Source ID:1f98cc02c2233b31b2034e1df7e2d7a0; App Source:StoryBuilder

Galveston, premier film américain de Mélanie Laurent

Mélanie Laurent et Elle Fanning... (Photo CHARLY TRIBALLEAU, AFP)

Agrandir

Mélanie Laurent et Elle Fanning

Photo CHARLY TRIBALLEAU, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'actrice et réalisatrice française Mélanie Laurent dirige les stars hollywoodiennes Elle Fanning et Ben Foster dans Galveston, son premier film américain,  entre thriller et road movie, en salles mercredi.

La comédienne porte ainsi à l'écran un roman de Nic Pizzolato, le créateur de la série True Detective.

Galveston raconte la cavale de Roy, petit gangster de la Nouvelle-Orléans qui vient d'échapper à un guet-apens, et de Rocky, une jeune femme que la vie a déjà beaucoup malmenée.  

La distribution est hollywoodienne avec Elle Fanning, 20 ans, et déjà plus de trente films à son actif (dont Somewhere et Les proies de Sofia Coppola ou Mary Shelley de Haïfaa al Mansour) et Ben Foster (Six Feet Under), 37 ans.

Mais Galveston est «un regard extérieur à l'Amérique sur une histoire très américaine», a estimé Elle Fanning lors du dernier Festival de cinéma américain de Deauville début septembre.  

Mélanie Laurent, qui signe son quatrième film de fiction comme réalisatrice, «ne montre pas de violence pour la violence, elle l'utilise de façon très stratégique», a précisé l'actrice américaine à l'AFP.

Loin de son univers habituel, l'artiste française, qui a tourné avec Quentin Tarantino dans Inglorious Bastards (2009), a voulu «aborder un vrai thriller» avec «la violence physique et mentale [...], en restant une réalisatrice, femme et européenne», a-t-elle précisé à Deauville.  

La jeune réalisatrice-qui avait créé l'événement avec le documentaire sur l'écologie Demain en 2016, coréalisé avec Cyril Dion, après ses longs métrages Les adoptés et Respire - a été contactée pour ce film par Tyler Davidson, le producteur de Take Shelter de Jeff Nichols.

«Le film parle d'âmes esseulées, d'âmes perdues qui aimeraient bien s'en sortir et qu'on laisse un peu crever», a précisé à l'AFP l'actrice française, César du meilleur espoir féminin pour Je vais bien, ne t'en fais pas en 2007, avant de recevoir, avec Cyril Dion, celui du meilleur documentaire pour Demain.

Mélanie Laurent a ainsi donné «beaucoup plus d'importance que dans le roman à Rocky, un personnage qui porte une tragédie à l'intérieure d'elle, et balance entre l'enfance et la maturité» que lui a imposé la vie, a indiqué Elle Fanning à l'AFP.

En filigrane de son thriller, la réalisatrice filme la misère sociale dans la chambre d'un motel, dans la forêt. «J'ai essayé de ne jamais transformer la réalité américaine. Je voulais tout sauf un film naïf d'une petite Française qui ne connaît pas le Texas», souligne la réalisatrice, qui tourne comme actrice avec le réalisateur américain de Transformers Michael Bay.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer