Anabelle Nicoud LA PRESSE

José Antonio Gutierrez est l'une des victimes les plus connues de la guerre en Irak. Sa photo a fait le tour du monde quand José Antonio est mort au combat. Les États-Unis venaient de perdre leur premier soldat.

Aux débuts de la guerre, les médias américains n'hésitent pas à construire une mythologie autour du soldat, érigé en symbole de la lutte pour la liberté. Une légende que le documentaire de Heidi Specogna vient écorcher.

Comme bien des latinos, José Antonio Gutierrez ne rêvait que d'une chose : devenir un citoyen américain. Né au Guatemala, cet enfant des rues sera décrit par ceux qui l'ont vu grandir. Ce n'est pas de famille dont il est question, mais de travailleurs sociaux.

On retrace donc la vie de José Antonio au Guatemala. Puis on refait la route, avec d'autres immigrants, qui mène du Mexique aux États-Unis. Certains perdent la vie au cours de ce périple. D'autres, estropiés par le voyage, restent au Mexique sans jamais atteindre la frontière.

José Antonio se rêvait américain, et comme 30 000 autres immigrés, il s'enrôle dans l'armée américaine. Sa citoyenneté, le jeune homme finira par l'obtenir, à titre posthume. Trop tard.

Le documentaire d'Heidi Specogna propose, au-delà de la vie et la mort du soldat Gutierrez, une réflexion dérangeante sur le rapport du gouvernement et de la société civile américaine avec ses immigrés, et avec ses soldats. En dépit de quelques longueurs et de quelques insuffisances, The Short Life of José Antonio Gutierrez ne laisse pas indifférent, loin de là.

The Short Life of José Antonio Gutierrez

Documentaire de Heidi Specogna.

Un documentaire sur la courte vie d'un immigrant guatémaltèque arrivé illégalement aux États-Unis, pour mourir en Irak.

Un regard bien documenté et touchant sur la mort d'un soldat pas ordinaire.

***