Virginie Grognou AGENCE FRANCE-PRESSE

Du thriller au film engagé sur la guerre en Irak, la 55e édition du Festival international du film de San Sebastian s'ouvre jeudi dans la grande station balnéaire du Pays Basque espagnol sur une sélection variée à dominante européenne.

Viggo Mortensen, Samuel L. Jackson, Richard Gere ou Demi Moore: les stars américaines vont aussi défiler au pied du Kursaal, qui accueille l'événement du 20 au 29 septembre, apportant le glamour indispensable à un festival qui arrive juste après la Mostra de Venise et le Festival de Toronto.

«Nous avons une bonne sélection, avec des réalisateurs consacrés, comme David Cronenberg ou Manuel Poirier et des auteurs émergents comme Anahi Berneri et Nick Broomfield ou de jeunes promesses comme Hana Makhmalbaf», a déclaré à l'AFP le directeur du festival Mikel Olaciregui.

Le Canadien David Cronenberg ouvrira le festival avec la première européenne de son thriller Eastern Promises, qui dépeint la mafia russe de Londres, avec les acteurs Naomi Watts et Vincent Cassel.

La lutte d'une fillette afghane pour aller à l'école dans Buddha Collapsed Out of Shame, coproduction franco-iranienne de la cinéaste de 18 ans Hana Makhmalbaf, est également très attendu. «C'est un film très cru qui montre l'influence de faits réels sur les enfants», selon Mikel Olaciregui.

Comme lors de précédentes éditions, la dominante sera européenne, avec six des 16 films en compétition pour le coquillage d'or (Concha de Oro) et une rétrospective consacrée au cinéma scandinave.

Battle for Haditha du Britannique Nick Broomfield, qui revient sur la présence américaine en Irak, touche un sujet très chaud et va conduire les spectateurs à se poser beaucoup de questions, affirme M. Olaciregui.

Manuel Poirier représentera le cinéma français avec La maison, comédie dramatique mettant en scène Sergi Lopez, Bruno Salomone et Barbara Schulz.

L'Amérique Latine sera moins présente que d'habitude, avec seulement deux longs métrages, Encarnacion de l'Argentine Anahi Berneri et Matar a todos, coproduction uruguayenne, chilienne et argentine d'Esteban Schroeder.

Le jury, présidé par l'écrivain américain Paul Auster, aura aussi le choix entre deux films asiatiques, Exodus, du cinéaste de Hong Kong Pang Ho-Cheung et Shadows in the Palace du Coréen Meejeung Kim.

Paul Auster, qui présentera lui-même hors compétition son film The Inner Life of Martin Frost, sera notamment accompagné au jury par les acteurs espagnol Eduardo Noriega et italienne Nicoletta Braschi et les réalisateurs britannique Peter Webber et iranien Bahman Ghobadi, lauréat ex-aequo du Coquillage d'Or en 2006 avec Half Moon.

Le festival remettra cette année deux prix honorifiques Donosti à l'acteur américain Richard Gere et à l'actrice norvégienne Liv Ullmann, et rendra hommage au réalisateur américain Henry King, mort en 1982.

Connu pour ses rétrospectives, San Sebastian projettera plusieurs films du Français Philippe Garrel, 59 ans, l'une des figures les plus indépendantes du cinéma français, selon les organisateurs.

Comme chaque année, une section parallèle est consacrée à l'Amérique Latine, Horizontes Latinos, avec 18 longs métrages en compétition, dont six films mexicains.

La section Cinéma en mouvement, inaugurée en 2005 pour permettre à des films en difficulté de trouver, à mi-parcours, des partenaires financiers, présentera quatre projets, libanais, marocain, jordanien et palestinien.

L'an dernier, le jury présidé par Jeanne Moreau avait récompensé conjointement Half Moon et Mon fils à moi du Français Martial Fougeron.