(Londres) Trois ans après l’abandon des poursuites le visant dans son pays, l’acteur américain Kevin Spacey a été inculpé au Royaume-Uni de quatre agressions sexuelles sur des hommes, à une période où il était directeur artistique d’un théâtre de Londres.

Mis à jour le 26 mai
Pauline FROISSART Agence France-Presse

L’annonce jeudi du Crown prosecution service (CPS), le parquet britannique, donne un nouvel écho aux accusations apparues depuis le scandale Weinstein, qui ont porté un coup d’arrêt à la carrière de la vedette de House of Cards.

« Le CPS a autorisé des poursuites pénales contre Kevin Spacey, 62 ans, pour quatre chefs d’agression sexuelle contre trois hommes », a déclaré Rosemary Ainslie, cheffe de la division spéciale des crimes du CPS dans un communiqué.

« Il a également été accusé d’avoir poussé une personne à participer à une activité sexuelle avec pénétration sans son consentement », a-t-elle ajouté, précisant que ces accusations « font suite à un examen des preuves recueillies par la police métropolitaine dans son enquête ».

Les médias britanniques ont affirmé que l’acteur n’avait pas été formellement inculpé au Royaume-Uni, car il ne se trouve pas dans ce pays pour le moment.

Les faits qui lui sont reprochés couvrent une période allant de mars 2005 à avril 2013.

Deux inculpations visent des faits d’agressions sexuelles en mars 2005 à Londres sur un même plaignant. Une autre agression sexuelle concerne un second plaignant en août 2008, qui l’accuse également de l’avoir forcé à une activité sexuelle avec pénétration sans son consentement.

Enfin, Kevin Spacey est inculpé d’une quatrième agression sexuelle sur un troisième plaignant en avril 2013 dans le Gloucestershire.

La police de Londres a indiqué que les plaignants, dont les noms n’ont pas été rendus publics, étaient aujourd’hui âgés d’une trentaine et d’une quarantaine d’années.

Scotland Yard avait ouvert une enquête après avoir reçu des plaintes d’agressions sexuelles contre l’acteur, dont certaines auraient été commises dans le quartier de Lambeth à Londres, où se situe le théâtre Old Vic, dont il fut directeur artistique entre 2004 et 2015.

« Comportements inappropriés présumés »

Ces accusations avaient été formulées dans la foulée du scandale Weinstein, du nom du producteur de cinéma américain visé par de nombreuses accusations de harcèlement et agressions sexuelles, révélées à l’automne 2017 par le New York Times et le New Yorker.

Le théâtre de l’Old Vic avait ensuite commandé une enquête interne, menée par un cabinet juridique, sur le comportement de son ancien directeur artistique. Au total, « 20 témoignages personnels sur des comportements inappropriés présumés de Kevin Spacey » avaient été recueillis.

L’acteur a aussi fait l’objet d’enquêtes aux États-Unis.

L’annonce du parquet britannique coïncide avec la comparution de Kevin Spacey jeudi devant un juge de New York pour une audience de procédure dans le cadre d’une action en civil intentée par l’acteur Anthony Rapp, selon des documents judiciaires américains. Anthony Rapp avait accusé Kevin Spacey de lui avoir fait des avances sexuelles lorsqu’il était adolescent, ce qu’a démenti Kevin Spacey et l’action a été abandonnée au pénal.

Kevin Spacey avait par ailleurs été inculpé d’attentat à la pudeur et d’agression sexuelle dans l’État du Massachusetts, mais les poursuites avaient été abandonnées en juillet 2019. Il était accusé d’avoir, en juillet 2016, mis la main sur le sexe d’un jeune homme de 18 ans employé dans un bar, après l’avoir fait boire.

Cette vague d’accusations a eu de lourdes conséquences sur la carrière et la réputation de l’acteur américain deux fois oscarisé (pour American beauty et Usual suspects).

Il avait été débarqué par Netflix de la série House of Cards dans laquelle il jouait le personnage principal.

M. Spacey avait aussi été remplacé par l’acteur canadien Christopher Plummer dans le film policier de Ridley Scott, Tout l’argent du monde.

En novembre 2021, l’acteur avait été condamné à payer 31 millions de dollars à la société qui a produit la série House of Cards.

Cette société de production, MRC, avait demandé des dommages et intérêts pour des pertes de revenus attribuées à la sortie de l’acteur de cette série en raison des accusations de harcèlement et d’abus sexuels.