(Longueuil) Le Bloc québécois souhaite que le gouvernement fédéral impose une « taxe GAFA » de 3 % sur le chiffre d’affaires des multinationales d’internet qui font des affaires au Canada, afin de financer un fonds de soutien aux médias d’information, aux arts et à la culture.

La Presse canadienne

Le Bloc « exige » également qu’Ottawa force les fournisseurs de service en ligne, notamment Netflix, à percevoir la taxe sur les produits et les services (TPS).

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, en a fait l’annonce samedi, au quatrième jour de la campagne électorale, devant des studios de cinéma situés dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil.

La formation politique estime que le gouvernement fédéral pourra collecter plus de 600 millions en imposant les GAFA, un acronyme servant à désigner Google, Amazon, Facebook et Apple. De cette somme, le Bloc plaide qu’au moins 240 millions devraient revenir au Québec.

Le Bloc suggère au gouvernement fédéral de s’inspirer de la France et agir sans attendre une entente internationale de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour imposer cette taxe, qui, précise la formation, pourrait être harmonisée avec les pays de l’organisation, advenant une entente.

Selon le Bloc, les multinationales d’internet devraient être considérées comme des médias étrangers et non pas locaux afin d’éviter qu’ils ne profitent de la déduction fiscale dont profitent les annonceurs qui achètent de la publicité dans les médias canadiens.