Publié le 26 févr. 2009
Anabelle Nicoud LA PRESSE

Après un an de préparation et avant un an de postproduction, Martin Villeneuve se prépare à entamer le tournage de Mars et Avril, son premier long métrage... en mars et en avril.

Produit par Fake Studios, mêlant virtuel et réel, Mars et Avril bénéficiera d'effets spéciaux. Il s'agit d'un projet ambitieux tourné avec un budget minuscule de 1,25 million et des acteurs costauds - Robert Lepage, Caroline Dhavernas, Paul Ahmarani et Jacques Languirand.

Le réalisateur, auteur des deux tomes de Mars et Avril - version papier - publiés au début des années 2000, orchestre les préparations en vue du tournage depuis près d'un an. Il existe ainsi une version storyboardée et montée du film. «Cet exercice d'animatique a été fondamental, même pour la structure de l'histoire. On a vu le film prendre vie de façon préliminaire : cela nous permet de gagner au tournage énormément de temps et d'argent», explique Villeneuve.

Inventif et créatif, le jeune homme a aussi résolu quelques problèmes de taille, comme l'absence de Robert Lepage pour le tournage principal ce printemps. C'est donc en septembre dernier que Robert Lepage a tourné, sans ses partenaires, ses scènes. «Cela a été un tournage très agréable, à l'image de l'homme lui-même, se souvient Martin Villeneuve. On a traité son personnage comme un personnage holographique : moitié réel, moitié virtuel.»

Eugène Spaak, le personnage du dramaturge, «se prête à des notions de frontière entre le réel et le virtuel. Un peu comme Robert Lepage, qui n'est jamais là et est partout à la fois», s'amuse Martin Villeneuve. Enfin, notons que le bédéiste belge François Schuiten dessine les décors du film.

Le film sera monté dès cet été, avant d'entrer en postproduction pour au moins un an. La moitié du film sera en effet tourné sur des fonds verts. Aucune date de sortie n'a été fixée pour ce projet d'adaptation du photo-roman du même nom, qui aura occupé Martin Villeneuve pendant près de 10 ans. «C'est une histoire qui m'a suivie toute ma vingtaine! On peut effectivement parler de dévouement de la part de tous les gens qui s'y investissent», dit le réalisateur.