L’été tire à sa fin, les vendanges sont à nos portes. Les producteurs de vin et de cidre québécois ont hâte de récolter les fruits qu’ils ont fait pousser avec tant de soin. Voici un aperçu de ce qu’ils mettront en bouteille dans les prochaines semaines, ainsi qu’une suggestion de lecture sur les spiritueux d’ici.

Karyne Duplessis Piché
Karyne Duplessis Piché Collaboration spéciale

Production de cidre en baisse

PHOTO FOURNIE PAR LA CIDRERIE MILTON

Éric Vincent, vinificateur, et Marc-Antoine Lasnier, directeur général de la Cidrerie Milton

Le mois de septembre est à peine commencé et, déjà, la production de cidre est bien entamée au Québec. Le printemps hâtif a permis de devancer la cueillette des fruits d’une dizaine de jours par rapport à la normale, mais la quantité de pommes cueillies est en baisse de 10 %, constate l’Association des cidriculteurs artisans du Québec. Le grand coupable : le gel du mois de mai.

« On a l’habitude des gels au début de la saison lors de la fleur, raconte le président de l’Association des cidriculteurs et directeur général de la Cidrerie Milton, Marc-Antoine Lasnier. Mais un gel sur le fruit, comme on a eu cette année, on n’avait pas eu ça depuis les années 1980. »

Outre la perte de fruits, le gel a déformé et décoloré certaines pommes. Heureusement, ces défauts esthétiques n’auront aucun impact sur le goût du cidre.

Millésime compliqué pour les vignerons québécois

Après avoir goûté plusieurs fruits, au cours des derniers jours, le vinificateur Jean-Paul Martin est optimiste.

Si le beau temps continue et qu’il ne fait pas trop chaud en septembre, ça devrait être bon.

Jean-Paul Martin, vinificateur

L’agronome Gaëlle Dubé est du même avis. « Ceux qui n’ont pas eu de gel au printemps auront une très belle récolte », prévoit la spécialiste. Aux Pervenches, Véronique Hupin croit même que le millésime 2021 sera parmi les meilleurs en quantité et en qualité sur son domaine. Mais tous n’auront pas cette chance. Selon un sondage effectué en juin par le Conseil des vins du Québec, près de la moitié des vignobles ont été touchés par les gels de mai. Les dommages auraient affecté 17 % de la surface des vignes de la province. Les spécialistes notent également que les insectes ont causé des dégâts dans certains vignobles.

Un premier guide pour les spiritueux du Québec

Ronald Georges, chroniqueur et recherchiste à Radio-Canada, signe le premier guide consacré aux spiritueux du Québec. L’auteur retrace l’histoire de la distillation dans la province ainsi que le parcours de 15 microdistilleries. Comme dans tout bon guide, on y retrouve près de 200 suggestions de spiritueux classés par catégories, soit des gins, de la vodka, des liqueurs et du whisky. L’engouement pour les alcools locaux s’étend d’un océan à l’autre au pays, de sorte que le chroniqueur a inclus quelques propositions de spiritueux canadiens.

Le Guide Georges des spiritueux du Québec

Le Guide Georges des spiritueux du Québec

Éditions Les Malins

282 pages

L’amour du cidre

PHOTO TIRÉE DU SITE DE LA FERME CIDRICOLE ÉQUINOXE

Retrouvailles, Ferme cidricole Équinoxe

Apporter de la complexité au cidre québécois et déboulonner les mythes autour de cet alcool, c’était le rêve de Marc-Antoine Arsenault-Chiasson. En 2019, lors de la Semaine de l’agriculture, de l’alimentation et de la consommation organisée par l’Université Laval, il a promis à l’auteure de ces lignes qu’il allait le prouver. Il venait d’acheter un vieux verger à Farnham avec sa conjointe, Audrey-Anne Lussier. Deux ans plus tard, ses cuvées sont prêtes, et le jeune cidriculteur a relevé son défi. Le couple suit les règles de l’agriculture biologique et n’ajoute pas de sulfite dans ses produits. On aime le nom bien choisi de la cuvée : « Retrouvailles ». On aime aussi son goût ! Le jus des pommettes sauvages a macéré sur des peaux de Golden Russet et de Cortland pour ajouter de la texture et de jolis arômes fruités. Embouteillé avant la fin de la fermentation, le cidre est subtilement pétillant. Les quelque 200 bouteilles seront vite écoulées.

Retrouvailles, Ferme cidricole Équinoxe, 21,85 $, en ligne ou dans les boutiques spécialisées.

Consultez le site de la Ferme cidricole Équinoxe

La saison des poires

PHOTO TIRÉE DU SITE DE LA SAQ

Vergers Philion Octave

Peu de familles au Québec peuvent se targuer de cultiver la terre depuis aussi longtemps que les Philion. Installée à Hemmingford depuis six générations, la famille exploite un verger écologique. En plus des pommes, elle récolte des poires avec lesquelles elle produit un poiré sec nommé Octave. Ses parfums de fleurs, de caramel et de miel sont invitants. En bouche, l’acidité est rafraîchissante et les notes fruitées, persistantes. À découvrir au brunch.

Vergers Philion Octave, 21 $ (14 161 551), 11,5 %.

Consultez la fiche de la SAQ