L’adage soutenant que « le crime ne paie pas » ne semble pas s’appliquer à Victoria Charlton, une youtubeuse québécoise qui remporte un immense succès grâce à ses vidéos où elle décortique des cas véridiques de meurtres ou de disparitions irrésolus. Ses nombreux admirateurs se sont précipités sur Gardez l’œil ouvert, son premier livre dans la même veine que les capsules de sa chaîne.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

La volatilisation de la famille Méchinaud, un soir de Noël en France; l’attristante histoire de Nathalie Champigny, de Cowansville, dont le cadavre n’a jamais été localisé; le dernier voyage de Rebecca Coriam, disparue pendant une croisière Disney… voici trois des quinze récits présentés par cette passionnée du documentaire criminel (true crime) dans le cadre de son nouvel ouvrage. Un mode de narration bien différent de son traitement habituel de cas non classés, puisque la jeune femme de 26 ans s’est d’abord fait connaître par ses vidéos régulièrement publiées sur sa chaîne YouTube, qui a 386 000 abonnés.

Après un décollage modeste en 2016 avec des sujets plus frivoles (« 100 choses qui gossent », « Comment être belle »), le nombre de visionnements de ses vidéos a soudainement explosé sitôt qu’elle a traité d’affaires criminelles obscures, succombant aussi à l’occasion aux sirènes plus sensationnalistes des théories du complot ou du paranormal (« Zozo : le démon du Ouija »). De fil en aiguille, Victoria Charlton s’en est fait une spécialité et présente aujourd’hui, face à la caméra, le fruit de ses recherches sur des dossiers ultra-connus (le cas O.J. Simpson) ou moins populaires (la disparition d’Emma Fillipoff, une Britanno-Colombienne qui s’est évanouie dans la nature en 2012).

C’est un genre qui a commencé aux États-Unis, mais au Québec, pas grand-monde ne le faisait, alors j’ai décidé de me lancer.

Victoria Charlton

Originaire de Québec, la youtubeuse est aujourd’hui installée avec son conjoint au Mexique, et elle parvient à vivre uniquement de ses activités sur la plateforme vidéo. « Au départ, c’est comme un intérêt morbide, mais de plus en plus, je trouve que ça fait une différence de parler de ça sur YouTube. Souvent, des familles de disparus vont m’écrire pour que je partage des histoires dont on ne parle plus depuis 20 ans. J’ai l’impression que je peux aider », poursuit celle qui collabore aussi bénévolement à The Doe Network, une plateforme de recherche de personnes manquant à l’appel.

L’énigme du succès

Certaines des vidéos de Victoria Charlton dépassent les 400 000 vues, majoritairement par des internautes français. La dédicace de son livre Gardez l’œil ouvert a d’ailleurs créé un petit événement à Paris, attirant quelque 1000 personnes. Dans la foulée, certains médias majeurs, comme Europe 1 ou TV5 Monde, ont braqué leurs projecteurs sur le phénomène Charlton. Qu’est-ce qui fait le succès de celle qui concède n’être ni journaliste ni enquêteuse, mais plutôt une conteuse qui donne son interprétation des faits ?

« J’ai l’impression que les gens ont besoin de mystère dans leur vie », suppute la principale intéressée, confessant que cet intérêt florissant reste énigmatique à ses yeux.

Sans surprise, son public est constitué d’une bonne part d’adolescents, probablement en quête de frissons, et qui semblent séduits par ses qualités de narratrice, nonobstant une production vidéo frisant souvent l’amateurisme. « Tu m’as fait découvrir une passion pour écouter des histoires comme ça, j’aime énormément ton travail et l’énergie que tu te donnes », commente par exemple Ibtisseme Khelifi, 14 ans, sous la dernière vidéo publiée par Victoria Charlton. « Chacune de tes vidéos sont super captivantes ! » enchaîne Lolo Paquette, une autre admiratrice, tandis que d’autres suggèrent à la youtubeuse de se pencher sur des affaires précises pas encore passées au crible (« Pourrais-tu parler de Candace Newmaker, morte à cause d’une thérapie maintenant interdite ? » requiert ainsi un internaute). Certains aiment aussi débattre des détails des cas abordés dans les vidéos.

Mais tous les spectateurs ne sont pas forcément en pâmoison, certains n’hésitant pas à souligner des erreurs factuelles – « Le premier parc Disney n’est pas celui de Floride mais bien celui de Californie » –, rectifient plusieurs commentateurs sur sa dernière vidéo.

Quand le livre prolonge YouTube

Selon la Québécoise, enclencher la vitesse supérieure en signant un livre était naturel, elle qui est titulaire d’un baccalauréat en littérature et qui vient de boucler un mémoire de maîtrise – portant, paradoxalement, sur l’univers très sanguinaire… de Fred Pellerin.

« J’ai toujours rêvé d’écrire un livre, et je savais que quand les vidéos fonctionnent bien sur YouTube, il y a beaucoup de projets qui peuvent s’offrir à toi. J’ai l’impression que c’était la prochaine chose à faire », lance-t-elle.

Dans Gardez l’œil ouvert, elle aborde 15 histoires de disparitions réelles qui ont eu lieu un peu partout dans le monde, notamment aux États-Unis, en France ou au Québec. « Je donne un peu mon opinion, je fais des théories. Mais c’est sans prétention », conclut la youtubeuse, qui songe déjà à s’investir dans un deuxième ouvrage.

PHOTO FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DE L’HOMME

Gardez l’œil ouvert regroupe 15 histoires de disparitions mystérieuses.