(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a affirmé jeudi que son gouvernement imposerait une taxe pour contrer la spéculation immobilière étrangère dans le pays s’il était réélu le 21 octobre.

Agence France-Presse

« Nous allons instaurer une modeste taxe annuelle de 1 % sur les logements appartenant à des étrangers qui ne résident pas au Canada », a déclaré le chef du Parti libéral lors d’un déplacement en Colombie-Britannique au deuxième jour de la campagne électorale.

« Nous envoyons le message que le Canada n’est pas un endroit pour ceux qui souhaitent spéculer sur le marché immobilier », a-t-il dit. Selon lui, cette spéculation explique en partie la flambée des prix de l’immobilier dans les grandes villes.

En Colombie-Britannique, notamment à Vancouver et Victoria, les prix ont tellement augmenté ces dernières années, en raison aussi d’une offre insuffisante, que la plupart des jeunes ménages « ne peuvent même pas imaginer acheter un logement », a-t-il ajouté.

Cette taxe s’ajouterait à celles de 15 % à 20 % instaurées par les provinces de l’Ontario et de la Colombie-Britannique pour refroidir les marchés immobiliers de Toronto et Vancouver, où le prix moyen des logements dépasse le million de dollars.

« Nous faisons cela parce que nous voulons que les marchés demeurent stables et abordables », a-t-il justifié.