Vous avez des questions sur nos éditoriaux ? Des interrogations sur les sujets chauds de l’actualité ? Chaque semaine, l’équipe éditoriale répond aux lecteurs de La Presse.

Publié le 16 janvier
Philippe Mercure
Philippe Mercure La Presse

On n’entend plus parler de l’application Alerte COVID. Est-ce qu’elle est toujours en fonction ? Est-ce que les personnes qui ont la COVID reçoivent encore une clé à usage unique ? Et qu’en est-il pour ceux qui ont un test rapide positif ?

Alain Belhumeur

Alerte COVID ! On dirait que vous évoquez une technologie oubliée comme le VHS. Combien de Canadiens ont téléchargé cette application sur leur téléphone, puis n’y ont plus jamais pensé ?

À la fin décembre, le ministre de la Santé de Terre-Neuve a lancé lors d’un point de presse que le gouvernement fédéral avait « abandonné » l’application et ne la mettait plus à jour.

Dans les faits, Alerte COVID fonctionne toujours.

« Le gouvernement du Canada recommande toujours d’utiliser Alerte COVID, même pour les personnes vaccinées. Vu les incertitudes concernant les variants, et pendant que nous en apprenons plus sur les vaccins, l’application demeure un outil utile dans la lutte contre la COVID-19 », nous répond Santé Canada.

Une personne qui obtient un diagnostic de COVID-19 doit entrer un code appelé « clé à usage unique » dans l’application, qui avisera ensuite les gens qui ont été en contact rapproché avec elle. Ce sont les provinces qui gèrent l’attribution de ces clés. Au Québec, il faut composer le 1-855-228-4253 pour l’obtenir. Nous avons fait le test et sommes tombés sur quelqu’un en quelques secondes, qui nous a assuré distribuer régulièrement des clés.

Il faut toutefois préciser qu’Alerte COVID est loin d’avoir été adoptée massivement par la population. En date du 1er janvier 2022, on comptait 6 849 624 téléchargements de l’application. Notons que celle-ci est utilisée partout au pays sauf en Colombie-Britannique, en Alberta, au Nunavut et au Yukon.

En décembre dernier, alors que le variant Omicron commençait à déferler, seulement 1022 clés ont été distribuées au Québec. C’est très peu. À la fin du mois, on déclarait autour de 15 000 cas par jour dans la province. Dans l’ensemble du pays, 12 252 clés ont été réclamées en décembre.

Quant à janvier 2022, on ne compte pour l’instant que 422 clés distribuées au Québec, malgré la vague de cas due à Omicron. Ce n’est pas surprenant : le ministère de la Santé du Québec explique qu’un test PCR est toujours exigé pour obtenir une clé… alors que ces tests ne sont plus offerts à l’ensemble de la population. Selon le CIUSSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, impliqué dans le fonctionnement d’Alerte COVID, des discussions sont en cours avec le fédéral pour savoir si on devrait accepter les diagnostics faits avec des tests rapides antigéniques.

Conclusion : ne comptez pas trop sur Alerte COVID pour vous aviser si vous avez été en contact avec une personne infectée. Au moment où la santé publique est débordée par le nombre de cas et ne peut plus faire le traçage de contacts, cette application pourrait probablement jouer un rôle. Mais sa faible adoption par la population, sans doute liée au fait que les autorités n’en font plus la promotion depuis longtemps, plombe sérieusement son efficacité.

Le fait qu’on exige toujours un test PCR pour y déclarer un diagnostic alors que ces outils ne sont plus disponibles illustre à quel point l’application n’est plus une priorité.