Avec sa plus récente création intitulée « Me vois-tu, maintenant ? », la créatrice montréalaise de foulards haut de gamme Nimi Nanji Simard souhaite donner aux femmes victimes de violence, particulièrement les autochtones, une visibilité qui leur fait défaut.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Pièce phare de la nouvelle collection de sa marque Niminimi, ce foulard aux couleurs vives montre une diversité de femmes, le plus souvent de dos. « La robe rouge, thème récurrent de l’écharpe Me vois-tu maintenant, représente les femmes autochtones canadiennes qui ont disparu sur la route des larmes », explique-t-elle dans un communiqué.

Elle ajoute que de nombreux autres pays y sont représentés soit l’Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Albanie et l’Afghanistan. Les autres modèles de la collection évoquent des thèmes chers à Nimi Nanji Simard comme la santé mentale, l’environnement et les conflits internationaux. Les foulards de Niminimi sont faits de soie, de lin ou de laine et sont roulottés à la main en Italie.

> Consultez la page Facebook de Niminimi