Et puis le Face-à-face ? Ou plutôt, ils étaient quatre, et puis le Face-à-face-à-face-à-face ? Correct. Tranquille. Pas de grand gagnant. Et seulement un petit perdant. On s’est presque ennuyé de Maxime Bernier tellement tous les candidats disaient des choses sensées, préparées, soupesées. Tellement les candidats disaient pratiquement la même affaire.

Stéphane Laporte
Stéphane Laporte Collaboration spéciale

Premier constat : tout le monde était habillé pareil. En bleu. Quatre nuances de bleu. Et ça, c’est sans compter l’animateur, Pierre Bruneau, vêtu de bleu aussi. Tous le même styliste. Complet bleu, chemise blanche et cravate bleue. Se sont-ils appelés avant d’arriver à TVA ? On aurait dit un boys band des années 60. Les Baronets de la politique. C’est fou, mais c’est tout.

Pour Andrew Scheer, le bleu allait de soi, c’est la couleur de son parti. Pour Yves-François Blanchet aussi, c’est la couleur de son pays. Justin Trudeau a bien fait de ne pas opter pour un complet rouge. On aurait cru qu’il était déguisé en père Noël. Un complet bleu foncé, c’est l’anti-déguisement ultime. L’uniforme des messieurs sérieux. Au visage, il n’avait qu’un discret maquillage télé, faisant de lui le plus pâle des chefs. Aucun scandale possible. Quant à Jagmeet Singh, il avait exactement le même ton de bleu que Justin. Heureusement qu’il portait la barbe longue et le tissu haut pour le différencier du chef libéral. Jagmeet avait choisi un turban orange, bien sûr, en espérant faire élire autant de députés au Québec qu’il y a de cônes de la même couleur sur notre territoire.

PHOTO JOËL LEMAY, REUTERS

« Complet bleu, chemise blanche et cravate bleue. Se sont-ils appelés avant d’arriver à TVA ? On aurait dit un boys band des années 60. Les Baronets de la politique. C’est fou, mais c’est tout », écrit notre chroniqueur.

Voilà pour le contenant, le contenu maintenant. La première question posée pour lancer la soirée fut : doit-on rouvrir le débat sur l’avortement ? Étonnant, quand même. À quelques mois de 2020, débattre encore du droit à l’avortement, c’est tellement XXe siècle. Tous les chefs étaient d’accord pour répondre « non ». Sauf que le « non » du chef du Parti conservateur était moins convaincant que celui des autres. Andrew Scheer a offert un exercice de patinage intensif, plus épuisant que celui que Claude Julien impose aux joueurs du Canadien après une défaite de 7 à 0 contre Toronto.

C’est d’abord Pierre Bruneau qui a tenté de faire lâcher le morceau à Andrew : « Monsieur Scheer, on veut connaître votre position personnelle : croyez-vous que les femmes doivent être libres de leur choix ? » Réponse préparée du conservateur : « Comme j’ai dit, la position sur cet enjeu n’a pas changé pour le Parti conservateur, je vais voter contre rouvrir ce débat. » C’est ambigu. Andrew Scheer ne veut pas révéler sa position personnelle. Surtout pas au Québec. L’ex-ex Yves-François Blanchet s’essaie aussi : « Vous, personnellement, dans votre cœur et dans votre âme, êtes-vous pour ou contre l’avortement ? » C’est direct. Réponse ébranlée du conservateur : « Il y a beaucoup de Québécois et de Québécoises, il y a beaucoup de Canadiens qui ont différentes perspectives… » O.K., mais on ne saura pas la sienne.

Finalement, Justin se joint à l’assaut d’Andrew : « Personnellement, toi, Andrew Scheer, est-ce que vous croyez qu’une femme devrait avoir le choix ? »

Formulation surprenante : TOI, Andrew Sheer, est-ce que VOUS croyez… Tutoyer et vouvoyer son adversaire dans la même phrase. Une première ! Si vouvoyer est un signe de respect, vouvoyer à moitié, c’est respecter à moitié ?

Ah les nuances de la langue française. En anglais, c’est si simple, tout le monde est you. Intime, pas intime, respectueux, pas respectueux, qu’il soit un ou qu’ils soient dix, c’est you partout. Trudeau s’est aperçu, en cours de phrase, que tutoyer son rival n’était pas une bonne idée, et s’est repris dans la seconde. Ce fut le moment le plus surprenant du débat. C’est vous dire qu’il ne s’est pas passé grand-chose. Qu’il soit tutoyé ou vouvoyé, rien n’y change, Scheer a continué de répondre à côté de la question : « Personnellement, je vais assurer que le gouvernement ne va pas rouvrir ce débat. »

Il a fallu attendre au lendemain, quand le chef conservateur était rendu au Nouveau-Brunswick, pour que l’on sache, enfin, son opinion personnelle à propos de l’avortement : « Je suis personnellement pro-vie. » Bon. C’est dit.

Pauvre Andrew, quand même. Il ne devait pas s’attendre que, dès le début du Face-à-face, sa face, à lui, soit la cible de tous les autres hommes en bleu. Ça explique pourquoi, tout le reste de l’émission, il avait l’air d’un écureuil, les yeux aveuglés par les phares, en plein milieu du chemin.

Quelles ont été les grandes révélations de ce très civilisé débat ? Jagmeet Singh a confié à la nation québécoise qu’il avait appris le français en écoutant Roch Voisine et Patrick Bruel, le chanteur à massage. C’est peut-être pas le meilleur timing pour parler de Bruel, mais j’te l’dis quand même.

À part ça, pas grand-chose. Les quatre chefs se sont ostinés durant deux heures, même s’ils étaient tous du même avis. Tous pour l’environnement, tous pour l’économie, tous pour une meilleure vie, tous pour le Québec. Tous pour le complet bleu.

Je n’irais pas jusqu’à vous dire que voter libéral, conservateur, NPD ou Bloc, c’est comme bleu bonnet, bonnet bleu, mais ce serait bien qu’ils se démarquent davantage. Mercredi, aucun d’entre eux n’avait quelque chose de transcendant à nous proposer.

Un peu moins d’uniformité. Un peu plus d’originalité.

Toi, le politicien, êtes-vous encore capable de nous étonner ?