À une douzaine de jours du scrutin, et alors que la possibilité d’un gouvernement minoritaire se cristallise, le chef du Nouveau parti démocratique a assuré qu’il serait parfaitement disposé à faire tomber un gouvernement conservateur à la première occasion.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

« On va voter contre tous les projets des conservateurs, évidemment, a dit Jagmeet Singh mercredi matin. C’est notre engagement de ne jamais aider Andrew Scheer. On va s’assurer que [son] gouvernement tombe. »

M. Singh s’est exprimé mercredi matin au congrès du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). À la toute fin d’un discours fleuve de 45 minutes consacré presque entièrement à descendre en flammes le bilan de Justin Trudeau, il a assuré aux quelque 2000 participants réunis au Palais des congrès de Montréal qu’il barrerait la route à un gouvernement conservateur minoritaire. « Nous ne les soutiendrons d’aucune façon ; nous nous battons contre les conservateurs », a-t-il lancé à une foule en liesse.

Le parti pourrait toutefois « négocier » avec un gouvernement libéral minoritaire, a confié à La Presse le chef adjoint du NPD Alexandre Boulerice. « Mais je ne peux pas prédire l’issue de ces éventuelles négociations », a-t-il précisé.

Jagmeet Singh a en outre accusé Elizabeth May d’avoir affirmé qu’elle pourrait appuyer un gouvernement minoritaire conservateur, ce qui n’est qu’en partie exact.

L’été dernier, la cheffe du Parti vert a en effet déclaré à La Presse canadienne qu’elle était prête à travailler avec n’importe quel parti au pouvoir, y compris le Parti conservateur, pourvu que celui-ci ait un plan sérieux de lutte contre les changements climatiques.

Au cours des dernières semaines, elle a néanmoins précisé qu’elle était prête à renvoyer le pays en élection sur cet enjeu.

Pendant son allocation, M. Singh n’a pas une seule fois prononcé le nom du Bloc québécois ou de son chef Yves-François Blanchet. Interrogé sur ce silence, alors que le regain de popularité du parti souverainiste dans la province se fait en partie au détriment des appuis néo-démocrates, M. Singh a simplement répondu que ses troupes offraient à ses yeux la meilleure option progressiste autant au Québec qu’ailleurs au Canada.

« Priorité » aux travailleurs

Devant les délégués du SCFP, M. Singh a martelé que les travailleurs étaient « la priorité » du NPD. « Une élection est comme une négociation, a-t-il illustré. Accepteriez-vous des concessions qui nuiraient aux travailleurs ? Non. N’acceptons pas de concessions dans l’urne non plus. »

Le leader néo-démocrate a été longuement encensé par le président national du SCFP, Mark Hancock, qui lui a fait l’accolade sur scène et qui a appelé les quelque 700 000 membres affiliés à l’organisation à faire des dons au NPD.

Traditionnellement très proche des syndicats, le parti est privé d’un soutien de taille dans cette campagne électorale : Unifor, qui représente 315 000 travailleurs partout au pays, n’a donné son appui à aucun parti, alors qu’il était derrière le NPD en 2015.

À ce sujet, M. Singh a rappelé que son parti « avait été fondé par les syndicats » et que « les travailleurs avaient besoin d’un parti à eux ».

« Les travailleurs savent que c’est nous, les néo-démocrates, qui travaillons pour eux », a-t-il ajouté.

«On a toujours su qu’il y avait deux partis pour les riches», a-t-il renchéri.

À ce sujet, le NPD a dévoilé mercredi que 56 des 100 familles les plus riches du Canada étaient des donatrices du Parti libéral. « Le reste doit donner au Parti conservateur », a ironisé M. Singh.