La plateforme Pinterest connaît un regain de popularité depuis le début du confinement. Cloîtrés entre quatre murs, les utilisateurs du moteur de recherche visuel y trouvent des idées pour divertir les enfants, compléter leurs projets de décoration et de rénovation ou entretenir leurs passe-temps.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Stéphanie Sauvé est mère de deux jeunes enfants, l’un âgé de 3 ans, l’autre de 9 mois. Avant la pandémie, elle utilisait surtout Pinterest pour trouver des idées de recettes (son plus vieux étant polyallergique, les repas faits maison sont de mise) et de l’inspiration en mode ou pour des projets déco. Stéphanie consultait la plateforme « chaque semaine, mais pas chaque jour ». 

Les choses ont changé depuis. « La recherche pour des repas a beaucoup augmenté [depuis le confinement], nous confie la maman de 33 ans, actuellement en congé de maternité. Avant, c’était surtout pour les soupers. Maintenant, mon mari est en télétravail à la maison, mon plus vieux ne va plus à la garderie. Il faut penser pour quatre personnes, trois repas par jour, deux collations, et je n’aime pas manger tout le temps la même chose. »

Mais ce que Pinterest, qui permet un partage d’images et de photos, apporte à Stéphanie ces dernières semaines, ce sont surtout des idées pour faire la garderie à la maison pour son fils. « Je me suis dit que je n’ai pas d’excuses de ne pas le stimuler, alors j’ai décidé que je serai comme son éducatrice en plus d’être sa maman », raconte-t-elle.

Stéphanie Sauvé a même nommé sa garderie improvisée : les Petites Palettes. Sur Pinterest, elle cherche « beaucoup d’activités de développement moteur, de motricité globale, des jeux pour l’extérieur et l’intérieur selon la température, des bricolages ».

Tous les dimanches soirs, je planifie ma semaine, je choisis une thématique et Pinterest est le seul outil que j’utilise. Avec des mots-clés, je trouve beaucoup d’activités selon la thématique.

Stéphanie Sauvé

« La plateforme de l’inspiration »

La plateforme, qui compte 367 millions d’utilisateurs actifs, enregistre un « engagement sans précédent, avec des recherches en hausse de 60 % » dans le monde et de « 52 % au Canada », nous indique une porte-parole pour Pinterest. 

Bien que parfois qualifié de réseau social, Pinterest est en fait un moteur de recherche visuel. Les utilisateurs ont un tableau virtuel, qu’ils peuvent nommer et sur lequel ils épinglent les images (et parfois les vidéos) qui les intéressent. Ces images mènent à différents sites (de recettes, de magasins où acheter un produit affiché, de trucs et de conseils, à des blogues, etc.).

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Aurélie Sauthier, présidente de l’agence Made In, spécialisée dans le marketing d’influence

Aurélie Sauthier, présidente de l’agence Made In, spécialisée dans le marketing d’influence, souligne que la plateforme, offerte depuis 10 ans maintenant, n’a jamais connu de grande explosion de popularité. Mais en temps de confinement, elle s’avère particulièrement attrayante pour diverses raisons. 

« Pinterest, c’est la plateforme de l’inspiration et les gens ont besoin d’inspiration plus que jamais en ce moment, note-t-elle. Ils cherchent du contenu utile et pertinent déjà présélectionné selon leur profil. »

Et puisque la plateforme est très visuelle, « on y retrouve un peu l’expérience de magasinage traditionnelle qu’on a en temps normal », soulève la spécialiste. C’est donc « normal qu’il y ait une énorme augmentation du nombre de recherches, d’inscriptions et d’enregistrements d’épingles », dit-elle.

Du pain, des coiffures et du jardinage

Ce ne sera une surprise pour personne, les recettes de pain font fureur sur Pinterest. La recherche « Recette pain facile » affichait une augmentation de 149 % le mois dernier (par rapport aux semaines précédentes) à l’échelle canadienne, selon des chiffres fournis à La Presse par Pinterest. « Ça se répercute sur Instagram : les photos de plats maison qui se sont multipliées sur Instagram viennent de recherches de recettes qui ont été faites sur Pinterest », soulève Aurélie Sauthier.

Autre tendance : les coupes de cheveux maison, sur soi (+ 107 % à l’échelle mondiale) ou sur les autres. La recherche « tutoriel coupe pour hommes » a augmenté de 308 %. Les utilisateurs cherchent également comment créer de petits jardins intérieurs ou simplement comment faire pousser leurs légumes (« Comment cultiver des épinards à partir de restes » : + 1043 %).

Toutes ces informations en révèlent beaucoup sur la façon dont les gens occupent leur temps en pandémie.

« On cherche à s’aménager un endroit agréable pour le télétravail, à mieux s’organiser puisque tout se fait de la maison, dit Aurélie Sauthier. Et parce que certains ont plus de temps, on entreprend des projets qui étaient sur pause. L’autre catégorie populaire, c’est tout ce qui est bien-être : des activités sportives, type yoga, ou des idées DIY dans le domaine de la beauté. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Ann Julie Larouche voit en Pinterest l’outil parfait pour assouvir sa passion pour le design d’intérieur.

Inspiration déco

Ann Julie Larouche, elle, voit en Pinterest l’outil parfait pour assouvir sa passion pour le design d’intérieur. La Montréalaise de 27 ans, qui ne travaille plus depuis le début du confinement, aide ses amis à décorer leurs appartements.

« Je suis vraiment plus souvent sur la plateforme, car j’ai plein de projets en même temps, explique-t-elle. Avant, j’y allais chaque jour pour faire un tour, mais en confinement, j’y vais au moins 30, 40 % plus qu’avant. J’aide beaucoup de mes amis de gars à créer une ambiance chez eux et à faire des achats. » 

Sur son tableau Pinterest, des sous-sections portent les noms de ses amis. Chacun a ses épingles, pistes d’inspiration pour des modèles de meubles, des textures ou des couleurs de peinture, qu’Ann Julie peut leur faire partager.

Si elle sait qu’elle ne passerait jamais autant de temps sur Pinterest si ce n’était de la situation actuelle, la jeune femme, qui utilise la plateforme depuis quelques années, trouve qu’il est bon pour sa santé mentale de s’investir dans ces projets et d’être créative.

PHOTO FOURNIE PAR LAURENCE GAGNON

Laurence Gagnon, 26 ans, ancienne grande utilisatrice de Pinterest, fait partie de ceux qui ont quelque peu délaissé la plateforme dernièrement.

Le dilemme de l’achat local

À l’inverse, Laurence Gagnon, 26 ans, ancienne grande utilisatrice de Pinterest, fait partie de ceux qui ont quelque peu délaissé la plateforme dernièrement. « Depuis la pandémie, je l’utilise moins, parce que mon conjoint et moi essayons de favoriser l’achat local le plus possible, explique Laurence. Alors je passe par des sites québécois, je vais sur les réseaux sociaux de certains entrepreneurs ou de certaines marques plutôt que sur Pinterest, qui m’amène surtout vers l’achat hors Québec, en Chine ou aux États-Unis. »

Cette réflexion semble d’ailleurs être partagée par de nombreux utilisateurs. La recherche « Soutenir les petites entreprises » a augmenté de 827 % au Canada au cours du dernier mois.

Pinterest a beaucoup développé, au courant des dernières années, le pouvoir de vente des entreprises qui s’y retrouvent. « Quand tu vas sur Pinterest, tu es en mode projet et ça va nécessiter des achats, observe Aurélie Sauthier. Sur le plan du commerce en ligne, les marques qui utilisent bien Pinterest ont beaucoup de revenus qui viennent de là. » 

« Je ne sais pas si je vais retourner sur Pinterest comme avant, dit Laurence Gagnon, qui ne se voit recommencer à l’utiliser qu’à condition de pouvoir y trouver plus de produits locaux. Selon ce que les marques québécoises vont faire, ça va m’inciter à aller ou non sur la plateforme. »