Un bon design sait être discret, c’est du moins ce qu’en disent les architectes de la firme Le Borgne Rizk. Dans la maison que les deux associées ont rénovée, on cherche parfois les interventions qui y ont été faites… et même si on ne les trouve pas d’emblée, l’œil, lui, comprend tout de suite qu’une harmonie a été créée.

Publié le 17 février
Sophie Ouimet
Sophie Ouimet La Presse

La maison avait manifestement connu des jours meilleurs. De nombreuses couches de peinture avaient été appliquées, les moulures avaient disparu, l’intérieur était sombre. C’est dans ces circonstances que les architectes Amani Rizk et Sophie Le Borgne ont commencé à travailler sur le projet, mandatées par un couple du New Jersey qui voulait se rapprocher de ses enfants vivant à Montréal.

Construite autour des années 1925, la résidence possédait toutefois un grand potentiel grâce au cachet dont elle était pourvue. Elle fait partie d’un ensemble de maisons en rangée en plein centre-ville, juste derrière le Musée des beaux-arts, arrangé autour d’une cour intérieure. Une situation quelque peu exceptionnelle pour le quartier, confirme l’architecte Amani Rizk. « On a l’impression qu’on n’est pas au centre-ville, lance-t-elle. Tout d’un coup, le brouhaha s’arrête et on est dans un petit jardin, un peu à l’anglaise. »

  • La résidence est dotée d’un petit balconnet, avec vue sur le centre-ville.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    La résidence est dotée d’un petit balconnet, avec vue sur le centre-ville.

  • L’ensemble de maisons est arrangé autour d’une cour intérieure avec de beaux jardins fleuris.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    L’ensemble de maisons est arrangé autour d’une cour intérieure avec de beaux jardins fleuris.

1/2
  •  
  •  

La plupart des maisons du complexe situé au nord de la rue Sherbrooke Ouest comptent deux étages et un sous-sol, dont celle qui nous intéresse. Pour lui redonner son lustre d’antan, les architectes — de pair avec l’entrepreneur Construction Ville-Marie — ont misé sur les petits détails qui, accumulés, font toute la différence.

Décloisonner, mais pas trop

PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

Les interventions sont presque invisibles à l’œil nu, mais pourtant, elles tendent toutes vers le même objectif : mettre l’architecture du lieu en valeur.

« Ce qu’on a voulu faire, c’est mettre en valeur l’architecture du lieu, résume Amani Rizk. Le volume est très simple, mais vraiment efficace, très beau. »

Leurs interventions, bien que nombreuses, elles les ont voulues discrètes afin qu’elles semblent avoir toujours été là. Elles ont commencé par revoir les divisions, mais sans abattre toutes les cloisons.

La mode, c’est un peu de faire de grands espaces ouverts, mais ça n’aurait pas du tout rendu justice à cette maison-là. Donc on a juste aidé à recadrer un peu mieux les espaces.

Amani Rizk, architecte

Par exemple, le passage a été agrandi entre le salon et le couloir d’entrée, pour mieux faire le lien entre les deux pièces ; ou encore, la porte battante qui séparait la cuisine et la salle à manger a été enlevée. Chacun de ces petits gestes vise à accentuer la fluidité, mais sans dénaturer l’espace originel. L’idée étant aussi de faire entrer la lumière à flots.

Retravailler les moulures

  • Les moulures, du plafond au plancher, avaient pâti des multiples couches de peinture et des rénovations au cours des années. Elles ont toutes été refaites pour leur donner une cohésion, que ce soit dans la salle à manger…

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Les moulures, du plafond au plancher, avaient pâti des multiples couches de peinture et des rénovations au cours des années. Elles ont toutes été refaites pour leur donner une cohésion, que ce soit dans la salle à manger…

  • … dans le salon…

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    … dans le salon…

  • … ou même dans la cuisine.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    … ou même dans la cuisine.

  • Le seul endroit de la maison où l’on trouvait les anciennes moulures en demi-cercle, c’était dans la salle d’eau du rez-de-chaussée. Notons aussi que le lavabo original a été conservé, avec ses deux robinets, l’un pour l’eau chaude, l’autre pour l’eau froide !

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Le seul endroit de la maison où l’on trouvait les anciennes moulures en demi-cercle, c’était dans la salle d’eau du rez-de-chaussée. Notons aussi que le lavabo original a été conservé, avec ses deux robinets, l’un pour l’eau chaude, l’autre pour l’eau froide !

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Au fil du temps, les moulures avaient perdu leur unité, et certaines avaient même disparu. Les designers ont décidé d’unifier le tout en façonnant des moulures en demi-cercle et en les répliquant partout dans la maison, tout en créant une hiérarchie selon les étages.

Le seul endroit où on trouvait ces moulures courbes, c’était dans la petite salle d’eau de l’entrée, qui avait gardé son charme suranné. Les architectes se sont basées sur celles-ci pour en recréer des similaires, partout dans la maison.

« Les moulures viennent juste adoucir la ligne entre le plafond et le mur. Elles sont aussi typiques des maisons de ces années-là à Montréal, ajoute Amani Rizk. Et pour nous, elles sont tellement belles, tellement discrètes, qu’on a décidé de les étendre au reste de la maison. »

Rangements ingénieux

  • Le rangement sous l’escalier permet de maximiser l’espace, tout en créant de la place pour classer toutes sortes d’objets.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Le rangement sous l’escalier permet de maximiser l’espace, tout en créant de la place pour classer toutes sortes d’objets.

  • Les rangements eux-mêmes sont bien pensés, afin de faciliter la tâche des occupants !

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Les rangements eux-mêmes sont bien pensés, afin de faciliter la tâche des occupants !

  • Une entrée bien organisée pour bien ranger bottes et manteaux.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Une entrée bien organisée pour bien ranger bottes et manteaux.

1/3
  •  
  •  
  •  

Du rangement sous toutes ses formes a aussi été ajouté partout où c’était possible : sous l’escalier, dans l’entrée du sous-sol… « Le rangement fermé nous permet d’avoir le reste de l’espace plus aérien, avec moins de choses qui traînent, souligne l’architecte. Tous ces espaces de rangement sont fonctionnels, alors c’est encore plus facile de classer ses affaires. »

PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

Le garde-robe du couloir a été converti en lingerie. En même temps, tout le système de tiroirs et tablettes a été revu pour rendre l’ensemble plus pratique.

Le garde-robe du couloir, qui jouxte la salle de bains, a aussi été converti en une superbe lingerie. L’espace n’était pas très fonctionnel, donc il a été réaménagé, et on peut maintenant même y entrer. « C’est tellement mignon, on dirait un rangement de poupée, dit l’associée d’Amani Rizk, Sophie Le Borgne. On a envie d’ouvrir les poignées du bout des doigts tellement il est adorable ! »

Consultez le site de Le Borgne Rizk

D’autres petits détails

  • La dimension des portes françaises qui donnent sur le balconnet a été revue pour que, lorsqu’elles se replient, elles soient exactement de la même largeur que le cadre de la fenêtre. Aussi, lorsqu’elles sont ouvertes, elles révèlent leur couleur noire.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    La dimension des portes françaises qui donnent sur le balconnet a été revue pour que, lorsqu’elles se replient, elles soient exactement de la même largeur que le cadre de la fenêtre. Aussi, lorsqu’elles sont ouvertes, elles révèlent leur couleur noire.

  • « On a aussi refait les fenêtres, en reprenant exactement les fenêtres d’origine, mais en les retravaillant », note Amani Rizk.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    « On a aussi refait les fenêtres, en reprenant exactement les fenêtres d’origine, mais en les retravaillant », note Amani Rizk.

  • Autre stratégie pour gagner de l’espace : l’une des chambres à l’étage a été reconvertie en grande penderie de type walk-in, attenante à la chambre principale.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Autre stratégie pour gagner de l’espace : l’une des chambres à l’étage a été reconvertie en grande penderie de type walk-in, attenante à la chambre principale.

  • Dans la salle de bains principale, on a voulu faire un clin d’œil aux années 1920, notamment avec le travail des tuiles au mur.

    PHOTO MAXIME BROUILLET, FOURNIE PAR LE BORGNE RIZK ARCHITECTURE

    Dans la salle de bains principale, on a voulu faire un clin d’œil aux années 1920, notamment avec le travail des tuiles au mur.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •