Ce n'est pas un grand secret: Hollywood appuie le président Obama, qui vient régulièrement dans la capitale du cinéma américain pour dîner et recueillir les chèques de certains de ses plus généreux donateurs.

Publié le 15 juin 2013
NICOLAS BÉRUBÉ LA PRESSE

Depuis quatre ans, Hollywood était plutôt satisfait du travail du président. Or, depuis une semaine, le vent a tourné.

Les révélations sur la surveillance électronique menée par le gouvernement fédéral, défendue par Obama, ont touché une corde sensible chez les riches progressistes.

Sur Twitter, l'acteur et scénariste John Cusack a fait savoir à son 1,2 million d'abonnés qu'Obama «est en train de devenir le prochain Nixon». Le réalisateur Michael Moore, qui était généralement favorable à Obama jusqu'ici, y est allé d'une rafale de gazouillis contre l'attitude du président.

«En 2007, Obama a dit: «Plus d'écoute électronique illégale de citoyens américains, plus [d'espionnage] des citoyens... Plus de surveillance à la trace.»

«À bien y penser, a ajouté le cinéaste, nous ne vivons pas dans le 1984 de George Orwell. Dans les citoyens n'avaient pas à payer pour leurs télécrans.» Le réalisateur Judd Apatow (Knocked Up, 40-Year-Old-Virgin lui aussi laissé sortir la vapeur. «On est où, là? En Corée du Nord? Nous sommes tellement inondés par les informations et les problèmes on a cessé de prêter attention à cet enjeu.»

Le blogueur Josh Brown a bien résumé la confusion de Hollywood et du reste des États-Unis depuis le début de ces révélations. «Quelle est l'ampleur de ce scandale? a-t-il écrit. Les démocrates et les républicains ne savent pas comment réagir, pour la première fois, depuis toujours.»

DES ARTISTES CONTRE LES ARMES NUCLÉAIRES

Morgan Freeman, Matt Damon, Robert De Niro, Naomi Watts, Christoph Waltz, Zoë Kravitz... Plusieurs artistes prennent part cette semaine à une offensive médiatique du groupe Global Zero, qui appelle les dirigeants des puissances mondiales à réduire leur arsenal nucléaire. La vidéo qu'ils ont produite pour l'occasion débute d'ailleurs avec les paroles de Barack Obama, qui faisait de la réduction de l'arsenal nucléaire une priorité, en 2009. GlobalZero veut profiter du sommet du G8, la semaine prochaine, pour attirer l'attention sur la question. Les acteurs ont signé une pétition sur le site de l'organisme, et invitent le public à faire de même à globalzero.org.

HOLLYWOOD EN 4 GAZOUILLIS

@russellcrowe: «Je suis dans un avion avec le Wi-Fi en train de regarder un match de rugby australien sur mon téléphone... Quel monde moderne fascinant nous avons.»

@Zach Braff: «Votre invitation à LinkedIn me pousse à réévaluer notre amitié.»

@oliviawilde: «Je viens d'aller au magasin pour acheter une poubelle et j'en suis repartie avec un ensemble pour faire de l'exercice sous l'eau. Je suis l'imbécile qui fait rouler le système.»

@DamienFahey: «Si Léonard de Vinci diffusait la Mona Lisa sur Instagram aujourd'hui, il aurait 30 «favoris», maximum.»

PHOTO ANDREW COWIE, AFP

Russell Crowe