La majorité des restaurants québécois ont fermé leurs salles à manger dans les derniers jours. Certains d’entre eux se sont tournés vers les commandes pour emporter afin de continuer à desservir leur communauté et de se donner une chance de survivre à la crise. D’autres initiatives pour aider le milieu des bars et des restaurants sont en train de voir le jour. On fait le point.

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

Un fonds de secours aux travailleurs de restaurants de Montréal est en train de se mettre sur pied, à l’initiative de la sommelière Kaitlin Doucette (Foxy) aujourd’hui sans emploi.

> Consultez le document du Fonds de secours aux travailleurs de restauration de Montréal

« J’ai vu que ça se faisait à New York alors j’ai posté ça sur mon compte Instagram pour tâter le terrain à Montréal. Plein de gens se sont manifestés. Là, on est une gang de filles de la restauration et d’avocates qui travaillons à le concrétiser.

« C’est vraiment un fonds d’urgence à échelle mobile. Quand j’ai quitté le Foxy, il y a quelques jours, j’ai constaté que certains membres du personnel ne savaient même pas avec quel argent ils allaient faire leur épicerie et acheter leurs médicaments. On va offrir des montants de 50 $, 100 $, 150 $, 200 $. L’attribution de l’argent ne sera pas parfaite. On compte sur les gens pour être honnêtes. Mais on préfère que ce soit rapide que parfait. Il y a même une amie qui est en train de faire la traduction en bengali, pour rejoindre plein de plongeurs qui travaillent en restauration. »

Un fonds pour venir en aide aux travailleurs des bars est déjà en ligne.

> Consultez la page Quebec Bartender COVID-19 relief

Le site de Brunette, https://shopbrunette.com/collections/gift-cards#, offre un autre moyen d’aider les restaurateurs. On peut commander des cartes cadeaux pour ses établissements préférés, comme Pumpui, Nora Gray, Mano Cornuto, Mon lapin, Mandy’s, Loïc et Falafel Yoni, entre autres.

Plusieurs autres belles initiatives voient le jour et démontrent à quel point l’industrie de l’accueil peut être solidaire. Pur Vodka et Cook it ont, par exemple, décidé de donner 6000 repas aux travailleurs de la restauration. Uber Eats offre la livraison gratuitement, ces jours-ci. Des pages Facebook permettent aux fournisseurs de plats pour emporter ou pour livraison de s’afficher et de faire la promotion de leurs services. Les listes de takeout disponible se multiplient.

Du vin en commande privée

À la suite de l’annulation massive de commandes par les restaurants, certaines agences de représentation en vin se tournent vers les particuliers pour les fournir en caisses. Ce matin, Martin Landry, de Wino, a cueilli 60 caisses à l’entrepôt de la SAQ pour les livrer à des clients.

Bacchus76, Planvin et Origines font de même, entre autres. Les agents soulignent qu’ils ne font rien d’illégal, ne livrant que les produits par caisses, qu’ils vont chercher à l’entrepôt au nom des clients. « Cela dit, la SAQ nous aiderait beaucoup en nous permettant exceptionnellement de faire des caisses mixtes pour les particuliers », déclare Philip Morisset, d’Origines.

D'autres agences, comme Vin dans les voiles, encouragent leurs clients à commander leurs caisses auprès d'eux, comme d'habitude, puis à aller les cueillir 24 heures plus tard directement à l’entrepôt du 1947, rue des Futailles, plutôt que d’attendre les cinq à sept jours ouvrables nécessaires avant que la caisse arrive à la succursale désignée.

Commandes pour emporter

Plusieurs de nos restaurants montréalais préférés, dont Elena, Helicoptère, Pastaga, Mano Cornuto, Graziella, Au pied de cochon, Diplomate, Grumman 78, Vesta, Gema, Tousignant, Gus, Damas, Tapeo, Boucherie et Bar à vin Provisions, Moccione sont en mode « pour emporter ».

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Mano Cornuto offre présentement ces délicieux plats italiens pour emporter.

Au restaurant Elena, les pizzas, salades, pains et bouteilles de vin pour emporter permettent aussi d’assurer un revenu à ceux et celles qui n’ont pas (encore ?) accès à l’assurance-emploi, comme les travailleurs à temps partiel, les étudiants, les étrangers en permis de travail.

« Nous n’avons gardé que 5 employés sur les 45 qui travaillent normalement au Elena. Les autres ont été mis à pied. Les règles d’hygiène sont évidemment plus strictes que jamais, explique le copropriétaire Ryan Gray. Nos cinq employés font des quarts de travail à trois personnes à la fois. Dimanche, ils ont préparé 105 pizzas pour emporter. L’étape suivante, c’est la livraison, pour que le moins de gens possible sortent de leur maison et se pointent au resto.

« Dans toute cette histoire, il faut également penser à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement qui dépend de nous, poursuit le restaurateur. Nos fournisseurs aussi sont grandement affectés. »

Le site Tastet dresse une liste des options exhaustive, mise à jour quotidiennement. Le Cuisinomane aussi. Cela dit, plusieurs restaurants cessent même leurs activités de takeout chaque jour, comme Beba et McKiernan, qui ont fait ce choix par mesure de précaution. Il faut suivre de près.

> Consultez la liste de Tastet

> Consultez la liste du Cuisomane

> Consultez la liste de Take-out et livraison au Québec