Les vignobles du Québec ne se résument pas à ceux de l’île d’Orléans et de Dunham. Entre Sherbrooke et Drummondville, de nouveaux vignerons s’installent dans un lieu bucolique et méconnu. Découverte viticole du comté d’Acton en deux arrêts.

Karyne Duplessis Piché
Karyne Duplessis Piché Collaboration spéciale

Domaine du Cap

Le domaine du Cap, à Acton Vale, s’est lancé depuis peu dans une nouvelle culture, celle du raisin. Les premiers vins élaborés par cette entreprise familiale ont beaucoup de potentiel.

La famille Bisaillon a toujours vécu de l’agriculture. Productrice laitière pendant deux générations, elle a converti l’entreprise à la production d’érable en 1997. Puis, nouvellement arrivés à la tête de l’entreprise, Zoé Bisaillon et son conjoint Nicolas Baron se sont lancés dans la viticulture.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Nicolas Baron et Zoé Bisaillon, copropriétaires

La terre est immense. On a 15 hectares non cultivés. Avec beaucoup de naïveté, on s’est lancé dans la vigne.

Nicolas Baron, vigneron

Le pinot noir, le riesling, le saint-pépin et le marquette couvrent à peine deux hectares. Dans la parcelle située derrière la maison familiale, les morceaux de schiste de couleur rose jonchent le sol. Cette roche amène de la structure et de la profondeur aux vins, même si les vignes sont encore très jeunes.

Le blanc à base de riesling et saint-pépin est vif et croquant. Son attaque met en valeur le riesling avec ses parfums de citron vert. Puis, la rondeur et le gras se prolongent longtemps. Un rosé sec et très fruité sera aussi mis en vente cet été.

  • Un rosé sec et très fruité sera offert cet été.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Un rosé sec et très fruité sera offert cet été.

  • Nicolas Baron à l’œuvre

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Nicolas Baron à l’œuvre

  • Le domaine propose une foule de produits dérivés de l’érable.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Le domaine propose une foule de produits dérivés de l’érable.

  • Et un gin nommé Portland en l'honneur de la ville du Maine où se rend la ligne de chemin de fer qui passe par Acton Vale.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Et un gin nommé Portland en l'honneur de la ville du Maine où se rend la ligne de chemin de fer qui passe par Acton Vale.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faudra toutefois être patient avant de goûter le pinot noir du domaine du Cap. Il vieillit lentement dans le chai. Dégusté lors de notre passage, le rouge possédait des tannins de belle qualité, mais surtout une complexité inattendue.

Pendant que les vins finissent leur élevage, la famille Bisaillon propose une foule de produits dérivés de l’érable. Dans une petite cuisine annexée au chai, elle prépare du beurre, des gelati et du pop-corn sucré. Difficile de ne pas succomber !

Le jeune couple s’est aussi doté d’un alambic pour distiller l’eau d’érable. Il élabore entre autres un gin nommé Portland, en l’honneur de la destination du chemin de fer qui reliait Montréal aux États-Unis, et qui a mené au succès d’Acton Vale. Les aromates du gin sont typiques avec ses notes de cèdre et de laurier.

Entre gin, érable et vin, assurez-vous d’avoir de la place dans le coffre de la voiture avant d’arriver.

Consultez le site du vignoble

Coteau des Artisans

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Jocelyn Deslandes et Karine Lamoureux, propriétaires du domaine Coteau des artisans, à Béthanie

Il n’y a pas de raison apparente de se rendre à Béthanie. Ce petit village perdu au milieu des champs de maïs et des fermes laitières se trouve à égale distance de Sherbrooke, de Drummondville et de Granby. C’est toutefois à cet endroit que les premiers vins en amphores du Québec ont été produits. Et la visite du vignoble Coteau des Artisans mérite le déplacement.

Bercées par le son de la rivière Noire qui martèle les roches dans le fond de la vallée, les vignes du Coteau des Artisans regardent vers le soleil couchant. C’est en 2012 que Karine Lamoureux et Jocelyn Deslandes ont démarré le vignoble et, rapidement, ils ont voulu se démarquer.

Le conseiller en vinification Jean-Paul Martin leur a proposé d’élaborer un vin en amphore, un contenant à la mode, mais qui n’avait pas encore été utilisé au Québec.

« C’est merveilleux !, s’exclame la vigneronne. Les amphores rendent le vin moins acide de façon naturelle. »

  • Amphores de terre cuite utilisées pour la vinification

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Amphores de terre cuite utilisées pour la vinification

  • Boutique du domaine

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Boutique du domaine

  • Vin orange à base de frontenac blanc et de vidal

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Vin orange à base de frontenac blanc et de vidal

  • Aperçu du domaine

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Aperçu du domaine

  • Au total, 10 000 vignes sont plantées sur le grand coteau.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Au total, 10 000 vignes sont plantées sur le grand coteau.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans la salle aménagée derrière la boutique, le couple possède aujourd’hui neuf amphores de terre cuite importées de Toscane. Les contenants sont utilisés pour la vinification d’un blanc, d’un orange et d’un rouge.

Tous les vins du domaine sont élaborés avec des cépages hybrides. Au total, 10 000 vignes sont plantées sur le grand coteau.

On n’avait pas le goût de copier le chardonnay produit ailleurs. On voulait développer le goût du Québec, respecter notre terroir.

Karine Lamoureux, vigneronne

Et c’est réussi ! Les blancs sont parfumés et rafraîchissants. Les rouges sont moyennement corsés et remplis de fruits. Difficile de ne pas être charmé par le vin orange à base de frontenac blanc et de vidal.

Au cœur de la petite vallée, Karine Lamoureux et Jocelyn Deslandes ne produisent pas que du bon vin : ils ont créé un lieu sympathique où les vendredis d’été semblent s’étirer. De 17 h à 21 h, un camion de rue et un groupe de musique rendent l’endroit encore plus magique.

Consultez le site du vignoble