Justin Trudeau a fait ce qu’il devait faire, et qui est après tout l’une de ses spécialités : il a présenté ses excuses hier soir pour s’être maquillé le visage « en brun » dans une fête d’école en 2001.

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

« Je ne pensais pas que c’était raciste à l’époque, mais maintenant, je sais que c’était raciste. »

C’est inacceptable maintenant, ce l’était aussi à l’époque, ont dit plusieurs hier.

C’est vrai, c’était une erreur, même en 2001. Une erreur « innocente », mais une erreur quand même.

On notera aussi l’ironie de voir cette vieille photo d’Aladin sortir comme un mauvais génie de la lampe magique du premier ministre le plus passionnément inclusif et multiculturel que ce pays a connu.

La malédiction des vêtements orientaux frappe à nouveau…

Mais une fois reconnue la faute de ce prof de 29 ans en 2001 (avant le 11 septembre…), il y a quand même lieu de mettre les choses en perspective avant de prononcer la sentence…

L’inacceptabilité de 2001 n’était pas celle de 2019. Et le « racisme » du geste était davantage une faute d’ignorance culturelle que d’hostilité. Je veux dire : il n’était pas un sympathisant du KKK. Ce n’est pas comme si on avait découvert des écrits de jeunesse antisémites.

***

Commençons par examiner l’évidence : ce qu’il y a de fautif à se peindre en brun « pour rire » quand on est un Blanc privilégié.

Premièrement, ça évoque le blackface du théâtre américain du XIXe siècle.

À peu près absent de la culture francophone, le blackface était déjà dénoncé au XIXe siècle comme un acte raciste aux États-Unis.

On n’a pas idée aujourd’hui de l’ampleur de ce qu’on appelait les spectacles de minstrels (ou ménestrels) dans les États-Unis du milieu du XIXe siècle. Dans ces soirées de variétés – chansons, numéros de théâtre, etc. –, des acteurs blancs jouaient le visage peint en noir. Il s’agissait de comédies où les Noirs étaient ridiculisés ou présentés sous un jour plaisant comme de joyeux esclaves avec un accent comique. Une série d’émissions balados du New York Times, 1619, en parle comme de la première véritable forme de showbiz américain. Au point que même des Noirs devaient se faire un blackface pour y jouer.

Déjà critiqués à l’époque comme fondamentalement racistes, ces spectacles sont devenus tabous au XXe siècle, et la seule allusion à un blackface aux États-Unis fait l’objet de critiques furieuses, pour des raisons historiques évidentes. Le personnage fondateur de ces spectacles de minstrels, Jim Crow, a donné involontairement son nom aux lois ségrégationnistes américaines. On parle des « lois Jim Crow ».

Bref, le phénomène est bien connu.

Mais ici ?

Une simple recherche dans la base de données des médias (Eureka) entre 1985 et 2001 montre que le terme blackface apparaît plus de 200 fois dans les médias canadiens-anglais. L’un des gros évènements fut le bien-cuit (un roast) de Whoopi Goldberg en 1993, où son copain de l’époque, Ted Danson (blanc), était apparu avec un blackface. La comédienne n’en avait pas été offusquée, mais ça n’avait pas empêché le scandale de faire rage.

Dans les médias francophones ?

Rien.

Le concept était inexistant dans les médias de masse. Ce n’était dans le radar que de quelques intellectuels.

Ça ne rend pas le geste agréable. Simplement, il n’a pas la même connotation.

Sauf que Justin Trudeau, après une formation scolaire au Québec, évoluait à l’époque dans l’univers anglophone, en Colombie-Britannique. Et à ce titre, il devrait être tenu à un degré de culture historique du théâtre et de la société supérieur à la moyenne.

***

Se déguiser en Aladin quand on est prof de théâtre dans une école de Colombie-Britannique, est-ce pour autant un cas de brownface ou plutôt… d’appropriation culturelle ?

Ce n’est pas du même ordre.

Le blackface était destiné à infantiliser les Noirs américains, à les tourner en ridicule et à rassurer la majorité blanche quant à sa supériorité – et à la légitimité de la ségrégation, sinon de l’esclavage.

Se déguiser en Aladin dans une « nuit d’Arabie » est pas mal plus innocent. Peindre son visage et sa peau, se déguiser pour représenter un personnage des Mille et une nuits, ce n’est pas comme rire d’un esclave heureux. Ça fait penser à Peter Sellers dans The Party, film impensable aujourd’hui, mais dont le parfum colonialiste ne semblait déranger personne (en Occident) il y a 50 ans.

C’est de l’ordre de l’insensibilité, qui est la forme sympathique du mépris.

Une faute que de nombreuses personnes de sa génération (à huit ans de séparation de lui, je m’inclus là-dedans) auraient pu commettre sans malice. Reconnaissons-le simplement. Et reconnaissons l’autre évidence : aucun prof blanc de théâtre dans ce pays ne ferait ça aujourd’hui. Enfin, pas innocemment.

On évolue.