(Vancouver) À moins de 24 heures du jour du scrutin, Andrew Scheer s’est livré à une attaque en règle contre son principal adversaire pour les votes nationalistes au Québec.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

De passage à Vancouver, dimanche, le chef conservateur a critiqué le discours à saveur souverainiste de fin de campagne du chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet qu’il a prononcé samedi soir, à l’occasion d’un grand rassemblement à Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie.

M. Blanchet a alors déclaré que le programme du Bloc est écologiste, progressiste, nationaliste et « il affirme que la nation devra à nouveau considérer se donner tous les attributs de la souveraineté ».

« C’est en restant qui nous sommes, que nous pourrons les amener [les Québécois] à leur rythme, à leur heure, à se dire eux-mêmes tout naturellement que ce qu’ils veulent au fond, c’est vraisemblablement un pays », a poursuivi M. Blanchet, suscitant cris, applaudissements et chants dans la salle.

M. Scheer croit que le plus récent discours de M. Blanchet vient confirmer ce qu’il s’évertue à répéter depuis des semaines : le Bloc travaille pour faire avancer l’idée de l’indépendance du Québec.

M. Scheer ajoute qu’il est « clair » que le Bloc va mettre toutes ses ressources au service du Parti québécois et pour un troisième référendum. Il a ajouté que le Québec n’a « pas besoin du prochain chef du PQ à Ottawa » qui se prépare à affronter François Legault en 2022 — une hypothèse qui est non fondée.

« Mon message pour les Québécois et les Québécoises, c’est qu’un vote pour le Bloc, c’est un vote pour le référendum. Mais un vote pour le Parti conservateur, ce sera un vote pour un gouvernement qui va rendre la vie plus abordable, livrer les résultats pour les enjeux qui sont uniques au Québec et une meilleure vie pour les Québécois et les Québécoises », a énuméré M. Scheer.

PHOTO ADRIAN WYLD, TLA PRESSE CANADIENNE

Andrew Scheer s'est arrêté dimanche dans une boutique de Vancouver pur y acheter du fudge.

Le seul parti qui peut livrer pour le Québec, « c’est nous », a lancé M. Scheer en reprenant le slogan de ses adversaires bloquistes.

L’ensemble des partis fédéraux tentent de freiner la montée du Bloc, qui serait rendue à 40 % des intentions de vote chez les francophones au Québec, selon un sondage Léger-Le Journal de Montréal dévoilé dimanche. M. Scheer n’a pas voulu commenter ces résultats, disant que « demain, c’est le vrai sondage ».

Le chef conservateur est de passage dans la région de Vancouver dimanche, comme tous les chefs des principaux partis. M. Scheer assistait à une messe, comme à tous les dimanches, avant de prêter main-forte à des candidats dans des courses qui promettent d’être serrées.

M. Scheer s’est défendu de faire campagne dans la circonscription de Vancouver Granville où l’ex-ministre libérale Jody Wilson-Raybould tente de se faire réélire comme indépendante et ce, même s’il a salué son courage dans l’affaire SNC-Lavalin.

« J’ai un énorme respect pour Jody Wilson-Raybould. Je pense qu’elle a démontré un réel courage et, clairement, Jane Philpott et elles étaient les seules au sein du caucus libéral à se tenir debout contre la corruption de Justin Trudeau. Ceci dit, je soutiens tous les candidats conservateurs », a-t-il dit.