Cette année, les rencontres avec le père Noël s’annoncent plutôt aïe aïe aïe que ho ho ho. Mais ce dernier a pris les rennes par les cornes pour 2020 et, avec l’aide de divers organisateurs d’évènements et de lutins technomalins, a mis en place diverses stratégies pour échanger avec lui sans contact physique. En voici quelques-unes.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Cette année, personne ne veut la COVID-19 en cadeau, alors pas question d’aller s’installer à tour de rôle sur les genoux du père Noël. Après mûre et sage réflexion, il a décidé d’être plus branché que jamais, renforçant sa disponibilité virtuelle ou physiquement distanciée. Car la proximité du Canada avec sa résidence du pôle Nord lui a tout de même permis de faire quelques déplacements.

La Presse l’a ainsi croisé au centre commercial Place Versailles, dans l’est de Montréal. Au sein d’un petit royaume, il était bel et bien là, en chair et en os… et derrière une vitre de plexiglas. Les petites familles faisaient donc la queue en attendant de pouvoir s’asseoir non pas sur les genoux du ventripotent bonhomme, mais sur un joli banc disposé devant la vitrine. Des orifices filtrés ont été aménagés pour que les enfants puissent lui dire à quel point ils ont été sages et ce qu’ils désirent comme cadeaux cette année. « C’est bizarre d’être assis sur du dur… mais c’est quand même drôle ! », constate Olivier, 8 ans, qui fut ce jour-là l’un des premiers à converser avec le père Noël. Il a dit souhaiter un télescope et un livre sur l’espace, mais sait aussi garder les pieds sur terre : « J’ai aussi demandé une tablette, mais je ne pense pas qu’il va me l’offrir. »

  • Tous les ans au même endroit, Olivier a rendez-vous avec le père Noël. Cette année, c’est un peu spécial, mais l’expérience l’a quand même enthousiasmé.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Tous les ans au même endroit, Olivier a rendez-vous avec le père Noël. Cette année, c’est un peu spécial, mais l’expérience l’a quand même enthousiasmé.

  • La lutine a des tâches supplémentaires cette année, puisqu’elle est chargée de la désinfection des lieux après le passage de chaque famille.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    La lutine a des tâches supplémentaires cette année, puisqu’elle est chargée de la désinfection des lieux après le passage de chaque famille.

  • Avant de recevoir ses premiers invités, le père Noël est venu saluer la file d’attente avec sa cloche et son masque.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Avant de recevoir ses premiers invités, le père Noël est venu saluer la file d’attente avec sa cloche et son masque.

  • Mylène Croteau et ses enfants, Elizabeth et Nolan, posent devant le père Noël enfermé. Elle dit préférer le voir physiquement que sur écran. Et finalement, pour les plus petits, un peu de distance ne fait pas de mal, car on évite ainsi qu’ils puissent être un peu effrayés par le personnage vu de trop près.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Mylène Croteau et ses enfants, Elizabeth et Nolan, posent devant le père Noël enfermé. Elle dit préférer le voir physiquement que sur écran. Et finalement, pour les plus petits, un peu de distance ne fait pas de mal, car on évite ainsi qu’ils puissent être un peu effrayés par le personnage vu de trop près.

  • Cette année, on prend la distribution de cannes de Noël avec des pincettes. Et des gants.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Cette année, on prend la distribution de cannes de Noël avec des pincettes. Et des gants.

  • Le père Noël s’est déplacé du pôle Nord, mais restera derrière une vitrine par mesure de sécurité.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Le père Noël s’est déplacé du pôle Nord, mais restera derrière une vitrine par mesure de sécurité.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On vient ici, dans ce même décor, tous les ans depuis qu’il est tout petit. On a vu qu’ils avaient mis en place cette alternative cette année et on s’est dit : “Pourquoi pas” Ça fait un peu bizarre avec les gardiens de sécurité, mais c’est plutôt réussi dans l’ensemble.

Julie Martin, mère d’Olivier

En effet, quelques détails détonnent. Avant de commencer à recevoir ses invités derrière sa baie vitrée, le père Noël leur a fait signe de la main à distance, masque sur le visage. Non loin joue un trio musical pour divertir la file d’attente, mais aussi un duo de gardiens de sécurité pour guider les familles au compte-gouttes et assurer les distances. Une fois engouffrés dans le royaume, les enfants posent devant le père Noël encagé pour une photo souvenir (pas de doute, on s’en souviendra, de cette année-là !), parlent avec lui au travers du pertuis filtré, avant qu’une lutine, munie de gants médicaux et d’une pince, ne serve des cannes sucrées aux invités, avant d’aller consciencieusement désinfecter le plexiglas !

Tout est prêt pour les suivants, soit Nolan, 4 ans, et Elizabeth, âgée de quelques mois à peine. « Au moins, ils peuvent le voir physiquement, positive leur mère, Mylène Croteau. Et avec le plexiglas, c’est quasiment mieux comme ça, car les très jeunes peuvent en avoir peur s’ils sont trop proches. »

Ne pas avoir les enfants sur mes genoux, ça me manque beaucoup beaucoup, mais la situation est ainsi, c’est plus sécuritaire. Je vois quand même dans leur visage qu’ils sont heureux de me rencontrer.

Le père Noël

L’activité est gratuite, achat de la photo en option, et se fait sans rendez-vous. Veuillez noter que d’autres centres commerciaux, comme les Galeries St-Hyacinthe et le Carrefour Gaspé, offrent ce type d’activité.

> Consultez le site de la Place Versailles

Connexion lutinternet

Cette année, le père Noël s’est offert un gros forfait de données illimitées, car il a aussi décidé de contacter les enfants québécois par visioconférence. L’Agence des pères Noël professionnels du Québec a ainsi échafaudé un système de rendez-vous pour obtenir une conversation de type Zoom avec lui, « en direct du pôle Nord », dans l’un des centres commerciaux participants.

PHOTO FOURNIE PAR L’AGENCE AUDACE & CO.

Dans certains centres commerciaux, il est possible de prendre rendez-vous pour avoir une conversation en direct avec le père Noël sur place. Ici, la rencontre virtuelle a lieu à partir des Promenades Drummondville.

Il suffit de réserver un créneau horaire sur le site « Père Noël en direct » et remplir la fiche, avant de se rendre dans l’un des nombreux centres disséminés un peu partout dans la province. Un lutin (également préposé à la désinfection) vous conduit sur un fauteuil placé devant un écran, dans un beau décor des Fêtes. On peut ainsi discuter en direct avec le père Noël pendant trois minutes et repartir avec un petit livre en cadeau. Une vidéo de la rencontre peut éventuellement être achetée. « C’est sur rendez-vous, donc il n’y a pas de file d’attente et tout est sécuritaire », précise Catherine Lacasse, porte-parole de l’agence organisatrice.

La situation évoluant rapidement, certains centres commerciaux modulent l’activité. Par exemple, le Centre Valleyfield et la Place Centre-Ville de Jonquière proposent plutôt des appels téléphoniques sur rendez-vous.

Il n’appelle pas juste des enfants, mais aussi des personnes âgées seules ou des centres jeunesse, car bien des personnes ont vraiment besoin de douceur en ce moment.

Catherine Lacasse, porte-parole de l’agence organisatrice, Audace & Co.

La Place Rosemère et les Galeries Rive-Nord ne recevront pas non plus les enfants sur place, mais la conversation par visioconférence en direct peut être organisée à partir de leur domicile.

> Consultez la liste des centres participants

PHOTO FRÉDÉRIQUE HAMEL, FOURNIE PAR LE COMPLEXE DESJARDINS

Le père Noël du Complexe Desjardins dans son logis au pôle Nord

Une stratégie également adoptée par le Complexe Desjardins, aussi par rendez-vous et à partir de son propre domicile, offrant l’occasion inespérée de jeter un œil à l’intérieur du très beau logis nordique du barbu. En partenariat avec le centre, il effectuera également une tournée virtuelle des écoles primaires.

> Consultez le site du Complexe Desjardins

Emballer avec application

Le père Noël sera sur tous les fronts numériques, ayant même ses applications pour appareils mobiles. Il a confié le développement de l’une d’elles à une entreprise montréalaise, qui propose depuis 2008 Père Noël Portable (PNP). Celle-ci permet de créer et d’envoyer vidéos et appels personnalisés, intégrant par exemple le nom des enfants, leur ville et leur âge dans les messages. Certaines fonctionnalités, telles que la création d’une vidéo de base de plus d’une minute, sont gratuites, tandis qu’une foule d’autres plus élaborées ou ciblées (encouragements scolaires, balade en train, et même souhaits d’entreprise !) sont offertes à l’achat. Les vidéos ou messages vocaux peuvent ensuite être visionnés, partagés par courriel ou par les réseaux sociaux.

Utilisée dans 180 pays et ayant servi à envoyer plusieurs millions de messages au fil des ans, cette application bien rodée sera sans doute particulièrement sollicitée cette année. Voici une courte séquence extraite d’une vidéo réalisée à l’intention de notre journaliste.

> Consultez le site père Noël portable