Bien qu’il n’ait fait élire aucun député, le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, estime que le nombre de votes récolté par son parti en fait « le seul vrai parti d’opposition ».

Marie-Eve Morasse
Marie-Eve Morasse La Presse

« Aujourd’hui, nous avons fait l’histoire. La politique canadienne sera changée à tout jamais », a déclaré Maxime Bernier devant ses sympathisants réunis à Saskatoon, en Saskatchewan.

Selon des résultats encore préliminaires, le PPC récoltait un peu plus de 5 % des votes, contre moins de 2 % en 2019. Il n’a toutefois pas réussi à faire élire un candidat. En Beauce, Maxime Bernier a été défait par le conservateur Richard Lehoux. Il avait ravi le siège de Maxime Bernier en 2019.

« J’aime mieux perdre debout avec mes principes qu’à genoux sans principes », a commenté Maxime Bernier en entrevue à Radio-Canada.

L’absence de députés élus à la Chambre des communes n’empêchera pas le PPC de continuer « le combat pour les libertés en dehors du Parlement, dans la rue, pour influencer l’opinion publique », a déclaré M. Bernier devant ses partisans, qui scandaient « freedom » (liberté).

« C’est une révolution idéologique que nous entamons aujourd’hui même », a déclaré M. Bernier, estimant que les votes en sa faveur témoignaient de citoyens qui « en ont assez de l’hystérie covidienne ».