Vous avez des questions sur nos éditoriaux ? Des interrogations sur les sujets chauds de l’actualité ? Chaque semaine, l’équipe éditoriale répond aux lecteurs de La Presse.

Philippe Mercure
Philippe Mercure La Presse

Q. Où en sommes-nous dans la recherche du degré de contagiosité de la COVID-19 des personnes vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées ? S’il s’avérait que le degré est le même, je ne vois pas l’intérêt de la vaccination obligatoire, sauf pour éviter la congestion dans les hôpitaux.

Daniel Gemme

R. M. Gemme,

Voilà une excellente question, particulièrement avec la levée des restrictions sur la capacité d’accueil dans les salles de spectacle pour les vaccinés annoncée cette semaine.

Si les vaccinés sont aussi contagieux que les non-vaccinés, toute la logique de la vaccination obligatoire dans certains milieux s’effondre. Même chose pour le passeport vaccinal. Rassurez-vous : ce n’est pas le cas. Les vaccinés sont beaucoup, beaucoup moins susceptibles de transmettre le virus que les non-vaccinés. Voyons pourquoi.

La confusion qui entoure cette question vient du fait qu’on oublie souvent une chose simple, mais fondamentale : pour transmettre le virus, il faut d’abord l’avoir. Or, les vaccinés sont considérablement moins susceptibles d’être infectés que les non-vaccinés. Pensez à ceci : même si 75 % des Québécois, tous âges confondus, sont vaccinés au Québec, la grande majorité des infections continuent de survenir chez la minorité de non-vaccinés.

En comparant les taux d’infection, on constate ainsi qu’un non-vacciné a 8,3 fois plus de risques d’être infecté qu’une personne adéquatement vaccinée. On ne parle pas d’une augmentation du risque de 7,3 %. Ni de 73 %. Mais de 730 % ! C’est gigantesque.

Les rares vaccinés qui contractent le virus sont-ils moins contagieux que les non-vaccinés infectés ? Pour le variant Alpha, c’est très clair. On a observé qu’ils transmettent moins le virus que les non-vaccinés. Les scientifiques font l’hypothèse que c’est parce que leur charge virale est plus faible.

C’est plus compliqué pour le variant Delta, qui représente maintenant environ 85 % des nouvelles infections au Québec. Dans ce cas, des études suggèrent que la charge virale des vaccinés et des non vaccinés est similaire. Malgré tout, au moins quatre études montrent que les vaccinés génèrent moins de cas secondaires que les non-vaccinés (du lot, une étude est révisée par les pairs et les autres sont en prépublication). L’effet de la vaccination sur la contagiosité est moins important qu’avec le variant Alpha, mais il est néanmoins présent.

Consultez une étude à ce sujet (en anglais)

Selon cette même étude, la différence pourrait s’expliquer par le fait que la charge virale des vaccinés diminue plus rapidement que celle des non-vaccinés, ce qui laisse croire qu’ils sont contagieux moins longtemps. D’autres études pointent dans la même direction.

En résumé, il est possible de transmettre quand même le virus si on est vacciné. Mais ce risque est grandement réduit par la vaccination. D’abord parce qu’elle diminue de façon draconienne le risque de contracter le virus soi-même. Ensuite parce qu’elle semble aussi réduire la contagiosité si on se retrouve infecté malgré tout, bien que l’effet soit moins important pour le variant Delta.