Une photo peut valoir 1000 mots et 1000 maux si elle est (mal) commentée sur les réseaux sociaux.

Marie Allard
Marie Allard La Presse

L’organisme ÉquiLibre invite les adolescents à faire l’effort conscient de ne pas faire de commentaires sur le poids et l’apparence physique sur les réseaux sociaux, à l’occasion de la semaine « Le poids ? Sans commentaire ! », qui se déroule jusqu’à vendredi.

L’écrasante majorité (90 %) des adolescents québécois de 13 à 17 ans possèdent un téléphone intelligent et ils l’utilisent plus de 3,5 heures par jour, selon l’étude Explorer la génération Z, publiée par Callosum et Canidé en 2019.

Parmi ces ados, 68 % utilisent Instagram et 83 %, Facebook. La plupart (70 %) sont d’avis que les réseaux sociaux peuvent exercer une pression sociale.

Consultez le site de la campagne