Si vous avez connu la première incarnation du restaurant Nonya, qui se trouvait boulevard Saint-Laurent, au sud de la rue Sainte-Catherine, vous avez déjà mangé la cuisine du chef d’Uluwatu, nouvelle table indonésienne située dans Outremont. Quel bonheur de pouvoir s’en délecter de nouveau !

Ève Dumas
Ève Dumas La Presse

Après avoir vendu sa participation dans le Nonya, en 2007, Sambas Herman s’était consacré à une cuisine plutôt européenne, aux restaurants l’Atelier et À l’os. Puis, en 2015, il est retourné dans son pays d’origine avec sa famille, travaillant dans des hôtels de Jakarta et de Bali. La pandémie a eu raison de l’industrie touristique de l’archipel aux milliers d’îles et aux centaines d’ethnies. La famille Herman est donc rentrée à Montréal.

  • Dans cette assiette, on trouve deux entrées du restaurant Uluwatu, le lemper cakalang (riz collant grillé farci au thon fumé) et des pastels (chaussons farcis au poulet et aux légumes).

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Dans cette assiette, on trouve deux entrées du restaurant Uluwatu, le lemper cakalang (riz collant grillé farci au thon fumé) et des pastels (chaussons farcis au poulet et aux légumes).

  • Le bœuf Rendang, mijoté pendant six heures, est un classique de la cuisine indonésienne, provenant de l’île de Sumatra du Nord.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Le bœuf Rendang, mijoté pendant six heures, est un classique de la cuisine indonésienne, provenant de l’île de Sumatra du Nord.

  • Sambas Herman est le chef du restaurant Uluwatu.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Sambas Herman est le chef du restaurant Uluwatu.

  • Ici, la salade asinan, pleine de légumes croquants, avec pamplemousse et arachides.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Ici, la salade asinan, pleine de légumes croquants, avec pamplemousse et arachides.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est alors que l’idée d’ouvrir un nouveau restaurant mettant à l’honneur les différentes cuisines régionales de l’Indonésie a fait son chemin dans la tête du chef. Il a trouvé deux partenaires prêts à se lancer dans l’aventure avec lui, malgré le contexte particulier : un bon ami et sa femme, Renza Munando, tous deux d’origine indonésienne également. Le local voisin des restaurants Tinc Set et Alma, sur ce petit tronçon magique de la rue Lajoie qui s’anime l’été, s’était libéré et il fallait agir vite.

Dans l’assiette, on se promène donc d’île en île, avec des entrées, des plats, des salades, des accompagnements et des desserts qui peuvent accommoder à peu près toutes les diètes. Les Lemper Cakalang (Sulawesi du Nord) sont des bouchées de riz collant farcies de thon fumé cuites dans des feuilles de banane. Le pastel est un « héritage » néerlandais, un petit chausson rempli de poulet et de légumes puis servi avec une sauce aux arachides. Les satés, ces irrésistibles brochettes, sont au poulet (Madura) ou à l’agneau (Jakarta) et viennent accompagnés de cubes de riz collant, salade et autres condiments.

Les plats principaux sont particulièrement généreux, puisque les protéines, qu’il s’agisse de poisson grillé en feuille de bananier (pepes ikan, du Timor occidental), de bœuf Rendang (Sumatra du Nord) ou de flanc de porc croustillant (babi guling samcan, de Bali), sont toutes servies avec riz au choix (il y en a quatre sortes !) et accompagnements végétaux. Il y a également quelques options végétariennes au menu. Évidemment, le lait de coco, les arachides et nombre d’épices sont à l’honneur.

Vivement un voyage gustatif en Indonésie ce printemps !

1239, avenue Lajoie

> Consultez le site d’Uluwatu