Pendant une nuit, à Mexico, deux malfaiteurs peu expérimentés s’introduisent par effraction au Musée national d’anthropologie et dérobent de précieux artéfacts anciens. L’indignation nationale est si grande — et le scandale d’une telle ampleur — qu’ils ne parviennent pas à écouler leur butin…

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Pour son deuxième long métrage, le cinéaste mexicain Alonso Ruizpalacios (Güeros) s’est très librement inspiré d’une affaire qui avait secoué son pays en 1985. Cette année-là, la veille de Noël, deux malfaiteurs ont dérobé des pièces d’une valeur inestimable au Musée national d’anthropologie, soulevant l’indignation générale.

Museo ne décrit pas du tout l’affaire à la manière d’un documentaire. Le cinéaste, à qui ce film a valu le prix du meilleur scénario au festival de Berlin l’an dernier, utilise plutôt l’évènement pour explorer une histoire qui ratisse plus large. Aux éléments du thriller s’ajoute en effet l’exploration d’une histoire d’amitié entre deux jeunes hommes pour qui l’idée d’un cambriolage de cette nature semblait pourtant très bonne…

IMAGE FOURNIE PAR LES FILMS D’AUJOURD’HUI

Affiche du film Museo

Parfois drôle, mais jamais caricatural, ce long métrage propose aussi une réflexion sur l’appropriation des objets d’art, tant par les institutions que par les individus. On souligne à cet égard cette scène où les malfaiteurs, inexpérimentés, tentent de refiler leur trésor à un collectionneur britannique.

Museo se distingue grâce à ses très belles qualités de réalisation, mais aussi à sa trame musicale étonnante (signée Tomás Barreiro) et aux deux acteurs principaux en présence. La dynamique entre les personnages qu’incarnent Gael García Bernal et Leonardo Ortizgris est fascinante, dans la mesure où elle témoigne d’une véritable affection, même si les personnalités de l’un et de l’autre ne pourraient être aussi différentes. Leurs histoires familiales respectives enrichissent aussi un récit qui, au final, se révèle même poignant.

★★★½ Museo. Thriller d’Alonso Ruizpalacios. Avec Gael García Bernal, Leonardo Ortizgris et Simon Russell Beale. 2 h 08.

> Consultez l’horaire du film