Après avoir grandi dans la jungle avec ses parents explorateurs, Dora, 16 ans, part étudier à l’école secondaire de son cousin Diego, aux États-Unis. Rapidement, Dora se fait kidnapper par des mercenaires qui cherchent la cité d’or légendaire Parapata, au Pérou.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Il ne faut pas sous-estimer la popularité de Dora l’exploratrice, un dessin animé diffusé pendant 15 ans (de 2003 à 2018) à Télé-Québec. Presque tous les jeunes de 20 ans et moins ont connu la petite Latina et son sac à dos magique.

Paramount Pictures veut séduire les ados ironiques, les enfants déjà nostalgiques et les parents qui ont trop souvent subi les ritournelles de Dora avec ce film bizarre mais rigolo dont on ne sait trop à qui il s’adresse vraiment.

Dora a 16 ans. Isabela Moner, une jeune actrice américano-péruvienne qui vient de fêter ses 18 ans, en est l’incarnation rêvée avec ses grands yeux bruns et son sourire franc. Son cousin Diego (Jeffrey Wahlberg, neveu de Mark et de Donnie) est un grand maigre de peu de mots, plus réaliste que les ados musclés de Riverdale.

IMAGE FOURNIE PAR PARAMOUNT PICTURES

Dora and the Lost City of Gold

Dans la première partie, Dora quitte ses parents explorateurs pour aller étudier aux États-Unis. Avec sa fusée éclairante et sa génératrice dans son sac à dos – sans oublier son positivisme à toute épreuve –, Dora se fait vite remarquer (à éviter, dans la jungle du secondaire). Dans la seconde partie, le film prend des airs d’Indiana Jones pimenté de gags décalés. Des mercenaires kidnappent Dora dans l’espoir de trouver la cité d’or légendaire Parapata.

Scènes de cascades, énigmes à résoudre et trahison de faux gentil s’enchaînent, pour le bonheur des petits. Les ados peuvent se rabattre sur les passages « flyés » (comme celui où Babouche le singe est subitement doté de la parole, comme un vieux sage), à revoir lors de partys. Quant aux adultes, ils sortent de Dora et la cité d’or perdue en chantant Soy Yo (je suis moi-même, en espagnol), de Bomba Estéreo, qui conclut le film. Ça vaut mieux qu’un air de Dora.

★★★ Dora and the Lost City of Gold (V. F. : Dora et la cité d’or perdue). Film d'aventures de James Bobin. Avec Isabela Moner, Michael Peña, Eva Longoria. 1 h 42. > Consultez l'horaire du film