Aux yeux des habitués, la soirée d'ouverture du 37e Festival des films du monde fut beaucoup plus courue que celles des années récentes. Le parterre du théâtre Maisonneuve affichait même presque complet pour la présentation, en guise de film d'ouverture, de L'autre maison, le premier long métrage de fiction de Mathieu Roy. Outre l'équipe du film, dont font partie Marcel Sabourin, Roy Dupuis et Émile Proulx-Cloutier, plusieurs personnalités de notre monde artistique, journalistique et politique s'étaient déplacées pour l'événement. Le fait de pouvoir s'offrir un film d'ici, attendu de surcroît, fait indéniablement une différence.

Mis à jour le 23 août 2013
Marc-André Lussier LA PRESSE

Comme un hommage au compositeur Michel Cusson était programmé pendant la cérémonie, un quintette était aussi de service pour l'occasion. Si bien que la marche des invités sur le tapis rouge s'est effectuée au son de quelques-unes des plus célèbres musiques de films. L'arrivée du président Serge Losique, accompagné de Caroline Dhavernas, membre du jury, et Jirí Menzel, président du jury, s'est d'ailleurs faite au son de l'un ou l'autre des trois premiers volets de la série Star Wars, probablement Le retour du Jedi...

Un défilé intérieur

Comme il pleuvait à boire debout sur l'esplanade de la Place des Arts, le tapis rouge fut plutôt installé à l'intérieur du couloir menant vers le théâtre Maisonneuve. De nombreux badauds se sont arrêtés pour regarder un moment le défilé et les vedettes du cinéma d'ici: Pascale Bussières, Geneviève Rioux, Mario Saint-Amand, quelques autres aussi. Dont Chloé Sainte-Marie, ardente défenderesse de la cause des proches aidants, thème qu'aborde en outre en filigrane le film L'autre maison.

Les cinq candidats à la mairie de Montréal étaient aussi tous là. Et Bernard Landry, venu présenter le Grand Prix spécial des Amériques à Michel Cusson. L'ancien premier ministre du Québec a d'abord cité une phrase de Cervantès («là où est la musique, il n'y a pas de place pour le mal») avant de déclarer que «la première valeur d'une nation n'est pas l'économie, mais la culture».

Maka Kotto brillait toutefois par son absence. Le ministre de la Culture et des Communications du Québec a plutôt pris le chemin d'Angoulême, où se tient ces jours-ci un festival de films au cours duquel le cinéma québécois est particulièrement mis en lumière.

Toutes les cultures

Quand il fut invité à prendre la parole, le président du FFM, Serge Losique, s'est lancé dans la reconstitution d'une conversation téléphonique qu'il aurait eue avec le président Barack Obama en guise de laïus. Le moment fut pour le moins étrange.

Michel Cusson, qui a dédié son prix à son père disparu il y a deux mois, aura de son côté fait cadeau aux spectateurs d'une petite improvisation à la guitare. Beaux instants.

Le présentateur Henry Welsh a par ailleurs rappelé que le FFM était au carrefour de toutes les cultures du monde avec plus de 400 films inscrits à la programmation, dont 218 longs métrages.

Rappelons que le jury, composé de cinq personnes seulement cette année, aura la tâche de composer le palmarès officiel de la compétition mondiale. L'actrice québécoise Caroline Dhavernas, Michael Kutza, fondateur du Festival international du film de Chicago, le cinéaste espagnol Pedro Olea, de même que le cinéaste et romancier chinois Dai Sijie forment le jury présidé par le cinéaste tchèque Jirí Menzel.

_____________________________________________________________________________

Le 37e Festival des films du monde se poursuit jusqu'au 2 septembre.