Source ID:; App Source:

Chambre d'ados: habitats naturels

  • Rivky (8 ans) Ruchy (7 ans) et Etty (4 ans) Rubin partagent une petite chambre dans un appartement à Outremont. Leurs parents sont des juifs orthodoxes de la branche Viznitz, une communauté qui ne compte pas plus de 60 personnes à Montréal. Comme toutes les petites filles, Rivky, Ruchy et Etty capotent sur le rose. Mais cela n'a rien à voir avec les princesses de Walt Disney, qu'elles ne connaissent... (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Rivky (8 ans) Ruchy (7 ans) et Etty (4 ans) Rubin partagent une petite chambre dans un appartement à Outremont. Leurs parents sont des juifs orthodoxes de la branche Viznitz, une communauté qui ne compte pas plus de 60 personnes à Montréal. Comme toutes les petites filles, Rivky, Ruchy et Etty capotent sur le rose. Mais cela n'a rien à voir avec les princesses de Walt Disney, qu'elles ne connaissent...

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 1 / 13
  • Ce petit cahier est un livre de prière (Shema) que Rivky, Ruchy et Etty récitent chaque soir avant de s'endormir. Des fois, elles le lisent ensemble, des fois, c'est maman qui lit. La shema est une prière quotidienne qui demande protection à Dieu. On la récite le soir, et aussi le matin à l'école. Rivky et Ruchy fréquentent une école hassidique pour filles à Outremont. Etty est encore trop petite. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Ce petit cahier est un livre de prière (Shema) que Rivky, Ruchy et Etty récitent chaque soir avant de s'endormir. Des fois, elles le lisent ensemble, des fois, c'est maman qui lit. La shema est une prière quotidienne qui demande protection à Dieu. On la récite le soir, et aussi le matin à l'école. Rivky et Ruchy fréquentent une école hassidique pour filles à Outremont. Etty est encore trop petite.

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 2 / 13
  • Papa possède un magasin de photo. Maman fait de la photo. Normal que Ruchy ait reçu un appareil photo pour Hanoukka (le Noël juif). Elle adore prendre des photos des amis, du bébé et des nounours qu'elle a fabriqués elle-même avec ses soeurs au Carrefour Laval. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Papa possède un magasin de photo. Maman fait de la photo. Normal que Ruchy ait reçu un appareil photo pour Hanoukka (le Noël juif). Elle adore prendre des photos des amis, du bébé et des nounours qu'elle a fabriqués elle-même avec ses soeurs au Carrefour Laval.

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 3 / 13
  • Charlélie Garand, 13 ans, vit à Beloeil. Comme la plupart des jeunes garçons de son âge, il tripe sur les jeux vidéos, tellement qu'il a présenté sa collection personnelle sur Youtube. Il aime aussi le hockey et garde les buts pour l'équipe bantam de Beloeil. Sa chambre n'est pas encore décorée, parce qu'il vient juste d'y déménager, après le départ de son grand frère. «Avant j'avais une chambre d'enfants. Celle-là... (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Charlélie Garand, 13 ans, vit à Beloeil. Comme la plupart des jeunes garçons de son âge, il tripe sur les jeux vidéos, tellement qu'il a présenté sa collection personnelle sur Youtube. Il aime aussi le hockey et garde les buts pour l'équipe bantam de Beloeil. Sa chambre n'est pas encore décorée, parce qu'il vient juste d'y déménager, après le départ de son grand frère. «Avant j'avais une chambre d'enfants. Celle-là...

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 4 / 13
  • Quand il sera grand, Charlélie veut jouer pour les Kings de Los Angeles. Il ne voue pas de culte particulier aux Nordiques. Mais l'ancien gardien de Québec, Mario Gosselin, lui a donné des cours et il en a profité pour faire autographier ce t-shirt. Charlélie conserve aussi précieusement une rondelle de joueur du match, gagnée après une magistrale performance. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Quand il sera grand, Charlélie veut jouer pour les Kings de Los Angeles. Il ne voue pas de culte particulier aux Nordiques. Mais l'ancien gardien de Québec, Mario Gosselin, lui a donné des cours et il en a profité pour faire autographier ce t-shirt. Charlélie conserve aussi précieusement une rondelle de joueur du match, gagnée après une magistrale performance.

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 5 / 13
  • Cette figurine du jeu vidéo Assassin's Creed a été créée par son cousin, qui travaille pour Ubisoft en Chine. Il a été un des premiers en Amérique du Nord à en avoir un exemplaire, ce qui le rend assez fier. «Assassin's Creed est un des jeux les plus cool, dit ce

    Plein écran

    Cette figurine du jeu vidéo Assassin's Creed a été créée par son cousin, qui travaille pour Ubisoft en Chine. Il a été un des premiers en Amérique du Nord à en avoir un exemplaire, ce qui le rend assez fier. «Assassin's Creed est un des jeux les plus cool, dit ce "gamer" en herbe. C'est pas juste la guerre. Il y a un parcours, tu grimpes dans des murs. C'est...

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 6 / 13
  • Farah Awada, 15 ans, habite une belle grande maison dans le quartier Montréal-Nord. Elle partage sa chambre avec une de ses quatre soeurs. Farah est d'origine libanaise et pratique l'islam comme le reste de sa famille. Ça ne l'empêche pas de triper aussi sur Justin Bieber, One Direction et le manga japonais One Piece (voir son drapeau). Elle aime par-dessus tout Angelina Jolie, son idole absolue. Pas étonnant qu'elle lui... (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Farah Awada, 15 ans, habite une belle grande maison dans le quartier Montréal-Nord. Elle partage sa chambre avec une de ses quatre soeurs. Farah est d'origine libanaise et pratique l'islam comme le reste de sa famille. Ça ne l'empêche pas de triper aussi sur Justin Bieber, One Direction et le manga japonais One Piece (voir son drapeau). Elle aime par-dessus tout Angelina Jolie, son idole absolue. Pas étonnant qu'elle lui...

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 7 / 13
  • Pour Farah, Angelina Jolie est un modèle. Pas seulement parce qu'elle est glamour, mais pour ce qu'elle représente. «J'aime ce qu'elle dégage. Elle fait beaucoup de choses bien. Elle aide des associations. Elle adopte des enfants. Et puis, elle est teeeellement belle!» Tu veux devenir actrice toi aussi Farah? «Non, je veux travailler avec les enfants.» (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Pour Farah, Angelina Jolie est un modèle. Pas seulement parce qu'elle est glamour, mais pour ce qu'elle représente. «J'aime ce qu'elle dégage. Elle fait beaucoup de choses bien. Elle aide des associations. Elle adopte des enfants. Et puis, elle est teeeellement belle!» Tu veux devenir actrice toi aussi Farah? «Non, je veux travailler avec les enfants.»

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 8 / 13
  • Fabio Lechêne, 14 ans, vit avec sa mère à Outremont. Il a n'a rien mis sur les murs de sa chambre, parce que «ça rend les idées plus claires». Il a cependant une télé rien que pour lui, un divan et un mini-studio d'enregistrement dans le fond d'un placard. Franco-Africain d'origine, Fabio aimerait devenir rappeur ou joueur de foot. «Si ça ne marche pas, je ferai avocat», dit-il, réaliste. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Fabio Lechêne, 14 ans, vit avec sa mère à Outremont. Il a n'a rien mis sur les murs de sa chambre, parce que «ça rend les idées plus claires». Il a cependant une télé rien que pour lui, un divan et un mini-studio d'enregistrement dans le fond d'un placard. Franco-Africain d'origine, Fabio aimerait devenir rappeur ou joueur de foot. «Si ça ne marche pas, je ferai avocat», dit-il, réaliste.

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 9 / 13
  • Fabio rappe depuis deux ans. Récemment, il a fondé un groupe, le Clan des intrus, avec trois de ses amis. «Nos chansons parlent de la vie, de la rue, de la justice et de l'école» dit-il. Pour lui, le rap n'est pas seulement un passe-temps, «c'est aussi une façon de m'exprimer et de me défouler». Pour enregistrer les voix, Fabio et ses potes s'enferment dans ce placard. D'ici l'été, ils... (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Plein écran

    Fabio rappe depuis deux ans. Récemment, il a fondé un groupe, le Clan des intrus, avec trois de ses amis. «Nos chansons parlent de la vie, de la rue, de la justice et de l'école» dit-il. Pour lui, le rap n'est pas seulement un passe-temps, «c'est aussi une façon de m'exprimer et de me défouler». Pour enregistrer les voix, Fabio et ses potes s'enferment dans ce placard. D'ici l'été, ils...

    Photo Robert Skinner, La Presse

  • 10 / 13
  • Loren Gabriela Ruiz-Portillo a 14 ans et habite Montréal-Nord. Avant, les murs de sa chambre étaient roses, mais on les a repeints en vert parce qu'elle voulait «quelque chose de moins petite fille . Maintenant, la pièce est bardée d'affiches du F.C. Barcelone et de souvenirs du Salvador, son pays d'origine. Quand elle sera plus grande, Loren Gabriela aimerait bien devenir médecin. Elle dit aimer l'école, «mais pas les devoirs.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Loren Gabriela Ruiz-Portillo a 14 ans et habite Montréal-Nord. Avant, les murs de sa chambre étaient roses, mais on les a repeints en vert parce qu'elle voulait «quelque chose de moins petite fille . Maintenant, la pièce est bardée d'affiches du F.C. Barcelone et de souvenirs du Salvador, son pays d'origine. Quand elle sera plus grande, Loren Gabriela aimerait bien devenir médecin. Elle dit aimer l'école, «mais pas les devoirs.»

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 11 / 13
  • Cette ancienne boîte de chocolat recèle un des souvenirs les plus précieux de Loren Gabriela: du sable et des coquillages ramenés d'une plage au Salvador. Loren est née au Québec, mais elle n'a pas oublié ses racines: un jour, elle veut retourner au pays que ses parents ont quitté dans les années 80. «Au Salvador, j'aime les couleurs et j'aime les gens.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Cette ancienne boîte de chocolat recèle un des souvenirs les plus précieux de Loren Gabriela: du sable et des coquillages ramenés d'une plage au Salvador. Loren est née au Québec, mais elle n'a pas oublié ses racines: un jour, elle veut retourner au pays que ses parents ont quitté dans les années 80. «Au Salvador, j'aime les couleurs et j'aime les gens.»

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 12 / 13
  • Fan de foot? Fan du F.C. Barcelone serait plus juste. Loren Gabriela collectionne tout ce qui se rapporte à son club fétiche, affiches, foulards, t-shirts, vestes, alouette. Pourquoi Barcelone? À cause de Lionel Messi, bien sûr. «C'est le meilleur», dit-elle. Mais elle aime aussi toute l'équipe et peut vous nommer plein de noms de joueurs par coeur. Et le hockey?  «Je trouve ça plate.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Plein écran

    Fan de foot? Fan du F.C. Barcelone serait plus juste. Loren Gabriela collectionne tout ce qui se rapporte à son club fétiche, affiches, foulards, t-shirts, vestes, alouette. Pourquoi Barcelone? À cause de Lionel Messi, bien sûr. «C'est le meilleur», dit-elle. Mais elle aime aussi toute l'équipe et peut vous nommer plein de noms de joueurs par coeur. Et le hockey? «Je trouve ça plate.»

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

  • 13 / 13

Une chambre de jeune, ce n'est pas seulement un bordel sans nom. C'est aussi un monde en soi et une personnalité en devenir.

Enfant, c'est plus discret. Les chambres se ressemblent plus ou moins. Bleu pour les gars. Rose pour les filles. En général, papa et maman décident de la déco, des meubles et des jouets.

Mais avec le temps, le jeune grandit. Son identité s'affirme et, avec elle, son univers immédiat. Il décore selon ses goûts et ses passions du moment. Les toutous font place à des affiches d'idoles, à des collections diverses ou à des gadgets électroniques.

Comme l'explique Joannie Lessard, interne en psychiatrie au CHU Sainte-Justine, «la chambre est le premier lieu personnel de l'ado. C'est un endroit qui l'aide à se construire et à affirmer son autonomie. Elle devient le terrain de jeu de ses nouvelles expériences physiques et psychologiques.»

La «personnalisation» des chambres serait toutefois à la baisse, puisque les jeunes s'affichent de plus en plus de façon virtuelle, sur les médias sociaux. C'est du moins ce que suggère la psychoéducatrice Elsy Feiche: «Avec le wall de Facebook, on dirait qu'ils ont moins besoin de s'afficher sur les murs de leur chambre», avance Mme Feiche.

Cela dit, il y a autant de chambres qu'il y a de jeunes. La preuve par cinq, dans le reportage qui suit. Cinq jeunes, cinq réalités, cinq adultes de demain, croqués dans leur «habitat naturel» par les photographes de La Presse. On peut entrer?




À découvrir sur LaPresse.ca

  • «Mon ado est pire que le tien»

    Vivre

    «Mon ado est pire que le tien»

    Difficile de ne pas sourire en regardant ces photos. Comme si ces chambres sens dessus dessous nous rappelaient vaguement quelqu'un... »

Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer
  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Rivky (8 ans) Ruchy (7 ans) et Etty (4 ans) Rubin partagent une petite chambre dans un appartement à Outremont. Leurs parents sont des juifs orthodoxes de la branche Viznitz, une communauté qui ne compte pas plus de 60 personnes à Montréal. Comme toutes les petites filles, Rivky, Ruchy et Etty capotent sur le rose. Mais cela n'a rien à voir avec les princesses de Walt Disney, qu'elles ne connaissent pas vraiment. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Rivky (8 ans) Ruchy (7 ans) et Etty (4 ans) Rubin partagent une petite chambre dans un appartement à Outremont. Leurs parents sont des juifs orthodoxes de la branche Viznitz, une communauté qui ne compte pas plus de 60 personnes à Montréal. Comme toutes les petites filles, Rivky, Ruchy et Etty capotent sur le rose. Mais cela n'a rien à voir avec les princesses de Walt Disney, qu'elles ne connaissent pas vraiment.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Ce petit cahier est un livre de prière (Shema) que Rivky, Ruchy et Etty récitent chaque soir avant de s'endormir. Des fois, elles le lisent ensemble, des fois, c'est maman qui lit. La shema est une prière quotidienne qui demande protection à Dieu. On la récite le soir, et aussi le matin à l'école. Rivky et Ruchy fréquentent une école hassidique pour filles à Outremont. Etty est encore trop petite. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Ce petit cahier est un livre de prière (Shema) que Rivky, Ruchy et Etty récitent chaque soir avant de s'endormir. Des fois, elles le lisent ensemble, des fois, c'est maman qui lit. La shema est une prière quotidienne qui demande protection à Dieu. On la récite le soir, et aussi le matin à l'école. Rivky et Ruchy fréquentent une école hassidique pour filles à Outremont. Etty est encore trop petite.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Papa possède un magasin de photo. Maman fait de la photo. Normal que Ruchy ait reçu un appareil photo pour Hanoukka (le Noël juif). Elle adore prendre des photos des amis, du bébé et des nounours qu'elle a fabriqués elle-même avec ses soeurs au Carrefour Laval. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Papa possède un magasin de photo. Maman fait de la photo. Normal que Ruchy ait reçu un appareil photo pour Hanoukka (le Noël juif). Elle adore prendre des photos des amis, du bébé et des nounours qu'elle a fabriqués elle-même avec ses soeurs au Carrefour Laval.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Charlélie Garand, 13 ans, vit à Beloeil. Comme la plupart des jeunes garçons de son âge, il tripe sur les jeux vidéos, tellement qu'il a présenté sa collection personnelle sur Youtube. Il aime aussi le hockey et garde les buts pour l'équipe bantam de Beloeil. Sa chambre n'est pas encore décorée, parce qu'il vient juste d'y déménager, après le départ de son grand frère. «Avant j'avais une chambre d'enfants. Celle-là est mieux. Elle est faite pour les ados.» (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Charlélie Garand, 13 ans, vit à Beloeil. Comme la plupart des jeunes garçons de son âge, il tripe sur les jeux vidéos, tellement qu'il a présenté sa collection personnelle sur Youtube. Il aime aussi le hockey et garde les buts pour l'équipe bantam de Beloeil. Sa chambre n'est pas encore décorée, parce qu'il vient juste d'y déménager, après le départ de son grand frère. «Avant j'avais une chambre d'enfants. Celle-là est mieux. Elle est faite pour les ados.»

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Quand il sera grand, Charlélie veut jouer pour les Kings de Los Angeles. Il ne voue pas de culte particulier aux Nordiques. Mais l'ancien gardien de Québec, Mario Gosselin, lui a donné des cours et il en a profité pour faire autographier ce t-shirt. Charlélie conserve aussi précieusement une rondelle de joueur du match, gagnée après une magistrale performance. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Quand il sera grand, Charlélie veut jouer pour les Kings de Los Angeles. Il ne voue pas de culte particulier aux Nordiques. Mais l'ancien gardien de Québec, Mario Gosselin, lui a donné des cours et il en a profité pour faire autographier ce t-shirt. Charlélie conserve aussi précieusement une rondelle de joueur du match, gagnée après une magistrale performance.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Cette figurine du jeu vidéo Assassin's Creed a été créée par son cousin, qui travaille pour Ubisoft en Chine. Il a été un des premiers en Amérique du Nord à en avoir un exemplaire, ce qui le rend assez fier. «Assassin's Creed est un des jeux les plus cool, dit ce

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Cette figurine du jeu vidéo Assassin's Creed a été créée par son cousin, qui travaille pour Ubisoft en Chine. Il a été un des premiers en Amérique du Nord à en avoir un exemplaire, ce qui le rend assez fier. «Assassin's Creed est un des jeux les plus cool, dit ce "gamer" en herbe. C'est pas juste la guerre. Il y a un parcours, tu grimpes dans des murs. C'est fluide.» Et l'ordi, dans ta chambre, c'est pour jouer? «Non, seulement pour les devoirs.»

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Farah Awada, 15 ans, habite une belle grande maison dans le quartier Montréal-Nord. Elle partage sa chambre avec une de ses quatre soeurs. Farah est d'origine libanaise et pratique l'islam comme le reste de sa famille. Ça ne l'empêche pas de triper aussi sur Justin Bieber, One Direction et le manga japonais One Piece (voir son drapeau). Elle aime par-dessus tout Angelina Jolie, son idole absolue. Pas étonnant qu'elle lui consacre la moitié de son mur! (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Photo Bernard Brault, La Presse

    Farah Awada, 15 ans, habite une belle grande maison dans le quartier Montréal-Nord. Elle partage sa chambre avec une de ses quatre soeurs. Farah est d'origine libanaise et pratique l'islam comme le reste de sa famille. Ça ne l'empêche pas de triper aussi sur Justin Bieber, One Direction et le manga japonais One Piece (voir son drapeau). Elle aime par-dessus tout Angelina Jolie, son idole absolue. Pas étonnant qu'elle lui consacre la moitié de son mur!

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Pour Farah, Angelina Jolie est un modèle. Pas seulement parce qu'elle est glamour, mais pour ce qu'elle représente. «J'aime ce qu'elle dégage. Elle fait beaucoup de choses bien. Elle aide des associations. Elle adopte des enfants. Et puis, elle est teeeellement belle!» Tu veux devenir actrice toi aussi Farah? «Non, je veux travailler avec les enfants.» (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Photo Bernard Brault, La Presse

    Pour Farah, Angelina Jolie est un modèle. Pas seulement parce qu'elle est glamour, mais pour ce qu'elle représente. «J'aime ce qu'elle dégage. Elle fait beaucoup de choses bien. Elle aide des associations. Elle adopte des enfants. Et puis, elle est teeeellement belle!» Tu veux devenir actrice toi aussi Farah? «Non, je veux travailler avec les enfants.»

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Fabio Lechêne, 14 ans, vit avec sa mère à Outremont. Il a n'a rien mis sur les murs de sa chambre, parce que «ça rend les idées plus claires». Il a cependant une télé rien que pour lui, un divan et un mini-studio d'enregistrement dans le fond d'un placard. Franco-Africain d'origine, Fabio aimerait devenir rappeur ou joueur de foot. «Si ça ne marche pas, je ferai avocat», dit-il, réaliste. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Fabio Lechêne, 14 ans, vit avec sa mère à Outremont. Il a n'a rien mis sur les murs de sa chambre, parce que «ça rend les idées plus claires». Il a cependant une télé rien que pour lui, un divan et un mini-studio d'enregistrement dans le fond d'un placard. Franco-Africain d'origine, Fabio aimerait devenir rappeur ou joueur de foot. «Si ça ne marche pas, je ferai avocat», dit-il, réaliste.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Fabio rappe depuis deux ans. Récemment, il a fondé un groupe, le Clan des intrus, avec trois de ses amis. «Nos chansons parlent de la vie, de la rue, de la justice et de l'école» dit-il. Pour lui, le rap n'est pas seulement un passe-temps, «c'est aussi une façon de m'exprimer et de me défouler». Pour enregistrer les voix, Fabio et ses potes s'enferment dans ce placard. D'ici l'été, ils devraient avoir assez de matériel pour donner des concerts. (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Photo Robert Skinner, La Presse

    Fabio rappe depuis deux ans. Récemment, il a fondé un groupe, le Clan des intrus, avec trois de ses amis. «Nos chansons parlent de la vie, de la rue, de la justice et de l'école» dit-il. Pour lui, le rap n'est pas seulement un passe-temps, «c'est aussi une façon de m'exprimer et de me défouler». Pour enregistrer les voix, Fabio et ses potes s'enferment dans ce placard. D'ici l'été, ils devraient avoir assez de matériel pour donner des concerts.

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Loren Gabriela Ruiz-Portillo a 14 ans et habite Montréal-Nord. Avant, les murs de sa chambre étaient roses, mais on les a repeints en vert parce qu'elle voulait «quelque chose de moins petite fille . Maintenant, la pièce est bardée d'affiches du F.C. Barcelone et de souvenirs du Salvador, son pays d'origine. Quand elle sera plus grande, Loren Gabriela aimerait bien devenir médecin. Elle dit aimer l'école, «mais pas les devoirs.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

    Loren Gabriela Ruiz-Portillo a 14 ans et habite Montréal-Nord. Avant, les murs de sa chambre étaient roses, mais on les a repeints en vert parce qu'elle voulait «quelque chose de moins petite fille . Maintenant, la pièce est bardée d'affiches du F.C. Barcelone et de souvenirs du Salvador, son pays d'origine. Quand elle sera plus grande, Loren Gabriela aimerait bien devenir médecin. Elle dit aimer l'école, «mais pas les devoirs.»

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Cette ancienne boîte de chocolat recèle un des souvenirs les plus précieux de Loren Gabriela: du sable et des coquillages ramenés d'une plage au Salvador. Loren est née au Québec, mais elle n'a pas oublié ses racines: un jour, elle veut retourner au pays que ses parents ont quitté dans les années 80. «Au Salvador, j'aime les couleurs et j'aime les gens.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

    Cette ancienne boîte de chocolat recèle un des souvenirs les plus précieux de Loren Gabriela: du sable et des coquillages ramenés d'une plage au Salvador. Loren est née au Québec, mais elle n'a pas oublié ses racines: un jour, elle veut retourner au pays que ses parents ont quitté dans les années 80. «Au Salvador, j'aime les couleurs et j'aime les gens.»

  • Chambres d'ados: habitats naturels
    Fan de foot? Fan du F.C. Barcelone serait plus juste. Loren Gabriela collectionne tout ce qui se rapporte à son club fétiche, affiches, foulards, t-shirts, vestes, alouette. Pourquoi Barcelone? À cause de Lionel Messi, bien sûr. «C'est le meilleur», dit-elle. Mais elle aime aussi toute l'équipe et peut vous nommer plein de noms de joueurs par coeur. Et le hockey?  «Je trouve ça plate.» (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

    Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

    Fan de foot? Fan du F.C. Barcelone serait plus juste. Loren Gabriela collectionne tout ce qui se rapporte à son club fétiche, affiches, foulards, t-shirts, vestes, alouette. Pourquoi Barcelone? À cause de Lionel Messi, bien sûr. «C'est le meilleur», dit-elle. Mais elle aime aussi toute l'équipe et peut vous nommer plein de noms de joueurs par coeur. Et le hockey? «Je trouve ça plate.»