(OTTAWA) Les libéraux de Justin Trudeau comptent accélérer l’électrification des transports en promettant d’installer 5 000 nouvelles bornes de recharge dans l’ensemble du pays s’ils sont reportés au pouvoir le 21 octobre afin d’encourager les consommateurs à se tourner en plus grand nombre vers les véhicules électriques.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Cette mesure, qui vise à définir le Parti libéral comme le véritable parti de la transition énergétique, sera contenue dans la plateforme électorale qui sera dévoilée aujourd’hui en grande pompe à Mississauga par le chef libéral Justin Trudeau lui-même, selon des informations obtenues par La Presse.

Les 5 000 bornes de recharge rapide seront notamment installées le long de la Transcanadienne et près d’autres grands axes routiers, en zones urbaines et en milieux ruraux, afin d’éliminer l’un des facteurs susceptibles de dissuader certains automobilistes qui parcourent de longues distances d’acheter des véhicules à zéro émission.

« Cette mesure fait partie de notre plan de lutte contre les changements climatiques. C’est un plan costaud », a affirmé hier soir une source libérale.

Le coût de cette mesure devrait être précisé aujourd’hui lors du dévoilement de la plateforme libérale.

Subvention pour l’achat d’un véhicule propre

Au Canada, le transport représente environ 25 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Près de la moitié de ces émissions proviennent des automobiles et des camions légers. Dans son dernier budget, le ministre des Finances Bill Morneau avait annoncé une subvention fédérale pouvant atteindre 5 000 $ pour l’achat d’un véhicule propre (un véhicule électrique à batterie, un véhicule à pile à hydrogène ou un véhicule hybride rechargeable à longue autonomie). Le programme a connu un succès considérable, en particulier au Québec où 57 % des demandes ont été soumises.

Au début août, le ministre des Transports, Marc Garneau, a indiqué qu’il y avait eu plus de 14 000 achats ou locations de véhicules zéro émission depuis l’entrée en vigueur de cette mesure d’incitation, le 1er mai. Selon les calculs de son ministère, ce nombre de véhicules propres sur les routes représente une réduction de 36 000 tonnes d’émissions de GES de serre par année, ou encore 429 000 tonnes sur la durée de vie prévue de ces véhicules.

Au 30 juin, on comptait 52 556 véhicules électriques qui circulaient sur les routes du Québec, soit près de la moitié du parc de véhicules propres au pays (112 000), selon des données de l’Association des véhicules électriques du Québec.

La semaine dernière, le chef libéral Justin Trudeau a aussi annoncé qu’un gouvernement libéral réélu financerait la plantation de deux milliards d’arbres partout au pays d’ici 2030. En utilisant la « force de la nature » pour combattre les changements climatiques, le camp libéral estime que l’on pourrait réduire les émissions de GES de 30 mégatonnes durant la prochaine décennie.

La plantation de ces arbres fait partie des engagements de quelque 3 milliards de dollars en « solutions climatiques naturelles », qui comprennent la protection de milieux humides et des zones côtières, dévoilés la semaine dernière. Pour financer ces dépenses, les libéraux comptent s’appuyer sur les éventuels profits engendrés par l’oléoduc Trans Mountain, acheté l’an dernier au prix de 4,5 milliards.