Justin Trudeau a rompu avec la tradition, lundi soir, en s’adressant à ses partisans alors qu’Andrew Scheer venait à peine d’entamer son discours. Des politologues jugent que le chef du Parti libéral du Canada a manqué d’élégance en dérogeant à la coutume qui veut que le gagnant des élections prenne la parole après ses adversaires.

Émilie Bilodeau Émilie Bilodeau
La Presse

Alors que le chef du Parti conservateur remerciait ses bénévoles à Regina, en Saskatchewan, Justin Trudeau est monté sur une scène du Palais des congrès de Montréal. À l’autre bout du pays, en Colombie-Britannique, Jagmeet Singh, du Nouveau Parti démocratique, achevait son allocution. Pendant quelques minutes, les trois chefs se sont retrouvés à parler en simultané aux électeurs canadiens. Du jamais-vu, selon les experts consultés par La Presse.

« Ce n’est pas un chef-d’œuvre d’élégance », a lancé à brûle-pourpoint Louis Massicotte, professeur au département de science politique de l’Université Laval. Il affirme qu’une règle non écrite prévoit que le chef qui a obtenu le moins de sièges à la Chambre des communes s’adresse en premier à ses partisans ; le gagnant clôt habituellement la soirée électorale.

« Je ne veux pas diriger le blâme vers personne, mais je n’ai aucun souvenir de cas comme celui-ci », a dit M. Massicotte.

Peut-être que Justin Trudeau a eu peur de prendre la parole trop tard alors que plusieurs électeurs allaient être couchés. C’est peut-être aussi simple que ça.

Louis Massicotte, professeur au département de science politique de l’Université Laval

André Blais, titulaire de la Chaire de recherche en études électorales de l’Université de Montréal, ne se souvient pas d’autres cas de premiers ministres qui se sont adressés aux Canadiens en même temps qu’un autre chef. « Je regardais la télévision lundi soir et j’ai trouvé que c’était très étrange que les commentateurs doivent interrompre le discours d’Andrew Scheer pour présenter celui de Justin Trudeau, pour ensuite revenir à M. Scheer. Je ne sais pas comment je dois interpréter ça. Est-ce qu’il y a eu un malentendu ? Ou est-ce que ça faisait partie des hostilités ? », se demande le professeur.

De longues allocutions

M. Blais souligne que les discours des chefs, tous partis confondus, ont été particulièrement longs lundi soir. Elizabeth May, du Parti vert du Canada, a fait le laïus le plus court en 9 min 10 s, tandis que Jagmeet Singh s’est étiré pendant un peu plus de 24 minutes. Justin Trudeau et Andrew Scheer se sont quant à eux entretenus avec leurs partisans pendant plus ou moins 11 minutes.

Étant donné que les allocutions ont été longues, M. Blais émet l’hypothèse que les discours des différents chefs se sont parfois chevauchés pour éviter de trop étirer la soirée électorale.

Une source au Parti libéral du Canada a quant à elle indiqué qu’une fois que les résultats d’un gouvernement minoritaire ont été annoncés, Justin Trudeau a attendu pendant deux heures l’appel d’Andrew Scheer. C’est à cause de cette longue attente que les deux hommes se seraient retrouvés devant leurs partisans en même temps.

« Ce n’était pas intentionnel de notre part que ça se passe comme ça », a-t-elle résumé.