Justin Trudeau s’est « profondément » excusé, mercredi soir, de s’être maquillé le visage en brun (« brownface ») dans une soirée organisée à l’école où il enseignait en Colombie-Britannique en 2001.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Je n’aurais pas dû faire cela. J’aurais dû savoir que je n’aurais pas dû le faire, et je le regrette profondément », a-t-laissé tomber à bord de son avion qui s’apprêtait à partir d’Halifax, en Nouvelle-Écosse.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre Justin Trudeau était à bord de son avion lors de sa déclaration.

« C’était une erreur. Je m’excuse profondément. Je me suis déçu moi-même […] Je ne pensais pas que c’était raciste à l’époque, mais maintenant, je sais que c’est raciste », a-t-il ajouté.


Une photo publiée dans le magazine américain TIME montre un Justin Trudeau âgé de 29 ans le visage, le cou et les mains peints en brun et coiffé d’un turban. Elle apparaît dans l’album 2000-2001 de l’Académie West Point Grey, où le chef libéral a enseigné.


La cliché a été pris alors qu’il était à un souper costumé de l’école, qui se déroulait sous le thème Nuits d’Arabie, où Justin Trudeau est allé avec des amis et des collègues déguisé comme un personnage d’Aladdin, a-t-il précisé.


Et cette photo prise il y a près de 20 ans fait surface alors que, dans les premiers jours de la campagne électorale fédérale, des candidats conservateurs se sont retrouvés sur la sellette en raison de propos controversés qu’ils avaient formulés dans le passé.


Le chef conservateur Andrew Scheer a ressenti le besoin de faire le point dans son avion de campagne dimanche dernier, arguant que si une personne présente ses excuses pour des choses dites il y a des années, il était prêt à accepter ces actes de contrition.


L’affaire a enflammé les réseaux sociaux, que les militants conservateurs ont investis en masse. « S’il s’agissait d’un candidat de N’IMPORTE QUEL autre parti, il serait avec raison mis à la porte », a notamment réagi l’ancienne stratège Jenni Byrne.


À Toronto, où il faisait campagne, le leader néo-démocrate Jagmeet Singh a exprimé sa déception. « Qu’est-ce que ça dit de ce qu’il pense des gens qui sont confrontés à des barrières en raison de qui ils sont, de la couleur de leur peau ? », a-t-il dit.

« Qui est le vrai M. Trudeau ? En public, il semble quelqu’un de sympa, mais derrière les portes fermées, il y a un autre M. Trudeau », a poursuivi M. Singh, qualifiant de « pas du tout acceptable » ce déguisement.


Le chef conservateur Andrew Scheer doit offrir ses commentaires sur l’affaire lorsqu’il se posera à Sherbrooke.