Lucien Bouchard aimerait mieux « trois ministres » de plus « à la table où ça se décide que 30 députés du Bloc ». Et Jean Charest confesse avoir fait une « erreur terrible » en promettant les défusions municipales.

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

Ce n’était pourtant pas une soirée de confidences pour premiers ministres retraités. C’était le très conventionnel dîner-bénéfice de la Fondation du Barreau, devant quelque 500 avocats et avocates réunis à Montréal. Sauf qu’en ce mardi soir de lendemain d’élections, le thème juridique officiel (« Travailler avec ses adversaires ») a vite été balayé pour faire place à une discussion politique passionnée, une fois les deux hommes réchauffés et (presque tous) les journalistes partis…

« Je crois encore que la meilleure chose pour le Québec, c’est la souveraineté », dit Lucien Bouchard en fin de soirée. Être « responsable de ses succès et de ses échecs » libère une puissance créatrice fulgurante, dit-il. « Mais les Québécois en ont décidé autrement. Il n’y en aura plus d’autres référendums. On est dans le Canada. Il faut l’accepter. Je n’ai jamais été de ceux qui pensent que la souveraineté, ça se gagne dans les salons parisiens. Ça se gagne sur le terrain avec les Québécois. Et les Québécois, ils n’en veulent pas. J’ai encore le t-shirt du Bloc de 1993 [première campagne du parti qu’il a fondé]. Ça dit : “Ceci est la première et dernière campagne du Bloc !” »

À l’époque, la campagne du Bloc faisait partie d’un plan où la deuxième étape menait à un référendum gagnant sur la souveraineté. Cela a « failli fonctionner ». Mais on n’en est plus là.

Là-dessus, Jean Charest, qui était l’orateur fédéraliste le plus éloquent contre Lucien Bouchard pendant la campagne référendaire, a dit que « le référendum de 1995 s’[était] réglé aux élections de 1998. Quand il y a un résultat très serré dans un référendum, que ce soit au Québec ou dans le cas du Brexit, le débat continue ».

Or, ces élections de 1998, qui ont reporté le Parti québécois au pouvoir, ont donné plus de voix au Parti libéral.

« Ça enlevait le paragraphe sur le référendum de notre programme. Tu pouvais brandir le référendum d’une main et le passeport canadien de l’autre, a dit Bouchard à Charest.

— En tout cas, ça a marché », a répliqué l’autre.

***

La relation des deux hommes est complexe. Tous les deux étaient des préférés de Brian Mulroney, qui les a recrutés comme candidats conservateurs. Bouchard, l’avocat intellectuel de Chicoutimi qui écrivait les discours pour son ancien confrère de classe en droit ; Charest, le jeune premier.

« On était des amis, a dit Bouchard. Michèle [Dionne, la femme de Jean Charest] était enceinte en même temps qu’Audrey [Best, la femme de Lucien Bouchard]. Elle a accouché d’Alexandra presque en même temps qu’Audrey a accouché d’Alexandre. »

Charest a noté qu’à ses premiers essais, étonnamment, Lucien Bouchard était un assez médiocre orateur.

« C’est vrai, je faisais des discours comme un avocat devant un juge. J’étais plate comme la lune ! »

Il y eut l’accord du lac Meech. Il y eut des tractations pour en diluer le contenu, auxquelles Jean Charest a participé. Il y eut la démission fracassante de Bouchard, qui a fondé le Bloc.

Bloc qui est devenu l’opposition officielle en 1993, tandis que les conservateurs s’effondraient et n’obtenaient que… deux sièges, dont celui de Jean Charest.

« On ne s’est pas parlé pendant neuf ans », a dit Charest.

***

Quel conseil donner à un gouvernement minoritaire ?

Charest a admis qu’en 2007, quand il a formé le premier gouvernement minoritaire à l’Assemblée nationale depuis un siècle, il n’y était pas du tout préparé.

« La première chose à faire, c’est de montrer qu’on a compris le message. D’accuser le coup. Les gens souvent préfèrent les gouvernements minoritaires, qui sont moins arrogants, forcés d’être plus à l’écoute. »

« La deuxième, c’est de s’inscrire dans une logique de collaboration et de définir ce que sera le gouvernement. »

Bouchard en a profité pour dire qu’il était opposé à la Loi sur la laïcité de l’État (loi 21). Mais qu’il « n’aime pas voir le gouvernement fédéral s’en mêler ».

Si J’étais Justin Trudeau, je me rétracterais là-dessus et je pense que les Québécois l’apprécieraient. Qu’il dise clairement que le fédéral ne participera pas à la contestation judiciaire. Pendant la campagne, il n’avait qu’à dire que les tribunaux étaient déjà saisis de la question !

 Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec

Charest le conservateur n’était pas de cet avis, et clairement pas de celui d’Andrew Scheer.

« Je trouve ça faible, comme position. Personnellement, je dirais que je préfère vivre dans une société où j’ai un malaise [face à certains signes religieux] que dans une société où l’on impose des restrictions. Si le gouvernement Legault intervient dans une cause sur la taxe carbone du fédéral, pourquoi le gouvernement fédéral ne pourrait pas intervenir à ce sujet ? L’État doit justifier empiriquement une restriction des droits. 

— Ça, c’est la thèse classique des fédéralistes ! Établir la morale pour tout le pays, a répliqué Bouchard, dans un léger emportement. S’il va dans cette direction, il prend un grand risque au Québec s’il affronte le gouvernement Legault de plein front. »

Pour Bouchard, contrairement aux apparences, Trudeau est en position de force face aux autres chefs pour au moins un an, un an et demi.

« Il les tient tous, ils sont terrorisés à l’idée de retourner en élections. »

Bouchard a dit s’être senti « coupable » du résultat de 1998, Charest de celui de 2007.

***

De 1998 à 2001, Charest a été le chef de l’opposition devant Bouchard. Les deux ont levé le voile sur leur collaboration en coulisses.

« On finit par se connaître, on est l’un en face de l’autre chaque jour. Juste à le voir se lever, je pouvais dire : “OK, Lucien est pas de bonne humeur aujourd’hui.” » Bouchard a confié avoir averti Charest de l’achat d’un avion pour le gouvernement, pour remplacer le vieux coucou de Jean Lesage. Il était encore traumatisé par les commentaires des libéraux quand Brian Mulroney avait acheté un Airbus pour se déplacer, que Jean Chrétien avait qualifié de « Taj Mahal volant ».

« Tu devrais rien dire, c’est toi qui vas en profiter plus tard. »

Pour Charest, l’opposition fait partie du gouvernement, elle en influence les orientations, la rigueur, l’efficacité.

Ce n’est pas écrit dans la Constitution, mais la collaboration, ça fait partie du fonctionnement des institutions. Il faut que les individus donnent une fonction dynamique à leur rôle pour que ça fonctionne.

Jean Charest, ancien premier ministre du Québec

***

« Il faut éviter de promettre de défaire ce que l’autre a fait », a dit Charest, en parlant de son « erreur terrible » des défusions. La stabilité de l’État de droit est fragilisée par ce refus des nouveaux gouvernements d’encaisser les choix précédents et d’aller de l’avant.

« Les bons gouvernements renient leurs mauvaises promesses, a dit Charest. Si le portrait sur le terrain ne justifie pas que tu respectes ta promesse, il faut s’en défaire. »

« La rectitude politique rend ça très difficile, a renchéri Bouchard. Si on renie une promesse, on se fait aussitôt traiter de menteur, d’hypocrite, etc.

— Remarque, Lucien, les pires ennemis des politiciens, ce sont les politiciens eux-mêmes. »

Bouchard, 80 ans, qui exerce encore à temps plein chez Davies, et Charest, 61 ans, qui est associé chez McCarthy Tétreault, se sont mis d’accord là-dessus.

Oh, oui, il y eut une question sur le thème de la soirée : que faire avec un adversaire rigide, campé sur ses positions ?

Bouchard, le négociateur, a répondu par une anecdote politique impliquant la Nation haïda. Et Charest a parlé des négociations dans le secteur public.

Un peu comme les héroïnomanes qui parfois doivent vivre toute leur vie avec la méthadone comme substitut, ces deux-là ne sont clairement pas sevrés de la vie politique.