Le succès du film Louis Cyr continue à faire sentir ses effets sur la municipalité de Saint-Jean-de-Matha. La diffusion du long métrage québécois le plus populaire de l'année a non seulement suscité un important afflux touristique, mais elle a aussi donné un sérieux coup de pouce au projet de restauration de la Maison Louis-Cyr, qui devrait être inaugurée l'été prochain.

Publié le 28 déc. 2013
ANDRÉ DUCHESNE LA PRESSE

«Normalement, de 1000 à 1500 personnes visitent le musée Louis-Cyr sur une base annuelle. Or, cet été, nous avons eu autant d'achalandage dans le seul mois de juillet que durant une année complète. Il y a des journées où nous avons accueilli près de 200 visiteurs, soit 10 fois la moyenne», se réjouit Jérôme Landry, président de l'organisme Les compagnons de Louis Cyr et directeur du projet de restauration de la maison qui a appartenu à l'homme fort.

Réalisé par Daniel Roby et mettant en vedette Antoine Bertrand dans le rôle-titre, Louis Cyr se passe en partie à Saint-Jean-de-Matha, village natal de sa femme Mélina Comtois. Le couple y a habité, d'abord dans la ferme des beaux-parents de Cyr, puis dans deux maisons du village.

La demeure où Louis Cyr a vécu entre 1903 et 1906 est encore debout. Les compagnons de Louis Cyr ont racheté l'immeuble il y a quelques années et ont entrepris de le restaurer pour y déménager les artefacts du musée Louis-Cyr, un minuscule bâtiment situé derrière l'hôtel de ville et ouvert depuis une quinzaine d'années.

Coût total du projet: 1,1 million de dollars, dont le quart doit venir de sources locales. Au cours des 12 derniers mois, les subventions manquantes sont miraculeusement arrivées. «C'est clair que la sortie du film nous a ouvert des portes», glisse Jérôme Landry, un sourire dans la voix. «Avec le film, le projet de restauration du musée était plus facile à vendre», se réjouit aussi Normand Champagne, maire de Saint-Jean-de-Matha depuis 18 ans.

Selon Jérôme Landry, il reste autour de 60 000 $ à amasser pour assurer le financement des travaux. Pour ce faire, son organisme a lancé une campagne de financement pour commanditer l'un des 230 balustres (250 $) ou l'un des 32 poteaux (1000 $) de la grande galerie située en façade de la maison de la rue Sainte-Louise.

Cimetière

La municipalité a de son côté acquis le terrain appartenant à la famille dans le cimetière où Louis Cyr, mort en 1912, reposerait - il n'y a aucune inscription au registre de la paroisse, selon le biographe Paul Ohl.

«La famille ne s'occupant plus de l'endroit, nous avons acquis le fond du terrain, nous avons refait l'aménagement et nettoyé la pierre», indique le maire Champagne. Il précise que la municipalité a investi quelque 30 000$ dans ce projet.

Un autre coup de pouce est venu en octobre dernier, alors que l'équipe de l'émission La petite séduction a débarqué pour un tournage. L'animateur Dany Turcotte et son invitée Valérie Blais ont été accueillis par les Mathalois et invités à participer à des activités centrées sur le thème de la force. L'émission devrait être diffusée au printemps 2014.

Jérôme Landry croit qu'avec l'inauguration de la nouvelle Maison Louis-Cyr, l'année touristique 2014 sera aussi intéressante que celle qui s'achève. «Nous sommes le seul musée de la région de la Matawinie, dit-il. En plus, il y a toujours ce projet de suite au premier film, sur l'histoire de la fille de Louis Cyr, qui est dans l'air. Alors, honnêtement, je suis optimiste.»

PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

Louis Cyr a été le champion du cinéma québécois au box-office cette année.