avait appelé dès 2013 au boycottage des produits fabriqués à partir de fourrure de lapin angora, accusant — vidéo à l’appui — les élevages chinois d’arracher les poils sur les bêtes vivantes.

Selon Peta, 90 % de la fourrure angora du monde vient de Chine. La laine angora est réputée pour sa texture soyeuse et légère.

Georgio Armani avait annoncé en 2016 renoncer à toute forme de fourrure animale dans ses collections, assurant qu’il existait désormais des alternatives valides à ces « pratiques cruelles ».