L'histoire: À 30 ans, Laura accumule les rapports hors norme, autant intimes que familiaux, l'héritage d'une enfance opaque. Quand elle rencontre Eva, une pianiste de 16 ans désillusionnée et solitaire, elle entrevoit l'espoir d'une libération affective. Mais la manipulation et la dépendance menacent leur relation fragile...

Publié le 13 avr. 2018
Éric Clément LA PRESSE

Dès les premières images d'Allure, on reconnaît le style léché des frères Carlos et Jason Sanchez. Leurs photographies contemporaines aux atmosphères tourmentées sont réputées et il n'est donc pas étonnant que la perte d'innocence et le contrôle d'un être humain sur un autre se retrouvent au coeur de leur premier long métrage.

Dans Allure, une jeune fille exaspérée par sa mère, succombe au charme d'une femme en quête d'amour et de bien-être. Cette femme, Laura, jouée superbement par Evan Rachel Wood, a une sexualité perturbée, comme en témoigne la première scène du film, assez torride.

La relation trouble qu'elle commence avec la jeune pianiste classique, Eva (Julia Sarah Stone), apparaît vite dérangeante et vouée à l'échec. Un malaise s'installe et va demeurer tout le long du récit parfois épuisant à suivre mais qui fournit, petit à petit, les clés de l'histoire de Laura.

Avec des prises de vue efficaces, des mises en scène parfois un peu trop appuyées, des ambiances à la fois réconfortantes et inquiétantes, et malgré quelques imprécisions, Carlos et Jason Sanchez parviennent à donner une réalité plausible aux errements de cette prédatrice sexuelle ayant baigné dans des dérives délictueuses durant sa jeunesse. 

Allure entretient une tension percutante du début à la fin et explore avec finesse quelques paramètres de la psychologie humaine. On a hâte au deuxième opus des deux frères montréalais.

* * * 1/2

Allure (V.F.: Emprise). Drame de Carlos et Jason Sanchez. Avec Evan Rachel Wood, Julia Sarah Stone, Maxim Roy. 

Consultez l'horaire du film

Image fournie par Les Films Séville

Allure