Résidants de Pointe-Saint-Charles et des alentours, réjouissez-vous d’avoir maintenant accès à l’exceptionnelle cuisine chinoise de la chef Helena Han Lin (Bouillon Bilk, Elena). Elle et son partenaire, Benjamin Serapins (Cadet), responsable de la salle, ont ouvert La Canting en novembre dans le complexe de bureaux et de condos Le Nordelec.

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Le poulet frit sur pain au lait japonais de La Canting est un des meilleurs qu’on ait mangés à Montréal.

La résilience est une aptitude que le tandem a abondamment mise en pratique dans la dernière année. Au départ, le restaurant se voulait « cantine » (d’où le nom, marié avec les mots « cān tīng », signifiant restaurant en mandarin), avec un bassin de 5000 travailleurs affamés le midi. Lorsque le complexe s’est vidé, il a fallu revoir les plans. Restaient les résidants des nombreux condos du quartier.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La poitrine de porc braisée est un plat récemment ajouté au menu de La Canting.

Pour l’instant, La Canting est ouverte de midi à 20 h, du mercredi au samedi, puis de 16 h à 20 h, le dimanche. La salle à manger n’a évidemment pas été utilisée, mais avec ses plafonds hauts et son allure léchée, l’espace sera tout à fait séduisant à terme, lumineux le jour et tamisé le soir.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Benjamin Serapins, responsable de la salle, et la chef Helena Han Lin ont ouvert La Canting en novembre, dans le complexe de bureaux et de condos Le Nordelec.

Au chapitre des adaptations imposées par la pandémie, il y a aussi le menu. Benjamin et Helena ont hâte de servir leurs délices dans de vraies assiettes, mais pour l’instant, ils se contentent de boîtes en carton recyclable. Cela dit, les plats sont bien pensés pour être réchauffés à la maison, que ce soit les nouilles aux oignons verts avec magret de canard ou champignons braisés et marinés, le flanc de porc braisé sur riz ou le brocoli chinois à l’ail. Même le poulet sur pain au lait japonais semble sortir tout droit de la friteuse après quelques minutes au four. Avec son poivre de Sichuan, son complément de concombres marinés et de salade de chou, c’est à n’en point douter l’un des meilleurs plats de poulet frit à Montréal.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La salle à manger n’a évidemment pas été utilisée, mais avec ses plafonds hauts et son allure léchée, l’espace sera tout à fait séduisant à terme, lumineux le jour et tamisé le soir.

À boire, on propose des créations inspirées des cuisines de Taïwan, de Shanghai, avec l’occasionnel emprunt d’Asie du Sud-Est, ainsi qu’une petite sélection de vins naturels faite par Benjamin. Les bières proviennent toutes pour l’instant de la microbrasserie voisine, 4 Origines. L’offre s’agrandira, avec des cidres québécois et des cocktails, à l’ouverture des salles à manger. « Pour moi, c’est essentiel qu’il y ait un beau mariage entre la cuisine et les boissons qu’on propose », déclare le restaurateur.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Tous les plats de La Canting se marient merveilleusement bien.

1720, rue Saint-Patrick, Montréal

> Consultez le site du restaurant