Catherine Handfield LA PRESSE

Premier tour de piste réussi pour Nitro. Le film d'action mettant en vedette Guillaume Lemay-Thivierge s'est classé en tête du box-office québécois pour le week-end férié de la fête du Canada, élu par près d'un spectateur sur trois. Ses recettes se chiffrent à 1 236 573$, ce qui en fait le deuxième film québécois le plus populaire à son premier week-end, juste derrière Bon cop, bad cop.

C'est La Presse qui a appris la nouvelle au réalisateur Alain DesRochers, en vacances en Ontario avec des amis. Il s'est emporté avant même d'entendre les derniers chiffres de ce score pour le moins épatant. «Fantastique! C'est fantastique! s'est-il exclamé. Je suis heureux comme c'est pas permis!»

Le marché québécois est le seul en Amérique du Nord où le film d'animation Ratatouille de Walt Disney ne figure pas en première place, mais bien en troisième. Nitro se trouve également loin devant Die Hard 4, qui s'est classé en deuxième position avec des recettes de 750 000$.

Une victoire qui ravit le réalisateur. «On a clenché Die hard? Parle-moi de ça! Les Québécois vont voir des films québécois, et c'est tant mieux.» Celui qui en est à son deuxième long métrage seulement avait sans doute de bonnes raisons de festoyer, hier soir.

15e au palmarès nord-américain

Ravir la première position aux Américains a fait «un petit velours» au producteur, Pierre Even. «Le but de Nitro était justement de jouer dans leurs plates-bandes, de rendre notre film aussi excitant que les leurs», souligne-t-il.

M. Even s'est dit agréablement surpris de la performance du thriller, même s'il ne se faisait aucune attente. «Les gens autour de moi participaient à des pools, mais je suis beaucoup trop superstitieux pour embarquer dans ce genre de pari», avoue-t-il, précisant toutefois que peu de participants avaient prédit des recettes supérieures au million.

Nitro s'est classé au 15e rang du top 20 nord-américain pour la fin de semaine. Un score qui «fait sourire» Patrick Roy, président du distributeur Alliance Atlantis Vivafilm.

«Le film était présenté sur 125 écrans, comparativement à une moyenne de 2438 écrans pour les autres productions, souligne-t-il. C'est vraiment exceptionnel de battre Die Hard avec des moyens vraiment infimes.»

Le budget de Nitro était de 7,2 millions. Celui de Die Hard? Cent millions.

Un week-end de quatre jours

Nitro se classe donc juste après Bon cop, bad cop, qui avait récolté à peine 200 000$ de plus pour son premier week-end, l'année dernière.

Un bémol, cependant. La sortie du Nitro a eu lieu lors d'un congé férié de quatre jours, comparativement à trois pour le film d'Érik Canuel. Sans compter le lundi - qui a généré 185 000$ -, Nitro serait en quatrième position, après les Boys III et Séraphin, un homme et son péché. «Mais les spectateurs du lundi y seraient peut-être allés pendant le week-end sans congé férié», tient à souligner Patrick Roy.

Tous entretiennent de grands espoirs pour les prochaines semaines, qui s'annoncent prometteuses. Le film a attiré un nombre croissant de spectateurs du vendredi au dimanche, signe que le bouche à oreille a fonctionné, selon M. Roy. Nitro rejoindra-t-il Bon cop, bad cop, le film le plus lucratif de l'histoire cinématographique canadienne?

«Je ne sais pas, mais l'important, c'est que ça continue comme c'est commencé», conclut le président d'Alliance Atlantis Vivafilm.

QUELQUES CHIFFRES

» Films québécois les plus populaires à leur premier week-end :

1. Bon cop, bad cop (2006) : 1 438 921$

2. Nitro (2007) : 1 236 573$

3. Les Boys III (2001) : 1 235 429$

4. Séraphin... (2002) : 1 168 965$

5. Aurore (2005) : 977 103$



» Films les plus populaires à leur premier week-end depuis le début de 2007 :

1. Spiderman III : 2 571 202$

2. Shrek III : 2 441 835$

3. Pirates des Caraïbes : 1 729 959$

4. Nitro : 1 236 573$

5. 300 : 1 073 118$

SOURCE : CINEAC