Le 30 octobre 2015, un incendie ravage la discothèque Collectiv de Bucarest, capitale de la Roumanie, faisant 27 victimes. Dans les jours suivants, 37 autres personnes gravement brûlées ou souffrant d’intoxication à la fumée meurent dans les hôpitaux. Une enquête journalistique démontre les incroyables failles et la corruption minant le système de santé.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Collective est indéniablement à classer parmi les films d’enquête journalistique les plus marquants, au même rang que Spotlight, The Post ou All The President’s Men. Mais, contrairement à ceux-ci, il s’agit d’un documentaire et non d’une fiction. Il s’appuie donc sur une mise en scène dépouillée d’éléments externes de dramatisation. En somme, ce que le spectateur voit est authentique. Réel et… terrifiant.

Oui, la corruption des institutions peut être quelque chose de terrifiant. Ce à quoi le spectateur assiste ici a de quoi le rendre très critique, soupçonneux, inquiet. Et nous rappelle qu’une population entière peut être à la merci de politiciens, gens d’affaires et administrateurs calculateurs sans âme.

Mais revenons à la Roumanie. Dans les jours suivants l’incendie, des lanceurs d’alertes ont pris contact avec le journaliste Catalin Tolontan, du quotidien Sports Gazette (oui, un journal de sports !) qui a levé le voile sur un premier scandale. Une firme fournissant des produits désinfectants aux institutions de santé, Hexi Pharma, diluait 10 fois son produit censé éliminer des bactéries létales présentes dans les hôpitaux.

Dans un enchaînement surréaliste, cette histoire a ouvert une boîte de Pandore et conduit à d’autres révélations scandaleuses, voire inimaginables.

Ce qui est singulier avec ce film, c’est que l’équipe de tournage a été en mesure de raconter les deux côtés de la médaille de cette histoire. Les caméras sont entrées autant dans la salle de rédaction du quotidien que dans le cabinet du nouveau ministre de la Santé, son prédécesseur ayant rendu sa démission, emporté par le scandale.

IMAGE FOURNIE PAR MÉTROPOLE FILMS

Collective, d’Alexander Nanau

Mieux encore, on peut suivre en parallèle les efforts d’une femme remarquable, Tedy Ursuleanu qui, grande brûlée, refait sa vie un jour à la fois. C’est le côté magique de ce documentaire qui, par ailleurs, est souvent linéaire et froid. Il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de raisons de se réjouir.

Avec raison, Collective est le candidat de la Roumanie pour l’Oscar 2021 du meilleur film international (tourné dans une autre langue que l’anglais).

Offert sur iTunes et Apple TV

★★★½

Documentaire. Collective d’Alexander Nanau. Avec Catalin Tolontan, Mirela Neag, Tedy Ursuleanu. 1 h 54.