Pour éviter de peiner son père, un garçon surnommé « Fourmi », sur le point d’être recruté par le prestigieux club de soccer anglais Arsenal, se lance dans un mensonge qui prend des proportions inattendues.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Inspiré d’une bande dessinée espagnole, Fourmi fait partie de ces films qui ne passeront à l’histoire d’aucune façon, mais qui remplissent quand même le mandat qu’ils se sont fixé : plaire au public à qui ils sont destinés. Dans ce cas-ci, il s’agit de jeunes spectateurs qui pourront assurément s’identifier au parcours d’un garçon âgé de 12 ans, très doué pour le soccer, mais encore trop « petit » aux yeux des recruteurs.

L’un des axes du récit porte sur la réticence de ce garçon (Maleaume Paquin) à accabler davantage un père dépressif, trop heureux à l’idée que son fils puisse se sortir de sa bourgade du nord de la France grâce à son talent athlétique. 

IMAGE FOURNIE PAR TVA FILMS

Fourmi, de Julien Rappeneau

Solidement interprété par François Damiens, le paternel fait d’ailleurs partie de ces parents qu’on cherche à éloigner du terrain tellement leur présence peut être lourde…

Réalisé par Julien Rappeneau, qui suit les traces de son illustre père, Jean-Paul, Fourmi aborde ainsi des thèmes familiers, développés de façon prévisible, mais néanmoins pertinente.

★★★

Fourmi. Comédie dramatique de Julien Rappeneau. Avec François Damiens, Maleaume Paquin, André Dussollier. 1 h 46.

> Consultez l’horaire du film