C’est une coupe d’un autre genre qu’il a pu soulever, samedi : Hugo Duchesne a remporté le concours de meilleur sommelier du Québec, à l’issue d’une grappe d’épreuves mettant nez à nez trois finalistes.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Après avoir été reportée de six mois, la compétition triennale s’est tenue à huis clos à l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec (ITHQ) et diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Au menu : masques, distanciation, et tests de haut niveau.

En matinée, les douze demi-finalistes se sont frottés à des examens théoriques et à une dégustation. Les trois finalistes restants furent ensuite invités à déguster et analyser quatre vins à l’anonyme (deux blancs et deux rouges), à se soumettre à une simulation de service dans un grand restaurant tout en proposant des accords mets et vins, et enfin à identifier à l’aveugle cinq spiritueux. Les réponses, tantôt concordantes, tantôt divergentes, laissaient deviner la difficulté des dégustations : barolo (Italie) ou barossa (Australie) ? Muscat de Samos (Grèce) ou sauternes (France) ? Les candidats prirent notamment des voies très diverses face à un mystérieux spiritueux fruité, tour à tour identifié comme une liqueur de litchi, un vin de tomates puis une crème de cassis !

Le jury, présidé par Élyse Lambert et composé de six membres de calibre mondial, a finalement désigné Hugo Duchesne vainqueur. Officiant comme sommelier en chef au Le Coureur des Bois Bistro Gourmand à Belœil, il enseigne également son art à l’ITHQ. Il remporte 10 000 $ en bourse et 5000 $ en produits. Durant les épreuves, il s’est montré en pleine confiance et a fait preuve d’une grande précision.

Joris Gutierrez Garcia (Montréal Plaza) et Guillaume Plante (Maison Boulud) étaient les deux autres finalistes de concours organisé par le chapitre québécois de l’Association Canadienne des Sommeliers Professionnels. M. Garcia a remporté, par ailleurs, le titre de Meilleur nez, qui souligne ses qualités de dégustateur.