Des luttes serrées sont à prévoir dans de nombreuses circonscriptions au Québec et ailleurs au pays. Aperçu.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

> Consultez les résultats complets

ABITIBI–TÉMISCAMINGUE

Les électeurs d’Abitibi–Témiscamingue et d’Abitibi–Baie-James–Nunavik–Eeyou étaient demeurés fidèles au NPD en 2015, mais les départs de Christine Moore et de Romeo Saganash pourraient marquer la fin du règne orange dans la région. Bloquistes et libéraux comptent en profiter.

BEAUCE

Contrairement aux chefs des autres principaux partis, Maxime Bernier a passé une large portion de sa campagne dans sa circonscription, où il tente de conserver son siège, le seul véritablement prenable pour le Parti populaire du Canada. Un sondage Mainstreet publié lundi dernier le plaçait à égalité statistique avec le candidat conservateur Richard Lehoux.

BELŒIL–CHAMBLY

Après une campagne presque sans faute, le chef bloquiste Yves-François Blanchet fera-t-il son entrée à la Chambre des communes ? Il affronte notamment le néo-démocrate Matthew Dubé, qui sort de deux mandats comme député.

BERTHIER–MASKINONGÉ

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Ruth Ellen Brosseau, candidate du NPD dans Berthier–Maskinongé

Ruth Ellen Brosseau pourrait être l’une des rares rescapées de la députation du NPD au Québec, mais ne comptez pas pour battu son adversaire Yves Perron, président national du Bloc québécois.

BROME–MISSISQUOI

Autre lutte sans merci : la libérale Lyne Bessette, ex-coureuse cycliste, tentera de coiffer la bloquiste Monique Allard.

CHICOUTIMI–LE FJORD

Étoile du Parti conservateur, Richard Martel semblait filer vers une victoire sans partage. Mais la remontée du Bloc dans la province pourrait brouiller les cartes et envoyer Valérie Tremblay aux Communes.

GASPÉSIE–LES ÎLES-DE-LA-MADELEINE

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Diane Lebouthillier, candidate du Parti libéral dans Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national dans le premier cabinet de Justin Trudeau, essaie de conserver son siège, alors que Guy Bernatchez tentera de redonner au Bloc ce bastion détenu dans les années 2000.

HOCHELAGA

Yves-François Blanchet, Justin Trudeau et Jagmeet Singh sont tous passés dans cette circonscription montréalaise au cours de la dernière semaine. Les libéraux espéraient conquérir cet autre château néo-démocrate, mais le Bloc pourrait aussi s’y réinstaller après un hiatus de deux mandats.

JONQUIÈRE

La néo-démocrate Karine Trudel perdra-t-elle son siège, et si oui, aux mains de qui ? Les conservateurs misent gros sur Philippe Gagnon et les libéraux sur Vincent Garneau, mais le bloquiste Mario Simard pourrait aussi triompher.

LAURIER–SAINTE-MARIE

La machine néo-démocrate est bien huilée dans cette circonscription où l’on vote orange au provincial et au municipal. On prévoyait une lutte à deux entre Nimâ Machouf et la vedette libérale Steven Guilbeault, mais le bloquiste Michel Duchesne s’est invité dans une course à trois.

LONGUEUIL–SAINT-HUBERT

On a fait grand cas de la bataille des transfuges dans Longueuil–Saint-Hubert, où s’affrontent Réjean Hébert, ex-péquiste devenu libéral fédéral, Pierre Nantel, ex-néo-démocrate passé au vert, et Éric Ferland, ex-vert provincial qui a tourné à l’orange. Voilà toutefois que le bloquiste Denis Trudel pourrait se faufiler.

LOUIS-HÉBERT

Cette circonscription n’a jamais voté deux fois de suite pour le même parti depuis 1997. Le libéral Joël Lightbound souhaite conjurer le sort et garder son siège remporté en 2015.

MONTARVILLE

Stéphane Bergeron, ex-député bloquiste puis ministre péquiste sous Pauline Marois, tente un retour en politique dans un secteur de la Rive-Sud autrefois acquis au Bloc. Pour y arriver, il devra toutefois vaincre Michel Picard, député libéral sortant.

PAPINEAU

Les autres partis n’ont désigné aucun visage connu pour affronter Justin Trudeau. Le chef libéral devrait s’y faire réélire pour un quatrième mandat.

QUÉBEC

Les conservateurs rêvaient de peindre la grande région de la capitale nationale en bleu. Or, dans Québec, circonscription considérée comme la plus progressiste de la région, la course s’est plutôt dessinée entre la bloquiste Christiane Gagnon et le libéral Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille à la dissolution du Parlement.

RICHMOND–ARTHABASKA

Le Bloc reluque cette circonscription où il a longtemps régné, mais il aura fort à faire pour déloger Alain Rayes, lieutenant québécois du Parti conservateur.

RIVIÈRE-DU-NORD

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Rhéal Fortin, candidat du Bloc québécois dans Rivière-du-Nord

La candidature de Sylvie Fréchette avait été annoncée en grande pompe par le Parti conservateur. Or, la médaillée olympique n’a pas été très visible à l’échelle provinciale pendant la campagne. Elle se mesure au vétéran bloquiste Rhéal Fortin dans une région favorable au Bloc.

ROSEMONT–LA PETITE-PATRIE

Bloquistes et libéraux ont trimé dur pour faire tomber Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD. Celui-ci pourrait néanmoins survivre à l’hécatombe néo-démocrate annoncée par les sondages dans la province.

SHERBROOKE

Un sondage Mainstreet publié pendant le congé de l’Action de grâce plaçait les candidats du Parti libéral, du Bloc et du NPD à égalité, coincés dans une fourchette d’à peine 0,6 point de pourcentage. Voyons toutefois si les publications racistes du bloquiste Claude Forgues sur les réseaux sociaux viendront le hanter, ou encore si Pierre-Luc Dusseault conservera son siège acquis en plein vague orange en 2011. Selon le sondage, c’est la libérale Élisabeth Brière qui mène cette course ultra-serrée.

TROIS-RIVIÈRES

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Yves Lévesque, candidat du Parti conservateur dans Trois-Rivières

Qui osera une prédiction dans Trois-Rivières ? La notoriété du candidat conservateur Yves Lévesque, maire de l’endroit pendant deux décennies, semblait lui donner l’avantage au départ, mais la conseillère municipale Valérie Renaud-Martin, chez les libéraux, ou Louise Charbonneau, du Bloc, pourraient fort bien l’emporter.

Survol canadien

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Expulsée du caucus libéral dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin, l’ex-présidente du Conseil du Trésor et ministre de la Santé Jane Philpott tente sa chance comme indépendante dans Markham–Stouffville.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Ontario

Il s’agit, à n’en point douter, du champ de bataille entre conservateurs et libéraux qui pourrait désigner le premier ministre. Justin Trudeau et Andrew Scheer ont multiplié les passages à Toronto, où les sondages prévoient une forte performance combinée à un vote partagé en banlieue. Dans la province, on suit particulièrement la circonscription de Milton, où le Parti libéral a opposé le multiple médaillé olympique Adam van Koeverden à Lisa Raitt, pilier du Parti conservateur. Expulsée du caucus libéral dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin, l’ex-présidente du Conseil du Trésor et ministre de la Santé Jane Philpott tente sa chance comme indépendante dans Markham–Stouffville, mais elle aura fort à faire pour vaincre sa rivale libérale Helena Jaczek, vue comme la favorite. Renata Ford, veuve de l’ex-maire de Toronto Rob Ford et rare visage connu du Parti populaire, n’aurait que peu de chances d’être élue dans Etobicoke-Nord.

Provinces atlantiques

Le portrait a de bonnes chances de changer dans l’est du pays : en 2015, les libéraux y avaient remporté les 32 circonscriptions en jeu. Elizabeth May, Andrew Scheer et Jagmeet Singh y ont tous passé beaucoup de temps, désireux d’y réaliser des gains. De fait, le NPD pourrait faire de rares ajouts à sa députation dans ce coin de pays qui lui est historiquement favorable. Les verts, qui forment l’opposition officielle provinciale à l’Île-du-Prince-Édouard, ont également des attentes élevées, mais il est probable qu’ils repartiront bredouilles. Les conservateurs souhaitent quant à eux grappiller quelques sièges, principalement au Nouveau-Brunswick.

Colombie-Britannique

PHOTO JENNIFER GAUTHIER, ARCHIVES REUTERS

Jody Wilson-Raybould, ex-ministre libérale et candidate indépendante dans Vancouver–Granville

Les conservateurs souhaitent gruger le vote libéral dans cette province de la côte Ouest habituée au vote progressiste, mais c’est surtout là que le NPD pourrait trouver sa planche de salut et stabiliser la quinzaine de sièges qu’il y possède déjà. Les projecteurs seront braqués ce soir vers Vancouver–Granville, où Jody Wilson-Raybould pourrait remporter son pari si elle est élue comme indépendante. Il s’agirait d’une victoire hautement symbolique pour l’ex-procureure générale, dont les révélations et les sorties musclées contre le bureau de Justin Trudeau ont jeté le premier ministre dans la tourmente de l’affaire SNC-Lavalin. Dans Burnaby-Sud, Jagmeet Singh devrait être réélu, ce qui éviterait la double catastrophe d’une débâcle néo-démocrate et d’un chef battu. Quant à Elizabeth May, cheffe des verts, elle devrait récolter l’une des plus fortes majorités du pays dans Saanich–Gulf Islands, qui lui a donné presque 55 % d’appuis en 2015.

Prairies

Le pain et le beurre du Parti conservateur, les Prairies pourraient devenir un véritable monopole bleu. Les libéraux risquent de perdre des plumes au Manitoba, où ils avaient remporté 7 des 14 sièges en 2015. En Saskatchewan, les conservateurs mettent toute la gomme pour déloger Ralph Goodale, seul député rouge de la province. Andrew Scheer n’a vraisemblablement pas à s’inquiéter pour sa propre circonscription de Regina–Qu’Appelle. En Alberta, il est probable que les conservateurs s’empareront tout simplement des 34 circonscriptions en jeu. Le NPD, qui avait réussi à s’en tirer avec six victoires dans ces trois provinces en 2015, tentera tant bien que mal de conserver ses acquis.

Rectificatif

Nous avons corrigé le nom de la candidate bloquiste Louise Charbonneau, dans Trois-Rivières, qui comportait une erreur dans la première version du texte. Nous avons par ailleurs ajusté le paragraphe sur Laurier–Sainte-Marie à la suite de la publication d’un nouveau sondage ce week-end. Nos excuses.