Lors de mon reportage sur la vie à bord d’un vraquier, j’ai pris cette photo d’un remorqueur qui éloigne la proue du Federal Oshima du port de Québec. Récit.

David Boily David Boily
La Presse

Il était 1h du matin. Nous n’étions pas plongés en pleine noirceur, mais presque. Pour prendre le meilleur cliché possible, je n’avais d’autres choix que d’opter pour une ouverture très longue en espérant que le peu de lumière éclaire la scène. Sans trépied, je me suis accoté solidement sur le garde-fou de la timonerie et j’ai retenu mon souffle durant six secondes. Grâce au stabilisateur de la caméra, j’ai réussi à montrer le mouvement du navire sans embrouiller la silhouette du vraquier.