L'histoire : À la veille du Jour de la Terre, Disneynature fait découvrir l’univers des manchots Adélie, en Antarctique, à travers les tribulations d’un mâle qui fonde une famille avec sa nouvelle compagne.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Des milliers de manchots Adélie convergent au printemps vers le lieu où ils sont nés, caressant tous la même ambition : trouver (ou retrouver) l’âme sœur, avoir des petits et s’assurer qu’ils volent de leurs propres ailes, l’automne venu. La complexité du défi devient évidente alors que l’on suit Steve, un mâle de 5 ans, qui tente tant bien que mal d’être à la hauteur de la situation.

IMAGE FOURNIE PAR DISNEY

Penguins

Chapeau aux valeureux membres de l’équipe de production, qui ont bravé le froid et le vent d’une incroyable intensité pour capter des images d’une grande beauté. Pendant trois ans, d’octobre à février, ils ont tourné à quatre endroits différents en Antarctique, sur terre ou sous l’eau, à pied, en bateau ou à bord d’hélicoptères. Grâce à leur persévérance, d’étranges habitudes des manchots sont révélées (comme restituer pour nourrir leur progéniture).

Tout ne roule pas toujours rondement pour Steve. C’est avec beaucoup d’humour que l’histoire est racontée. Le narrateur Ed Helms (The Office, la trilogie The Hangover) se met dans la peau du manchot, peu sûr de lui. Cela le rend attachant. Digne de mention : la narration de la version française a été confiée à un comédien-doubleur québécois d’expérience, Tristan Harvey.

Penguins, le huitième long métrage de Disneynature en dix ans, permet de réaliser à quel point les manchots Adélie dépendent du cycle des saisons pour survivre. Pour chaque billet vendu jusqu’au 23 avril, Disneynature fera d’ailleurs un don au Wildlife Conservation Network pour aider à la préservation des manchots dans l’hémisphère Sud.

★★★1/2

Penguins (V. F. : Pingouins). Documentaire d'Alastair Fothergill. Narration par Ed Helms. V. F. : Tristan Harvey. 1 h 16

Consultez l'horaire du film