Ron et Russell Mael, connus comme Sparks, racontent des souvenirs de leur carrière. Des entrevues avec des artistes, des collaborateurs et des amis du duo évoquent son influence, son excentricité et sa créativité.

Publié le 18 juin 2021
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Ce documentaire, le premier que signe Edward Wright (The World’s End, Baby Driver), ne pourrait mieux tomber. Lancé au festival de Sundance, The Sparks Brothers sort au moment où les deux leaders du groupe, les frères Ron et Russell Mael, s’apprêtent à visiter la Croisette à titre de scénaristes d’Annette, de Leos Carax, choisi pour ouvrir le 74Festival de Cannes le 6 juillet. Pour ces créateurs d’exception, dont les aventures cinématographiques prévues avec Jacques Tati et Tim Burton ne se sont jamais matérialisées, cette collaboration avec le réalisateur de Holy Motors constitue, selon leur témoignage, une forme de consécration.

La particularité de ce généreux long métrage retraçant une carrière longue de cinq décennies est de faire écho à l’un des parcours les plus singuliers du monde musical. Mis à part le culte dont ils font l’objet au sein d’un cercle de fervents aficionados, et le respect que leur vouent leurs pairs, Ron et Russell Mael n’ont jamais vraiment obtenu de succès auprès du grand public. Truffé de scènes d’archives et de témoignages actuels, non seulement des deux intéressés, mais aussi d’une pléiade d’intervenants (Beck, Nick Rhodes, John Taylor, Flea et de nombreux autres), The Sparks Brothers raconte comment ces deux artistes n’ayant jamais rien fait comme les autres ont pu influencer autant d’autres musiciens sans jamais atteindre eux-mêmes la popularité.

Riche de moments marquants, ponctué aussi parfois de scènes animées, ce long métrage documentaire fait écho dans sa manière au style libre de protagonistes qui, en 2008, ont offert à Londres une série de 21 concerts différents — pari fou — au cours desquels ils ont joué sur scène dans leur intégralité tous les albums qu’ils ont enregistrés depuis 1971. Électrons libres ayant exploré plusieurs styles, dont la musique électronique avec Giorgio Moroder au début des années 1980, Ron et Russell Mael persistent et signent encore aujourd’hui.

S’adressant avant tout aux admirateurs du duo, The Sparks Brothers risque cependant d’être un peu trop niché aux yeux de ceux pour qui les Sparks restent de parfaits inconnus.

En salle dès ce vendredi en version originale avec sous-titres français.

The Sparks Brothers

Documentaire

The Sparks Brothers

Edgar Wright

Avec Ron Mael, Russell Mael, Beck

2 h 15

½