(Toronto) Maxime Bernier veut définir son nouveau Parti populaire du Canada (PPC) comme celui du populisme intelligent, appuyé sur des principes et non sur les émotions.

La Presse canadienne

Le chef du PPC a lancé la campagne de son parti mercredi au bureau de circonscription de l’une de ses candidates « vedettes », Renata Ford, la veuve de l’ex-maire de Toronto Rob Ford.

Devant des partisans, il a promis de nombreuses réductions de dépenses, dont l’abolition de l’aide internationale dans le but d’équilibrer les finances du pays en deux ans s’il prend le pouvoir.

Les sondages suggèrent cependant que ce scénario est peu probable même si Maxime Bernier est convaincu que son parti va causer la surprise le 21 octobre. Les sondeurs accordent 3 % des intentions de vote au PPC.

Maxime Bernier dit avoir un programme de réforme fiscale permettant de faire économiser 35 milliards aux Canadiens. Il promet également de réduire le nombre d’immigrants et d’abolir le système de gestion de l’offre qui régit l’industrie laitière.

M. Bernier estime aussi qu’il n’y a « pas d’urgence climatique » et que l’activité humaine n’est pas la cause principale des changements climatiques.

« Si vous regardez nos politiques, nos politiques sont très différentes de celles des autres partis, et si vous croyez à la liberté, au libre-marché, si vous croyez aux gens, c’est le Parti populaire du Canada », a-t-il affirmé.

Le député de Beauce, qui a été élu à quatre reprises avec le Parti conservateur, a été plusieurs fois ministre sous Stephen Harper, notamment aux Affaires étrangères. Il a tourné le dos aux conservateurs l’an dernier, peu de temps après avoir perdu la course à la chefferie par une très faible marge face à Andrew Scheer.

« Nous sommes un vrai parti national qui a quelque chose à dire, a-t-il lancé devant ses partisans. Et nous sommes une voix pour les Canadiens qui veulent avoir des pipelines, qui veulent moins de taxes, qui veulent avoir leur mot à dire sur l’immigration. »

Le PPC a déjà recruté 318 candidats. Maxime Bernier assure que d’autres s’ajouteront dans les prochains jours et que son parti sera présent dans les 338 circonscriptions du pays.

Il affirme que pour se faire connaître des Canadiens, ses candidats et lui voyageront à travers le Canada, feront du porte-à-porte, accorderont des entrevues aux médias locaux et seront présents dans les médias sociaux. Et il continue de réclamer une invitation aux débats des chefs télévisés qui doivent avoir lieu au début du mois prochain.

Il s’est dit persuadé que la Commission des débats des chefs trancherait en sa faveur. « C’est très important pour nous. Je crois toujours que nous serons là. Nous sommes un vrai mouvement politique […] et ils ne peuvent pas nous dire non. »

Maxime Bernier a admis que de nombreux électeurs ignoraient l’existence de son parti, qui a été officiellement reconnu par Élections Canada en janvier.

« Beaucoup de Canadiens ne nous connaissent pas et ne me connaissent pas, et c’est un défi. […] C’est pourquoi il est si important de participer aux débats nationaux. »

Maxime Bernier a été exclu des deux grands débats en anglais et en français parce que son parti n’a pas réussi à prouver que plusieurs de ses candidats ont une « chance légitime » d’être élus. Le Parti populaire avait jusqu’au 9 septembre pour fournir à la commission d’autres éléments de preuve qui pourraient faire changer la décision.