Apatrides, documentaire de la réalisatrice haïtiano-québécoise Michèle Stephenson, prendra l’affiche le 20 août au Cinéma du Musée et au Cinéma du Parc à Montréal. Le film, primé dans des festivals ici et aux États-Unis, raconte la bataille pour la justice sociale menée par une avocate pour défendre des citoyens d’origine haïtienne dépouillés de leur citoyenneté en République dominicaine.

Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

Remarqué pour ses « séquences saisissantes relevant du cinéma vérité », Apatrides prend sa source dans le massacre de dizaines de milliers d’Haïtiens et de Dominicains d’origine haïtienne en 1937 par l’armée dominicaine. Il expose ensuite la longue histoire de haine raciale à l’endroit des Noirs qui ont fait que, en 2013, la Cour suprême de République dominicaine a retiré la citoyenneté à toute personne née de parents haïtiens avec effet rétroactif jusqu’en 1929, précise le communiqué de l’ONF, coproducteur du film.

Ce qui fait avancer le film, c’est toutefois le combat mené par une avocate, Rosa Iris, qui lutte pour le droit à la citoyenneté et contre des élus corrompus. Son combat révèle un racisme profondément ancré dans les institutions politiques et la société dominicaine.

Apatrides sera projeté à compter du 20 août au Cinéma du Musée (en français) et au Cinéma du Parc (en version anglaise). Il sera disponible dès le 3 septembre sur Cinéma en ligne.